MONOPLACES 2017 : LES JEUNES PILOTES QUI AURAIENT PU MIEUX FAIRE

 

 

 

Suite de notre rétrospective sur les espoirs de la monoplace (hors F1 et Indycar.) Voici dix pilotes qui ont fait leur boulot, pas plus, pas moins. Ils ont passé un an dans une discipline où ils n’avaient plus rien à démontrer ou bien, ils se sont réveillés in extremis, en fin de saison. En résumé, ils auraient pu piloter mieux.

1. Harrison Scott, Britannique, 21 ans, Champion d’EuroFormula Open

Double-vice-champion de Formule Ford, Harrison Scott a effectué deux saisons oubliables en FR 2.0. En EuroFormula Open, il s’est retrouvé face à des seconds couteaux. Le pilote Britannique n’avait pas le choix. Pour prouver sa valeur, il a tué le championnat avec 12 victoires en 14 courses !
Malheureusement, ensuite, Scott a échoué au McLaren-Autosports Award, pour la deuxième année de suite.

Harrison Scott. Copyright : EUROFORMULA OPEN

2. Enaam Ahmed, Britannique, 17 ans, Champion de British F3

Ahmed fut le seul gros bras du British F3 2016 à redoubler. Vainqueur de l’Autumn Cup 2016, il était largement favori. Il a remporté 13 victoires et a terminé 18 fois sur le podium (sur 24 courses.) Compte tenu de son expérience, il n’avait pas de mérite. James Pull, Cameron Das et Toby Sowery étaient bien incapables de pérenniser leurs résultats.

Pour 2018, Ahmed va s’attaquer à la F3 (Européenne.) Charge à lui de démontrer sa valeur…

Enaam Ahmed, avec Jonathan Palmer. Copyright : BRITISH F3

3. Jamie Caroline, Britannique, 18 ans, Champion de British F4

D’ordinaire, les pilotes ne passent qu’une saison en British F4. Jamie Caroline, lui, a décidé de redoubler. Comme Ahmed, il s’est retrouvé face à une opposition divisée, qui changeait au gré des circuits. Il a remporté 10 victoires et une fois que le titre était en vue, il a levé le pied. C’est sans doute pour cela qu’Autosport et McLaren ne l’ont pas jugé digne d’une sélection.

Jamie Caroline. Copyright : BRITISH F4

4. Pietro Fittipaldi, Brésilien, 21 ans, Champion de F 3.5 V8

Comme les trois premiers, Fittipaldi a remporté un titre par défaut. Entre 2016 et 2017, la qualité du plateau de la F 3.5 V8 a franchement baissé. Le Brésilien avait besoin de relancer sa carrière, mais il fut un pilote brouillon, incapable de faire le break. Il s’est imposé sur le fil. Il faut d’ailleurs noter que c’est l’unique Brésilien vainqueur d’un championnat monoplace, en Europe. Elle est loin, l’époque où les Brésiliens débarquaient par avions entiers, sur les traces d’Ayrton Senna.

Pietro Fittipaldi. Copyright : FORMULA V8

5. Anthoine Hubert, Français, 21 ans, quatriéme du GP3

Champion de F4 France 2013, Anthoine Hubert s’est fait remarqué dans la FR ALPS 2015 (4 victoires en 6 courses !) Après des débuts contrastés en F3, il s’est ressaisi, terminant finalement huitiéme. En GP3, il fit parti de la  » Dream team » d’ART Grand Prix, aux côtés de George Russell (futur Champion), Nirei Fukuzumi et Jack Aitken.

Il lui a manqué ce petit « plus » qui lui aurait permis de viser le titre. Pire car dans le sprint final, Hubert a commis des faux-pas, qui lui ont coûté le podium final.

Le constat vaut aussi pour deux autres Français. Giuliano Alesi, a d’abord joué les voitures-balais, avant de collectionner les podiums, puis de finir la saison dans le ventre mou. Quant à Dorian Boccolacci, plus d’une fois, il a voulu attaquer (finissant dans le gravier ou dans l’aileron d’un concurrent) alors qu’il aurait pu sagement assurer un Top 5.

Anthoine Hubert. Copyright : GP3

6. Kyle Kaiser, Américain, 21 ans, Champion d’Indy Lights

L’Indy Lights 2017 se joua à la régularité. Colton Herta et Matheus Leist ont commis des erreurs de débutant. Kaiser, qui triplait, a profité de son expérience et il a ainsi remporté son premier titre en automobile (!) Ce n’est ni le pilote le plus médiatique, ni le plus véloce, d’où une cote assez basse dans le paddock d’Indycar.

Kaiser sera en Indycar en 2018. Il devra d’abord faire mentir ceux qui voyait dans son sacre, un simple accident de l’histoire!

Kyle Kaiser. Copyright : INDY LIGHTS

7. Callum Ilott, 19 ans, Britannique, quatrième de la F3

Ancien pilote Red Bull, Ilott triplait en F3. En 2017, il n’a jamais été en position de mener le classement. Son passage express chez Trident fut un flop. Mais lorsque Ferrari l’intégra à sa Driver Academy, le pilote Britannique su récompenser son parrain avec deux succès. Il a même failli remporter le Grand Prix de Macao. De quoi sauver son bilan 2017.

Ferrari l’a placé en GP3, pour 2018. Une opportunité unique pour relancer sa carrière.

Callum Ilott. Copyright : GP3

8. Niko Kari, 18 ans, Finlandais, dixiéme du GP3

Chez Red Bull, le chouchou du jour peut être viré du jour au lendemain. Kari en a fait l’amer expérience. Son unique podium durant la première moitié du GP3, fut jugé insuffisant en Autriche. Oublié, son titre en SMP F4 et sa saison plus qu’honnête en F3!

Red Bull accordait sa confiance à Dan Ticktum, pour le GP3 et Kari d’être gentiment mis à la porte. Le Finlandais su bien réagir en s’imposant lors de la finale de Yas Marina, puis en dominant le test collectif.

De quoi faire oublier ses déboires et peut-être, trouver un budget pour 2018…

Niko Kari. Copyright : GP3

9. Ye Yifei, 17 ans, Chinois, huitiéme de l’Eurocup FR 2.0

Champion d’une F4 France 2016, au plateau très clairsemé, Ye Yifei effectua des débuts honnêtes en FR 2.0, avec deux succès en FR NEC et trois podiums en Eurocup. Traditionnellement, la courbe de progrès des pilotes Chinois s’arrête rapidement.

Ye saura-t-il confirmer et réussir là où tout ses compatriotes ont échoués?

Ye Yifei. Copyright : FR NEC

10. Michael Benyahia, 17 ans, Marocain, Champion de FR NEC

La FR NEC 2017 fut un grand n’importe quoi. Certaines écuries n’ont participé qu’à une manche. A Spa, les FR NEC et les Eurocup roulaient ensemble, mais avec des classements séparés! A ce GP     fut la seule grande équipe a disputer l’intégralité du Championnat.

Bien qu’ayant toujours supporter le rôle de pigistes et sans s’être imposé une seule fois, Michael Benyahia fut sacré Champion de FR NEC!

Une situation ubuesque, dont le Marocain n’est pas responsable.

Comme les neuf autres, il tentera de regagner de la crédibilité en 2018. Sa saison débutera à Marrakech, où il pilotera une Formule e.

Joest Jonathan OUAKNINE

Photos : FORMULA V8, EUROFORMULA OPEN, BRITISH F3, BRITISH F4, GP3, INDY LIGHTS et FR NEC

Michaël Benyahia. Copyright : FR NEC

About Author

JOEST JONATHAN OUAKNINE