DERRIÈRE AL ATTIYAH, LES PEUGEOT 3008DKR MAXI MAÎTRISENT LA TÊTE DE COURSE À 2 JOURS DE L’ARRIVÉE.

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée dans la région de San Juan ne se fait pas sans douleur pour les concurrents qui font face à la plus longue spéciale du rallye avec 523 km. Un mélange de sable, pistes rapides et passages caillouteux cassants qui met l’endurance et l’attention des pilotes à rude épreuve alors que la fatigue des 12 jours écoulés se fait sentir. Des problèmes de météo et de sécurité ont par ailleurs contraint les organisateurs à annuler l’étape dans les catégories motos et quads.

A plus d’une heure de Carlos Sainz au classement général, Nasser Al-Attiyah sait que, sauf imprévu, il ne remportera pas son troisième Dakar. Mais cela n’empêche pas le pilote Toyota de sortir la grosse attaque et faire le spectacle pour s’offrir sa troisième victoire d’étape depuis le départ de Lima, malgré deux crevaisons

Néanmoins, lors de ce secteur chronométré éprouvant pour les autos, le plus long du rallye (522 km), le Team PEUGEOT Total a parfaitement géré la situation pour défendre son leadership. A deux étapes de l’arrivée, les équipages Sainz-Cruz et Peterhansel-Cottret, occupent toujours les deux premières places au classement général provisoire.

L’objectif de Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret sur cette douziéme étape a été de gérer leur écart sur le Toyota du Qatari Nasser Al Attiyah. A l’issue de cette longue spéciale, l’équipage de la PEUGEOT 3008DKR N°300, conserve 21minutes14 d’avance sur le troisiéme au classement général.

 

DAKAR-2018-Le-18-janvier-le-3008-DKR-de-Stéphane-PETERHANSEL.

 

Carlos Sainz et Lucas Cruz se sont contentés d’adopter un rythme prudent afin d’éviter tout problème. Le duo Espagnol a connu une deuxiéme partie d’étape un peu plus mouvementée (problème de sélection de vitesses) mais il termine au neuvième rang de la spéciale du jour et demeure largement en tête au général avec 44minutes41s d’avance sur ses équipiers.

Après l’étape d’hier, où leur position de départ leur avait laissé la possibilité de rouler à leur rythme, Cyril Despres et David Castera ont attendu au départ leurs équipiers afin de continuer à jouer leur rôle d’anges gardiens. Ils signent donc de e fait seulement un dixième chrono peu représentatif de leur potentiel.

DAKAR-2018-Le-18-janvier-le-3008-DKR-de-Cyril-DESPREZ

 

EN DIRECT DU BIVOUAC… PEUGEOT

 

Stéphane Peterhansel (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°300): 2ème de l’étape / 2ème au général

 » Nous avons fait logiquement une croix sur la victoire finale. Il est important de garder cette 2ème place et de gérer les écarts avec notre poursuivant. Il nous a repris du temps, certes, mais nous avons pu contrôler la course en restant toute la journée devant lui. Globalement, nous sommes contents de bien terminer cette longue spéciale. La navigation était compliquée, avec des portions très cassantes et des paysages magnifiques. Il y avait aussi quelques pistes WRC très agréables à conduire. Demain sera une longue étape. Cette spéciale entre San Juan et Cordoba en 2015 avait été extrêmement éprouvante à cause de la chaleur. Il est possible que l’étape soit difficile. Nous tacherons de gérer notre avance et de nous faire plaisir. La PEUGEOT 3008DKR Maxi est très agréable à conduire. « 

 

Carlos Sainz (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°303): 9ème de l’étape / 1er au général

 » C’est une étape vraiment difficile. Nous sommes restés prudents dans la première partie de la spéciale. Nous avons dû nous arrêter dans la seconde spéciale. J’ai eu un petit problème physique et nous avons dû faire une courte pause. Nous sommes repartis et avons ensuite crevé. Cyril et David nous ont donné un petit coup de main pour finir de changer la roue. Je les en remercie. En fin de spéciale notre boîte de vitesses est restée bloquée en 3ème. Nous avons heureusement pu terminer l’étape ! « 

 

Cyril Despres (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°308): 10ème de l’étape / à confirmer au général

 » Ce n’est jamais évident de passer une journée complète dans la poussière. Nous avons vécu une journée d’équipiers. Nous n’avons plus rien à jouer et nous sommes donc restés derrière Carlos. Tu vois un peu moins le décor. Tu vois un peu moins les dangers. Il faut faire très attention. Physiquement, ça commence à tirer un petit peu. Nous avons donné un coup de main à Carlos et Lucas pour changer une roue. Nous avons joué à Peugeot Assistance! « 

 

DAKAR-2018-3008-DKR-de-Carlos-SAINZ-le-18-janvier-en-ARGENTINE

LE SAVIEZ-VOUS ?

41 % des PEUGEOT vendues en Argentine sont produites sur le sol argentin, dans l’usine de Palomar, près de Buenos Aires. Sur les 11 premiers mois de 2017, les best-sellers de PEUGEOT en Argentine ont été les modèles PEUGEOT 208 (25 170 ventes), PEUGEOT 2008 (11 108 ventes) et PEUGEOT 3008 (9 522 ventes), ces deux derniers modèles ayant servi de base aux bêtes de course de PEUGEOT SPORT taillées pour le Rallye Raid : les PEUGEOT 2008DKR (victorieuse au Dakar 2016) et les PEUGEOT 3008DKR (victorieuse au Dakar 2017).

 

 


DAKAR 2018 – Le TOYOTA de Nasser AL ATTIYAH et Mathieu BAUMEL

 

ÉTAPE 12 : TROISIÈME VICTOIRE D’ÉTAPE POUR AL ATTIYAH

 

À deux jours de l’arrivée de cette quarantième édition du Dakar, il y en a beaucoup qui sont déjà passés en mode gestion. Nasser Al Attiyah lui, est de cette race de pilotes qui ne renoncent pas facilement et attaquent jusqu’au bout…

Parfaitement secondé par Mathieu Baumel, sur plus de cinq cent kilomètres d’une spéciale encore exigeante en navigation, le vainqueur du Dakar 2011 et 2015 se livrait aujourd’hui jeudi 18 janvier, à un duel de toute beauté avec Stéphane Péterhansel, l’homme aux treize succès absolus sur l’épreuve.

Et au bout de quelque six heures d’efforts dans une chaleur harassante, c’est bien le pilote officiel Toyota Gazoo Racing, qui obtenait gain de cause pour plus de deux minutes à l’arrivée à San Juan.

C’est la troisième victoire d’étape du Qatari cette année, la vingt-neuvième également de sa carrière sur l’épreuve reine du rallye-raid. C’est aussi la quatrième depuis le départ d’un Toyota Hilux nouvelle génération, qui n’en finit plus de démontrer son niveau de performance et de fiabilité quels que soient les terrains rencontrés.

Avec pareille démonstration de force, Nasser Al Attiyah maintenait non seulement la concurrence sous pression, mais consolidait aussi sa troisième place, face à son partenaire chez Toyota, Bernhard Ten Brinke.

Vainqueur hier mercredi, ce dernier ne déméritait pourtant pas, en ouvrant la piste sans l’aide des traces des motos, mises au repos forcé aujourd’hui. Le Néerlandais intégrait le Top cinq du jour et confirmait la nouvelle dimension prise au cours de ce Dakar. Un Dakar dont il détient toujours la quatrième place du classement général provisoire, devant son autre équipier, le Sud-Africain Giniel De Villiers, vainqueur de la course en 2009, et encore beau troisième aujourd’hui.

Et avec 368 kilomètres de spéciale encore au programme demain vendredi entre San Juan et Cordoba, nul doute que les équipages du Toyota Gazoo Racing, vont continuer à faire des étincelles…

Nasser Al Attiyah, se réjouissait:

« Cela fait du bien de l’emporter à nouveau. On a vraiment attaqué aujourd’hui, notamment sur la deuxième partie de chrono, pour faire en sorte de consolider notre troisième place. Ce n’était pas facile car le terrain était particulièrement cassant, et cela nous a d’ailleurs coûté deux crevaisons, dans chacun des deux tronçons au programme. Mais nous avons atteint notre objectif en reprenant près de huit minutes à Bernhard, notre équipier. Puis nous maintenons nos adversaires de devant sous pression… »

Giniel De Villiers, expliquant:

« C’était une longue journée, , avec beaucoup de pierres à éviter, de la navigation difficile aussi dans les rios. J’ai d’abord souffert de deux crevaisons, avant de casser un ressort d’amortisseur puis d’être gêné dans la poussière d’un concurrent pendant un long moment. Mais c’était plaisant de piloter dans cette spéciale. Tout reste possible jusqu’à l’arrivée car le chemin menant à Cordoba est encore long et les difficultés nombreuses. »

Enfin Ten Brinke indiquant, lui :

« Ce n’était pas facile d’ouvrir la piste sans les motos,  , mais j’ai beaucoup appris. Michel a aussi été très bon. Sur la première partie du chrono, on a été très rapides, sans faire d’erreurs, même si c’était assez exigeant physiquement. Nous avons continué à attaquer sur la deuxième portion, jusqu’à ce que l’on se fasse une petite frayeur. Là Michel m’a recommandé de baisser d’un ton. On a aussi connu un souci de batterie, mais je savais quel capteur je devais déconnecter pour résoudre le problème, cela nous a donc coûté peu de temps. Il nous a simplement fallu finir sans climatisation dans une chaleur éprouvante. Mais je suis particulièrement heureux du résultat, car je m’attendais à concéder dix à quinze minutes en m’élançant premier sur une telle distance. »


DAKAR-2018-Le-18-janvier-le-TOYOTA-de-Ten-BRINKE.

PROCHAINE ÉTAPE

ÉTAPE 13 (VENDREDI 19 JANVIER) : SAN JUAN > CÓRDOBA. 927 KM DONT 368 KM DE SPÉCIALE

La première spéciale du jour (162 km) sera disputée à 100 % dans le sable avec les dunes de San Juan puis un délicat passage de fesh-fesh. Après une longue liaison de 419 km, la deuxième spéciale (longue de 206 km), disputée près de Cordoba, empruntera des pistes type WRC.

 

François LEROUX

Photos :
PEUGEOT- DPPI- RED BULL – TOYOTA

 


DAKAR-2018-Le TOYOTA de Nasser AL-ATTIYAH et Mathieu BAUMEL

CLASSEMENT PROVISOIRE DE LA DOUZIÈME ÉTAPE 

 

  1. Nasser Al Attiyah (QAT) / Matthieu Baumel (FRA), Toyota 4WD, en 5h 49min57s
  2. Stéphane Peterhansel (FRA) / Jean-Paul Cottret (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 2min3s
  3. Giniel de Villiers (ZAF) / Dirk von Zitzewitz (ZAF), Toyota 4WD, à 4min33s
  4. Orlando Terranova (ARG) / Bernardo Graue (ARG), Mini 4WD, à 5min56s
  5. Bernhard Ten Brinke (NLD) / Michel Perin (FRA), Toyota 4WD, à 7min53s
  6. Mikko Hirvonen (FIN) / Andreas Schulz (DEU), Mini 2WD, à 12min15s
  7. Sheikh Khalid Al Qassimi (ARE) / Xavier Panseri (FRA), Peugeot 3008DKR Maxi, à 12min33s
  8. Jakub Przygonski (POL) / Tom Colsoul (BEL), Mini 4WD, à 14min51s
  9. Carlos Sainz (ESP) / Lucas Cruz (ESP), PEUGEOT 3008 DKR Maxi, à 18min7s
  10. Cyril Despres (FRA) / David Castera (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 21min37s

DAKAR-2018-Le-18-janvier-le-3008-DKR-de-Carlos-SAINZ-

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE APRÈS LA DOUZIÈME ÉTAPE 

 

  1. Carlos Sainz (ESP) / Lucas Cruz (ESP), PEUGEOT 3008 DKR Maxi, en 42h 24min31s
  2. Stéphane Peterhansel (FRA) / Jean-Paul Cottret (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 44min41s
  3. Nasser Al Attiyah (QAT) / Matthieu Baumel (FRA), Toyota 4WD, à 1h 05min55s
  4. Bernhard Ten Brinke (NLD) / Michel Perin (FRA), Toyota 4WD, à 1h 17min21s
  5. Giniel de Villiers (ZAF) / Dirk von Zitzewitz (ZAF), Toyota 4WD, à 1h 26min31s
  6. Jakub Przygonski (POL) / Tom Colsoul (BEL), Mini 4WD, à 2h 51min2s
  7. Sheikh Khalid Al Qassimi (ABU Dhabi) – Xavier Panseri (FRA), Peugeot 3008DKR Maxi, à 3 h 20min45s
  8. Martin Prokop (Tchéquie) / Jan Tomanek (Tchéquie), Ford 4WD, à 6h 4min26s
  9. Sebastian Halpern (ARG) – Edu Palenta (ARG), Toyota 4WD, à 9h 1min15s
  10. Lucio Alvarez (ARG) / Robert Howie (AF Sud), Toyota 4WD, à 9h 29min43s
  11. Classement : Cyril Despres (FRA) – David Castera (FRA), PEUGEOT 3008DKR Maxi, à 45h00min53s

Dakar Rallye-Raid

About Author

gilles