‘BRITISH F3’ : STRATTON DÉBARQUE.

 

 

Après deux saisons de British F3 marquées par la domination des « top teams » Carlin et Double R,
2018 sera-t-elle marquée par un retour des « autres » ?
Les petites équipes sortent du bois.
Stratton Motorsport s’offre ainsi P1 Sport.

En 2017, Roly Vincini envisageait de créer une équipe de British F3, P1 Sport. Faute de pilotes, ses monoplaces ne sont jamais sorties du garage.
Un an plus tard, Roger Bennington rachète la structure et il a embauché des mécaniciens venus du GP2 pour la renforcer.
Stratton Motorsport, l’équipe de Bennington, existe depuis une quarantaine d’années. Du moins, la Stratton Motor Company fut fondée en 1972, lorsque Bennington racheta un garage près de Norwich. Ce garage représentait diverses marques de British Leyland. A la fin des années 70, Aston Martin était au bout du rouleau et Bennington en profita pour acheter un panneau. Par la suite, il représenta Lotus et Morgan, transformant le petit garage en concession de luxe. En parallèle, Stratton se lança en compétition avec le GT4 Challenge d’Aston Martin. Stratton Motorsport s’est depuis lancé en British GT, avec des Lotus Evora, ainsi qu’en VHC.

En rachetant P1 Sport, Stratton Motorsport se lance ainsi en monoplace. On ne connait pas encore ses pilotes.

Au temps de la F4 BRDC, il n’y avait que des petites équipes. Lors de la transformation de la discipline en British F3, Carlin, Double R et Fortec ont débarqué. Ces trois équipes disposent de moyens techniques et financiers surdimensionnés par rapport aux concurrents « historiques ». HHC, qui dominait la F4 BRDC, a du renoncer.
2018 verra-t-elle davantage d’équilibres entre petites et grosses équipes ? Stratton Motorsport pourra-t-il réussir son pari ? Sans quoi, le British F3 risque de se retrouver rapidement à une dizaine de voitures…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos :
BRITISH F3

Copyright : BRITISH F3

F3 Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE