‘AFRICA RACE’ 2018 : PAS DE LIAISONS DANGEREUSES… CAP PLEIN SUD !

 

 

 

La photo ci-dessous m’a été envoyée par l’attachée de presse personnelle d’Elisabete Jacinto, que je remercie.

Les autres documents publiés existent depuis longtemps, ils ont été établis au moment des recos.

La photo d’ouverture vient du site perso de Gerard de Rooy.

J’ai ajouté quelques photos prises à Monaco durant les vérifs pour qu’il y ait un peu de couleur dans l »article.

Mais pourquoi si peu d’images, pourquoi si peu d’infos?

 

 

A cause des liaisons.

Les liaisons, en rallye raid, c’est un cauchemar et même un cauchemar double.

Ce sont d’abord ces secteurs entre les spéciales, qui peuvent être horriblement longs (spécialités des courses sud américaines et sino-russes).

C’est dangereux car les équipages peuvent se déconcentrer, on est souvent sur du goudron, même si la vitesse est limitée, on peut se laisser aller à en avoir marre, donc à envoyer un peu…

Il arrive aussi qu’au lever ou au coucher du soleil, moment de la journée où les liaisons sont les plus fréquentes, le soleil rasant masque d’énormes trous.

Les liaisons, c’est aussi ce qui permet à l’organisation de dérouler une carte sur laquelle on voit les écarts entre les concurrents, les arrêts, le terrain etc…

C’est aussi un élément important pour les sites comme autonewsinfo, qui donnent le récit quasiment live de la journée, et pour le PC central qui a une vue globale de la course.

Or, on nous indique qu’à la suite d’une erreur de Telecom, ce système n’a pas fonctionné ce jour.

Il n’y aura donc pas de récit de la journée pour cette première étape Marocaine.

Seulement un descriptif et les résultats.

On ajoutera le cas échéant, au fur et à mesure, différentes infos qui pourraient nous parvenir des concurrents eux-mêmes.

Donc le descriptif de la journée.

Voici le fond de carte qui montre  le chemin que l’on a fait.

 

 

La carte générale du parcours Monaco-Dakar

 

Et le profil de la journée, avec le type de terrain rencontré sur la  spéciale.

 

 

L’étape allait donc de Nador, port de débarquement du rallye au Maroc, avant de foncer cap au sud, vers Dar Kaoura, 639 km plus loin.

En trois parties, une mini liaison de 51 km, puis une spéciale de 92 km, pas facile, sur un terrain dur et plein de pistes parallèles, c’est la caractéristique des zones agricoles du nord du Maroc, bref il y avait déjà de quoi se paumer.

On a roulé en spéciale à partir de neuf heures du mat.

Ceux qui connaissent le coin savent aussi que le terrain est dur, avec des passages d’oueds, bref la mise en jambe est courte mais déjà dense!

Enfin, une longue liaison de 496 km, parce que les traceurs voulaient que la rallye arrive le plus vite possible dans le grand sud et que la liaison se fasse si possible de jour.

D’où la spéciale courte et matinale.

 

L’ITALIEN CECI, LEADER DU PREMIER JOUR AU MAROC

 

Les résultats sont ci-dessous, à moto trois KTM devant, celles de l’Italien Ceci, un vieux de la vieille de l’Africa Race, devant une autre star du désert, le Norvégien Ulevalsetter (à 2’19’’) et le Russe Agoshkov (à 3’53’’) les écarts sont finalement assez importants vu la courte distance parcourue.

Le premier Français, Lecomte, est onzième à presque douze minutes du leader.

En autos et camions, le classement est mélangé mais nous l’analyserons par type de véhicule,  le duel Vassiliev (Mini X-raid) – Thomasse (Buggy MD) a bien eu lieu, avantage au Russe, ancien vainqueur de la Coupe du Monde des Rallyes-raid de la FIA, pour trois minutes sur le pilote Français.

 

VASSILIEV ET ZILSTOV AU DEPART

 

L’intéressant, mais nous l’avions prévu dès le port de Monaco, est que le premier camion est troisième au scratch, avec bien sûr la star absolue Gerard de Rooy, à 5’30’’ du leader avec son Iveco!

De Rooy qui confiait à l’arrivée : « C’était une très belle spéciale. Il a d’abord fallu se mettre en jambe sur les premiers kilomètres avec ce nouveau camion. Puis la poussière a ajouté quelques difficultés mais les pistes sont géniales, je suis vraiment heureux d’être ici en Afrique. »

Les camions, c’est l’image de marque de ce rallye, chaque année leur lutte avec les autos de tête, est un formidable frisson.

 

LES CAMIONS, STARS DE L’AFRICA RACE

 

Le buggy de Serradori, pointe deux secondes derrière le camion du Hollandais, bref, les duels prévus sont en place.

Notre petite chérie Jacinto qui conduit son Man, n’est que est seizième au général, à seize minutes de la Mini de Vassiliev.

Elle a été retardée par la poussière de Tomecek, qu’elle n’a pas pu doubler car son système Sentinel, qui signale au véhicule devant soi que l’on veut le doubler, n’a pas fonctionné.

Demain mercredi, grâce à la grosse liaison du premier jour, on attaque les choses sérieuses, de Dar Kaoura à Agdal, 28 petits km de liaison, 443 km de spéciale et encore 7 km de liaison, le vrai rallye raid, la vraie aventure.

On passe près  d’ Erfoud par les dunes de Merzouga et on arrive en bout de spéciale à Foum Zguid, des noms qui font rêver, à juste titre d’ailleurs, le Maroc est toujours un bijou.

On passera par l’Erg Chegaga, un océan de sable toujours très piégeux  et on traversera l’oued Draa, incroyable et très large abreuveur du désert, en général mou à cette saison, donc plantages possibles.

Il y aura aussi de jolies pistes roulantes et d’autres très empierrées, au total sept champs de dunes une vraie journée d’attaque, de bruit et de fureur.

Et j’espère, puisque l’on ne parle plus ou presque de liaisons routières, que les liaisons satellites seront enfin bien établies, pour voir autre chose qu’un malheureux classement en fin de journée…

Parce que nous avons envie de vivre cette course, pas seulement de lire des chiffres…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos: Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA/ CAPTAIN NOWHERE. TEAM DE ROOY ET TEAM JACINTO 

Les classements 

Motos

http://2018.africarace-live.com/fichiers/PDF/01MG.pdf

 

Autos et Camions

http://2018.africarace-live.com/fichiers/PDF/01AG.pdf

 

 

 

 

 

Africa Race Rallye-Raid

About Author

jeanlouis