AFRICA RACE 2018 : LE POW OW ET LA MÉLODIE DU BONHEUR À MENTON

 

Coucher du soleil sur MENTON

 

Le Pow Ow?

C’est le grand rassemblement des tribus indiennes avant la saison de chasse, où coureurs des bois et des steppes vérifient que chacun a le droit d’être avec eux, une sorte de contrôle technique…

Avant le grand départ de la dixième édition de l’Africa race, sui sera donné sur les quais du port de Monaco ce dimanche matin des 9 heures, tout le rallye-raid Africa Race 2018, s’est rassemblé pour ses vérifs, administratives, médicales et techniques à deux pas, à Menton

Du grand spectacle, le ciel est généreux, pas tout bleu mais sans pluie et avec 15 degrés dans la journée, ce qui, comparé à la totalité de l’Europe est un vrai privilège, vu le début d’hiver démentiel que l’on se fait…

 

CHEZ MIKLOS KOVACS ON PARLE HONGROIS

 

Je devrais dire par rapport au monde d’ailleurs, car, outre le fait que mes amis Québécois se sont pris moins quarante et deux mètres de neige en deux jours, et ils ne sont pas les seuls,  ici on parle toutes les langues du monde !

Beaucoup de Néerlandais, de Russes, on a aussi entendu parler lithuanien, roumain, italien anglais, américain, norvégien, hongrois et même français, dans le public de la population de Menton d’abord et aussi  chez les commissaires, l’orga, les concurrents, car les équipages « d’chez » nous sont nombreux…

On attaque avec les stars, par exemple les camions, on sait qu’à Autonewsinfo, on est fans des monstres du désert, Jan de Rooy est venu avec une armada, d’abord deux Iveco de folie…

 

MAGNIFIQUE PORTRAIT DE JAN DE ROOY

 

« Combien de chevaux sous le capot ? »

« Euh, environ mille »…

Quand je fais signe à Jan paume vers le ciel ou vers le sol pour savoir si c’est un peu plus qu’ »environ » ou un peu moins, il me répond en se marrant « Difficult to say »

Difficile à dire, oui il s’est foutu (très gentiment) de ma g… mais j’aurai essayé…

On imagine que ce genre de truc se dit à la presse ?

Bref, imposants les bataves.

Et ça va cracher, c’est sûr…

Autour de Jan de Rooy, une vraie armée de mécanos, de camions de pièces, avec des trucs très hollandais, genre un sleeping fourgon, des sièges baquets et des ceintures quatre points pour la journée, de vrais lits avec de vrais matelas pour la nuit,  belle trouvaille…

Un tour chez les Russes…

 

UNE TOUTE PETITE PARTIE DU CAMP RUSSE

 

Quand le team de Vassiliev  débarque aux vérifs techniques, il y a une nuée de mécanos, pas question d’approcher l’auto, pas question de répondre aux journalistes, mais on voit quand même bien le monstre…

Vraiment un monstre, c’est d’ailleurs le commentaire que l’on entend le plus en discutant un peu avec le public, on entend  aussi extra terrestre, surhumain, démentiel, inimaginable…

 

VASSILIEV NOUS MONTRE LUI MÊME LA HAUTEUR DE SON MONSTRE

 

Moi je me souviens de l’épopée de la Peugeot 205, un  coup de com magnifique, cars vues de loin, depuis les hélicos, les véhicules c’étaient des 205.

De près, des monstres.

Ici même chose, j’arrive à peine à la hauteur du toit en levant le bras, ça fait comme deux minis l’une sur l’autre…

On les suit dans leur retranchement, ils parlent entre eux, avec des journalistes russes qui eux ont le droit de filmer et même de poser des questions…

Méthode Poutine un peu, on décide quand on montre, quand on parle etc…

Mais enfin on discute quand même avec Konstantin  Zhiltsov, ancien navigateur de Jean Louis Schlesser, on va voir les fourgons qui suivront le rallye par la route, les camions d’assistance, les autos 4X4 flambant neuves qui passeront par la route…

Bref il y a un peu d’oseille dans l’air mais bon, ce n’est pas interdit et quand c’est injecté pour se faire plaisir et faire rêver, et faire enrager la concurrence, là c’est totalement bien vu…

 

THIERRY « CARBI » CHARBONNEIR

 

Plus modeste mais impressionnant quand même, Thierry Charbonnier, connu d’abord dans l’enduro puis dans le rallye raid, a fait préparer trois SSV Canam pour ses potes et fait l’assistance en fourgon, pour le fun…

Oui, il y a encore dans ce monde des gens assez passionnés pour se taper dix ou douze mille km de routes au volant d’un fourgon diesel juste pour refaire la mécanique le soir au bivouac,  et donc dormir fort peu…

Autre armada française avec les Optimus MD, ils sont sept, préparés en Normandie, des très gros jouets avec des amortos d’un mètre de haut et un V8 Chevrolet au c…

 

SUPERBE PORTRAIT DE PASCAL THOMASSE

 

Pascal Thomasse, qui porte fièrement les couleurs de l’île Maurice où il officie dorénavant, me montre que sur ces autos, le plus dur n’est pas de gagner une course, elles sont faites pour, la difficulté c’est entrer dans le cockpit et se loger sur le baquet, quand on y est c’est Byzance mais faut y arriver !

Extase en regardant l’aménagement intérieur de ces autos, une sorte de redécouverte des cathédrales gothiques ou de la mosquée bleu de Constantinople !

C’est plus compliqué (moins complexe quand même) qu’un poste de pilotage d’Airbus mais c’est en plus d’une élégance absolue…

Un vrai gros jouet…

« The difference between children and adults is the price of their toys.. ». La différence entre les enfants et les adultes est le prix de leurs jouets…

Bon, il y a cent concurrents et donc cent histoires, je glane au petit bonheur, voici mon amie Lydia Truglio Beaumont, du magazine Mag’Motardes, une nana que j’ai vue en essais routiers sur de très grosses cylindrées, elle envoie comme un pilote du Moto Tour…

 

LYDIA

 

Mais côté TT, aucun entraînement.

Seulement un rêve, rouler l’Africa Race…

Un rêve qui dure depuis plus de deux ans, enfin c’est le temps qu’il lui a fallu pour être au départ, au guidon d’une Honda.

Super gonflée la copine, elle sait probablement qu’elle va en baver des ronds de chapeaux mais elle est heureuse, ce que l’on voit à son immense sourire.

 

JULIE A SOUFFERT EN 2017 MAIS ELLE REVIENT, TROP FORT

 

A vrai dire, le sourire, l’envie c’est un peu chez  chez tous les concurrent qui partiront demain de Monaco, direction Sète, bateau, 36 heures de traversée débarquement à  Nador et vroom le 2 janvier au Maroc, , une spéciale quasiment à la sortie du bateau, quand tout le monde a passé la douane, puis grosse liaison, direction le grand sud, pour être tout de suite dans le grand bain du désert dès le lendemain…

Bref, ces vérifs, c’était la mélodie du bonheur…

Déjà génial…

Si vous êtes dans le coin, avant d’aller faire la fête de l’an nouveau, vous pouvez commencer la journée très fort…

Dimanche 31 décembre, la première moto quitte Monaco à 9 h du matin.

A ne pas rater, la fiesta tout à fait digne de l’ambiance du vrai Paris-Dakar époque Trocadéro et château de Versailles.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Alain ROSSIGNOL ET Jorge CUNHA/CAPTAINOWHERE

 

 

Africa Race Rallye-Raid

About Author

gilles