MONOPLACES 2017: LES JEUNES PILOTES QUI ONT DÉÇU…

 

 

On les attendait au tournant. Ils sortaient d’une saison triomphale en sport auto ou d’un parcours éclatant en karting. Les filières se battaient pour les embaucher. Mais une fois sur la grille de départ, ce fut la consternation. Le « futur grand » était complètement à l’arrêt. La plupart d’entre-eux sont désormais à pied. Certains ne sont même pas sûr de pouvoir piloter de nouveau…

 

1. Richard Verschoor, 17 ans, Néerlandais, neuviéme de l’Eurocup FR 2.0

Richard Verschoor fut l’une des grandes révélations de 2016. Il donna un cours de pilotage à ses adversaires, en SMP F4 et en F4 Spain. Ensuite, ce fut la Toyota Racing Series, où il termina troisiéme. Il domina l’idole locale, Marcus Armstrong. On le comparait déjà à Lando Norris. Et en tant que Néerlandais, soutenu par Red Bull, difficile de ne pas faire le parallèle avec un certain… Max Verstappen!

Red Bull justement lui offrit un cadeau empoisonné: Une saison d’Eurocup FR 2.0, où il était directement en concurrence avec deux autres pilotes Red Bull, Dan Ticktum et Neil Verhagen. Ticktum fut le plus véloce et il fut récompensé d’un baquet en GP3, à l’été. Le limonadier jugea qu’un podium en Eurocup et un succès en FR NEC, c’était insuffisant.

Pouce vers le bas. Verschoor fut comme beaucoup d’autres avant lui, éjecté de la filière Red Bull.

 

Richard Verschoor. Copyright : RED BULL

 

2. Mick Schumacher, 18 ans, Allemand, douziéme de la F3 Européenne


Pas facile d’être le fils d’un multiple Champion du monde de F1. Pedro Piquet a effectué une énième saison anonyme en F3. Hugo Hakkinen n’a même pas osé faire le saut vers l’automobile. Il se jugeait indigne du patronyme familial.

Schumacher Jr, se lança en sport auto un an après l’accident de son père. Les médias assistaient à l’ADAC F4 juste pour le voir. Mais pas question de lui parler. Son service d’ordre personnel et son attaché de presse, Sabine Kehm, filtraient sa parole. Sportivement, le bilan de son passage en F4 fut mitigé.

La Ferrari Driver Academy lui offrit un test, mais ne le sélectionna pas!

La F3 Européenne cette saison, fut du même tonneau. Un podium lors de la manche d’ouverture, puis de très rares points. Au moins, le service d’ordre est de moins en moins sollicité…

 

Mick Schumacher. Copyright : F3

 

3. Nicklas Nielsen, 20 ans, Danois, sixiéme de l’ADAC F4

En 2016, Nielsen pilotait à la fois en Audi Sport TT Cup et en ADAC F4, à chaque fois avec le soutien de la firme aux anneaux. Meilleur débutant de l’ADAC F4, il choisit de redoubler en monoplace.

Du coup, il perdit le soutien d’Audi. Nielsen remporta l’une des courses du meeting d’ouverture, à Oscherleben. Il décrocha ensuite deux podiums, sur le Red Bull Ring et…

Ce fut tout. Le reste de la saison fut complètement anonyme!

 

Nicklas Nielsen. Copyright : ADAC F4

 

4. Max Defourny, 19 ans, Belge, quatriéme de l’Eurocup FR 2.0

Il y a bien longtemps, le mot d’ordre de la filière Elf était « une année pour apprendre, une année pour gagner. »

Désormais, on s’est habitué aux carrières météoriques…

Charles Leclerc, Esteban Ocon ou Lance Stroll, n’avaient pas fait de vieux os dans les disciplines où ils sont passés. Trosiéme de l’Eurocup FR 2.0, Max Defourny décida de tripler.

Il décrocha quelques podiums, ainsi qu’une victoire. C’est pas mal dans l’absolu.

Sauf qu’en tant que vétéran, il était censé être en démonstration ou à défaut, de viser le titre. Or, il n’a jamais été en mesure de chatouiller Sacha Fenestraz.

En prime, Robert Shwartzman le délogea in extremis de la troisième marche du podium final. Un bilan largement en-deçà de ce que l’on attendait du jeune espoir Belge!

 

Max Defourny. Copyright : RENAULT SPORT

 

5. Marta Garcia, 17 ans, Espagnole, neuvième de la F4 Spain

Championne de karting CIK-FIA 2015, Marta Garcia passe l’essentiel de 2016 sur le banc de touche. En 2017, elle effectua un test en EuroFormula Open, mais faute de budget, elle dut renoncer. Puis le miracle… l’Espagnole était intégrée à la Renault Sport Academy, qui lui finançait un baquet en F4 Spain.

Elle reconnu elle-même que le bilan était décevant  Aucun top 5 et une neuviéme place finale, derrière certains pilotes ayant manqué des épreuves.

Sans réelle surprise, la Renault Sport Academy, l’abandonna et la revoilà sans baquet, avec des poches trouées!

 

 

6. Steijn Schohorst, 23 ans, Néerlandais, dix-septième du GP3

Steijn Schothorst se fit remarquer en 2011, lorsqu’il termina à la seconde place du Formula Ford Festival. Brillant animateur de FR 2.0, il passa trois saisons sans arriver à décrocher le titre.

Il s’essaya alors au British F3 et termina deuxième du Masters de Zandvoort 2014!

En 2015, faute de mieux, il disputa le Renault Sport Trophy. 2016 marqua son retour à la monoplace, avec le GP3. Il termina treiziéme et domina les essais hivernaux.

2017 aurait du être l’année de l’éclosion. Mais le pilote coaché par Giedo van der Garde, fit un bide. Il marqua des points lors de la finale, évitant l’affront d’un score vierge.

Voilà comment on laisse filer une seconde chance…

 

Steijn Schohorst. Copyright : GP3

 

7. Marino Sato, 18 ans, Japonais, dix-neuvième de la F3

Encore qu’on nous l’avait bien « vendu ».

Trois écuries de F3 se sont battues pour signer Marino Sato. On le comparait alors déjà à son homonyme… Takuma Sato!

Le Japonais servit de voiture-balai du peloton de F3. Au moins, il voyait le drapeau à chaque fois. Sur le Red Bull Ring, pour l’honneur, il décrocha enfin un point.

Un point c’est tout!

Maigre récolte… pour un pilote qualifié  d’espoir!!!

 

Marino Sato. Copyright : F3

 

8. Dakota Dickerson, 21 ans, Américain, quatorzième de l’US F2000

Fin 2015, Dickerson semblait bien parti pour être la nouvelle ‘Star’ US!

Lauréat du Team USA Scholarship, il décrochait le Road to Indy Shootout dans la foulée…

Ainsi, il débutait en US F2000, sans débourser le moindre cent. La récolte fut plutôt maigre, avec trois top 5 (qui furent d’ailleurs consécutif.)

Néanmoins, pour 2017, les planètes semblaient bien alignées!

Dickerson eut tout le mal du monde à revenir dans le top 5. Entre temps, l’US F2000 s’était trouvé une nouvelle star, Oliver Askew (qui à succédé à la fois au palmarès du Team USA Scholarship et à celui du Road to Indy Shootout.)

A l’été, Dickerson raccrocha faute de budget et le pire, c’est que personne ne remarqua son absence!!!

 

Dakota Dickerson. Copyright : US F2000

 

9. Sun Yue Yang, 17 ans, Chinois, non-classé en Eurocup FR 2.0

A l’été 2016, Renault Sport était fier d’annoncer le recrutement de Sun Yue Yang. Ce pilote venu du karting était soutenu par DongFeng-Renault, la co-entreprise Chinoise de la marque au losange.

Sun était le premier lauréat de la « Road to champion », une filière devant permettre chaque année à un Chinois d’émerger!

Derrière les bonnes intentions, DongFeng-Renault songeait surtout à l’immense marché Chinois et au coup de pub formidable que représenterait une ‘Star’… Chinoise? en sport auto.

Mais ça, c’était avant. Sun était désormais complètement à l’arrêt!!!

Finir dans le top 15 était de l’ordre du virtuel et l’on ne parle même pas des points…

En fin de saison, il fut réexpédié directement en Chine!

 

Sun Yue Yang. Copyright : RENAULT SPORT

 

10. Millen Ponomarenko, 16 ans, Russe, non-classée en SMP F4

Pour la première fois, la SMP F4 allait avoir une femme dans le peloton ! La discipline communiqua largement sur ce fait. Millen Ponomarenko avait bien préparé ses débuts, s’invitant à trois tests collectifs, en 2016.

Début 2017, SMP -qui n’est plus l’unique concurrent depuis l’an dernier- officialisait sans surprise son embauche.

Ce fut un flop!

La jeune Russe termina presque systématiquement dernière…

Depuis, les communiqués évoquant Ponomarenko semblent soudainement s’être volatilisés!

 

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : SMP F4, RED BULL, F3, ADAC F4, RENAULT SPORT, GP3 et US F2000

 

Millen Ponomorenko. Copyright : SMP F4

 

 

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE