INDYCAR : JORDAN KING À MI-TEMPS CHEZ CARPENTER

 

 

Ca pour une surprise !
Souvent, faute de débouchés en F1,
les pilotes Européens prétendent souvent avoir des contacts en Indycar…
Dans le cas de Jordan King, ce n’était pas du flan !
Ainsi, le Britannique pilotera en Indycar, pour Ed Carpenter.
Il relaiera son patron sur les « Routiers ».

Justin King est un homme d’affaires controversé. De 2004 à 2014, il a été PDG de Sainsbury. Il a redressé la chaine de supermarchés Britannique à coup de plans sociaux, tout en empochant de juteuses prime de résultat.

Passionné de voitures, il a transmis le virus à son fils, Jordan. Ce dernier s’est lancé dans le sport automobile fin 2010. L’année suivante, il alterna la FR 2.0 UK, avec la MRF 1600 (une obscure série indienne.) Dans cette dernière, il domina facilement (avec des pelotons parfois composé de seulement 5 voitures.) En 2012, la FR 2.0 UK disparu et King Jr se rabattit sur la FR 2.0 NEC, terminant vice-champion. En 2013, il remporta un British F3 au plateau fort déplumé. Il passa à la F3 Européenne en 2014, terminant en milieu de peloton. Il se lança ensuite directement en GP2, en 2015. En parallèle, il fut intronisé pilote d’essai de Manor F1. Une équipe dont le manager n’était autre Justin King… En 2016, il décrocha 5 podiums (dont 2 victoires.) 2017 fut une annus horibilis : Manor faisait naufrage et pour sa troisième saison d’un GP2 devenu F2, il ne monta pas sur le podium.
King avait besoin de se relancer pour 2018. Absent du test collectif post-saison de la F2, on le disait en contact avec des écuries d’Indycar.

En parallèle, Ed Carpenter cherchait un pilote pour les circuits routiers. Le patron possède deux voitures. Il pilote lui-même l’une d’elle, mais uniquement sur ovales. En 2017, Spencer Pigot le relayait pour les circuits routiers. Mais pour 2018, « 404 » pilotera la seconde voiture, à temps plein. Carpenter cherchait un expert des circuits routiers. King n’a jamais roulé aux Etats-Unis, mais en tant qu’Européens, il a une bonne expérience des tracés complexes. En plus, le Britannique dispose a priori d’un budget.
2018 sera un test. Bien qu’étant un petite écurie, Carpenter a toujours obtenu de bons résultats. Si King réussit, il pourrait décrocher un temps plein, comme Pigot. Ou comme le champion 2017, Josef Newgarden, en son temps. Par contre, s’il échoue, il subira le sort de JR Hildebrand, licencié fin 2017…

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos :
ED CARPENTER RACING

Copyright : ED CARPENTER RACING

Indycar Monoplaces

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE