EDDIE CHEEVER : TRENTE ANS DE CARRIÈRE  ET SOIXANTENAIRE.

 

 

 


Eddie CHEEVER-© Manfred GIET–24 Heures Francorchamps

 

 

Sous son identité d’Eddie Mc Kay CHEEVER Junior et son physique d’Apollon, il aurait pu faire carrière au cinéma !

Et plus précisément là où il est né le 10 janvier 1958, à Phoenix, Capitale de l’État d’Arizona, aux USA, une contrée propice aux tournages de films «Western».

Cependant, dès sa tendre enfance, ses parents quittèrent les plaines arides et désertiques amérindiennes pour émigrer vers l’Italie et s’installer à Rome, où le jeune Eddie entama sa scolarité pour devenir rapidement un adepte de la langue italienne.

À l’âge de 8 ans, son père l’emmena un jour assister à une épreuve de voitures de sport à Monza, ce qui se solda par un véritable coup de foudre pour le «bambino» venu des States : la vitesse !

Il n’en fallut pas plus pour fasciner celui qui dès l’adolescence s’enquerra d’obtenir une licence auprès de l’ACI (Automobile Club Italiano) pour pouvoir disputer des épreuves de Karting sur la Péninsule italienne, qui lui permirent de remporter en 1973, à 15 ans, les titres de Champion d’Italie et d’Europe.

 

Eddie CHEEVER en F2 © Manfred GIET.j

 

Après avoir terminé Vice-Champion du Monde en 1974, il passe ensuite de la ‘sous-tasse à roulettes’ aux vraies voitures de course à partir de 1975, en passant par l’indispensable et obligatoire Championnat Britannique de F3 et ensuite au très disputé Championnat d‘Europe de F2, en se faisant embaucher par le Team Project Four d’un certain Ron DENNIS et avec lequel il remporte en 1977, à Rouen-les-Essarts, sa première victoire au volant d’une RALT-BMW, terminant deuxième du Championnat à 12 points du Champion, le Français René ARNOUX.

 


Eddie CHEEVER-BMW Junior Team 1977-© Manfred GIET

 

En parallèle, CHEEVER dispute également le Championnat Allemand pour Voitures de Tourisme (DTM) grâce à BMW MOTORSPORT qui l’avait embrigadé dans son fameux programme BMW JUNIOR TEAM ? aux côtés du Suisse Marc SURER et de l’Allemand Manfred WINKELHOCK, pour former à bord des BMW 320  2 litres, un sacré trio de choc, qui à force de raboter les pistes et faire voler les copeaux là où ils se produisaient, a donné un cachet particulier à cette série très prisée des années ’70.

En 1978, à juste 20 ans, il participe à son premier GP de F1 en Argentine, à Buenos Aires, avec le Team THEODORE RACING qui vient de concevoir son propre châssis, mais fort peu performant.

Après deux non-qualifications, il est toutefois remplacé par le Finlandais Keke ROSBERG, mais il dispute ensuite le GP d’Afrique du Sud à Kyalami sur une HESKETH 308 E, épreuve où il se qualifie de justesse 25ème sur 26, à une époque où 30 pilotes devaient batailler pour 26 places sur la grille de départ !

Ce sera son seul départ, qu’il clôtura par un abandon après 8 tours, pour le Team patronyme de Lord Alexander HESKETH, jeune aristocrate Anglais un peu déjanté certes…

Mais qui au début des années 70, avait lancé la carrière d’un certain … James HUNT, futur Champion du Monde de F1, sacré en 1976 !

 

Eddie CHEEVER-1980 OSELLA-© Manfred GIET.

 

Un an plus tard, il pilote en F1 pour le Team d’Enzo OSELLA mais ne verra le drapeau à damiers qu’une seule fois, en terminant 12ème au Gd. Prix d’Italie à Monza, sur 12 participations et 4 non-qualifications.

En parallèle, pour ne pas s’engourdir, il participe également au Championnat du Monde des Marques en Endurance sur une LANCIA BETA MONTECARLO Turbo, avec laquelle, il cumulera les bons résultats dont une victoire aux 6 HEURES DU MUGELLO et le titre pour LANCIA.

 


CHEEVER-1981-TYRELL-©-Manfred-GIET

 

Pour 1981, Eddie CHEEVER est recruté par Ken TYRRELL pour piloter la TYRRELL 010, aux côtés de COGAN-ZUNINI et ALBORETO qui se relayeront sur la seconde voiture.

Pour le Team d’«Oncle Ken» il marquera ses premiers points au Championnat du Monde et grâce à sa récolte de 10 unités en fin de saison, il se hissera au 11ème rang du Championnat pilotes.

 


CHEEVER-1982 TALBOT LIGIER © Manfred GIET

 

La suite de sa carrière F1, le verra tantôt chez TALBOT LIGIER, RENAULT ELF, BENETTON-ALFA ROMEO, BEATRICE  LOLA HAAS, ou encore ARROWS, tout cela en 8 saisons, c’est-à-dire, entre 1982 et 1989, au cours desquelles il disputera 107 GP, récoltera 68 points et réussira son meilleur classement au Championnat Pilotes, en 1983 chez RENAULT ELF, en terminant 7ème.

 

Eddie CHEEVER-1983 RENAULT ELF-© Manfred GIET

 

Sur un total de 11 saisons en F1 et 143 GP disputés, il se qualifiera 132 fois, abandonnera 84 fois, a parcouru 25.444 Km, marquera 70 points, montera 9 fois sur le podium mais ne remportera jamais de GP!

 

Eddie CHEEVER-1986 JAGUAR—© Manfred GIET

 

En Endurance, son parcours s’avéra nettement meilleur puisqu’en 39 participations dont 11 pour LANCIA et 28 pour JAGUAR, il remportera 11 victoires pour JAGUAR et 1 victoire pour LANCIA, auxquelles s’ajouteront respectivement sept autres podiums pour la marque Anglaise et quatre pour la célèbre firme de Turin.

Après s’être retiré de la F1 fin 1989, Eddie CHEVER se laissa tenter par le CART Américain ainsi que l’IRL. après la scission des séries CART et INDYCAR en 1996.

En 1996, il créera sa propre structure sous l’appellation CHEEVER RACING, enlèvera la manche d’Orlando en 1997, avant de remporter à la surprise générale, la plus prestigieuse course au monde, les fameuses 500 MILES D’INDIANAPOLIS, en 1998!

 


500 Miles à INDY – Eddie Cheever

 

Son Team étant devenu une référence aux States, il remportera encore quatre autres épreuves, avant de raccrocher casque et gants.

Une décision qui cependant s’avérera provisoire puisqu’en 2006, Eddie décida de reprendre du service  dans le but de sauver son Team, alors confronté à de sérieux problèmes budgétaires mais dont il ne put éviter finalement éviter le naufrage.

Durant cette même saison 2006, il participa également à la série GP MASTERS conçue pour relancer d’anciens pilotes de F1, épris de nostalgie, auxquels on donnait l’occasion de s’ébattre sur des monoplaces dérivées du CART américain.

En remportant l’épreuve de Silverstone, le plus Romain des Américains, n’y gardera pas un grand souvenir puisque cette manche signifia en même temps, la fin de cette série peu attrayante malgré des grilles de départ étoffées de quelques grands noms de la F1.

Une de ses dernières sorties de retraite eut lieu en 2011, lorsqu’il participa avec son compatriote PATERSON et les Britanniques BELL et BLUNDELL aux 24 Heures de  SPA sur une AUDI R8 LMS AUTOSPORT de Zak BROWN, l’actuel patron du Team Mc LAREN, sans toutefois passer sous le drapeau à damiers et en prenant conscience de ce qu’il avait fait son temps.

 

 

Dorénavant, il peut se consacrer plus largement à la destinée de son fils Eddie Junior III, qui à 24 ans, est le quatrième de la famille CHEEVER à être atteint par le virus de la course automobile, après son père, son oncle Ross et son grand cousin, Richard ANTINUCCI .

Et s’il trouve malgré tout le temps trop long maintenant qu’il est retiré en Floride, alors il n’hésite pas à saisir un micro  pour analyser ou commenter des épreuves importantes d’Indycar sur les chaînes ABC ou ESPN.

 

Happy Birthday Eddie!

 

 Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency

 

Eddie CHEEVER-1985-BENETTON-ALFA-ROMEO-©-Manfred-GIET

 

Eddie CHEEVER-1987 ARROWS-© Manfred GIET

 

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles