MOTOGP 2017 : STEFAN PIERER (KTM) « NOUS AVONS SIX MOIS D’AVANCE SUR NOS PRÉVISIONS DE PERFORMANCES »

POL ESPARGARO, FER DE LANCE KTM EN MOTOGP

Stefan Pierer est le PDG de la firme autrichienne KTM, une histoire sportive incroyable qui a frisé la faillite en 1960 et encore en 1991, qui a ensuite absorbé des marques comme Husaberg, Husvqvarna et les suspensions WP.

KTM, en compète, est un épouvantail.

ANTONIO CAIROLI

En 2017 par exemple, en cross (Cairoli champion du monde MXGP), en enduro (Titre mondial E2 avec Garcia, féminin avec Maria Franke), en GP de vitesse (Oliveira à trois points de Luthi en Moto2, Champion du monde Moto3 en 2016 avec Brad Binder) et a présenté son équipe 2018 pour aller chercher une 17ème victoire consécutive au Dakar ! (Walkner, Sunderland, Price, Meo).

L’EQUIPE DU DAKAR 2018

Par ailleurs, la marque roule aussi en MotoGP depuis un an.

Le PDG nous dit sur Speed Week que si pour l’instant on est en phase de développement, on est très largement en avance sur les prévisions de résultats…

« Je n’attendais ces résultats qu’à partir de la deuxième moitié de 2018 ! Sept places dans le top dix dès la première année, inespéré ! »

Mika Kallio, qui a été brillantissime cette année en wild cards, il est pilote d’essai, était attendu comme titulaire cette année 2018 à la place d’un Brad Smith très discret mais finalement le team Pol Espargaro/Brad Smith a été confirmé, Kallio courra cinq GP en wild card.

KALLIO SIGNE POUR 2019

Kallio a donc été renouvelé comme pilote de test.

Et comme pilote remplaçant si un titulaire se baisse.

Stefan Pierer  (à droite sur l’image ci-dessus) : « Nous sommes déjà en train de planifier la saison 2019, nous nous sommes engagés auprès de Dorna pour fournir une équipe satellite.  Pour 2018, il est clair que ce sera une autre année de développement. Je suis ambitieux, mais nous avons au moins six mois ou neuf mois d’avance sur la planification en performance MotoGP …Dire que nous avions commencé au Qatar avec les deux dernières places sur la grille de départ ! Bien sûr, ce développement rapide a fait que Pol Espargaró  a utilisé tous les moteurs scellés et il a dû rouler à  Valence avec le dixième moteur. Nous sommes passés du moteur Screamer au Big-Bang au GP de Jerez, donc nous avons deux moteurs qui n’ont pas fini leur vie. Notre gros avantage est cadre tubulaire en acier. Comme en Moto2.  Pour finir, on a vu en MotoGP que notre moto est excellente au freinage. Si vous avez un  bon pilote pour le gérer correctement » ...

Remarque finale du PDG qui explique l’énormité des sommes proposées à Marquez et Zarco pour 2019 …

Pour mémoire, avec un allumage type Screamer , sur un quatre cylindres, les explosions sont décalées par paires de cylindres.

Sur un Big Bang, beaucoup plus facile à l’utilisation, avec une belle progressivité à la ré-accélération en sortie de courbe, les explosions sont quasi simultanées sur les quatre cylindres mais on perd un peu en puissance.

On rappelle les résultats de KTM en 2017.

PREMIERE PRESENTATION AU PUBLIC

Pol Espargaro termine 17ème au général avec 55 points (Marquez en a 298 au compteur), Smith est 21ème avec 29 points, Kallio qui n’a fait que quelques courses termine 24ème avec 11 points.

Le top 10 c’est Folger, avec 84 points.

Alors, je veux bien croire le PDG de KTM, puisque personne sauf lui et son staff ne sait quels étaient les objectifs 2017 et 2018, mais en se rapportant aux chiffres, les prévisions de performance de KTM seraient donc la 17ème place à la mi saison 2018…

Certes, KTM termine devant Aprilia, mais on sait que Sam Lowes est allé 31 fois au tapis et finit l’année avec 5 points, il a d’ailleurs perdu son guidon chez les Italiens, mais enfin lors de son retour en MotoGP en 2015, Suzuki avait terminé onzième avec Aleix Espargaro (105 points) et Maverick Vinales était douzième avec 97 points.

Alors les objectifs de performance de KTM me semblent bien discrets pour une marque qui ne connaît qu’un mot, gagner.

J’ajoute pour finir que cette saison 2017 a été un désastre pour KTM en Moto3, avec sept Honda aux sept premières places, le premier pilote KTM, Ramirez, a fini avec 123 points quand le champion du monde, Joan Mir, en a 341.

Bref, je me demande s’il n’y aurait pas un tout petit peu d’intox chez le boss de KTM, chose qui se pratique tout le temps en sport de haut niveau, mais aussi en politique par exemple…

Donc bon, officiellement KTM est heureux, c’est très compréhensible avec leurs résultats phénoménaux en Moto2, ensuite ça fait parler d’eux, la preuve ce papier…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP et KTM/RED BULL 

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis