MOTOGP 2019 : MARC MARQUEZ VEUT CHANGER DE STYLE DE PILOTAGE, LE SIEN EST « TROP DANGEREUX »…

CHUTE AU GP DE FRANCE 2017

27 chutes dans l’année 2017, même si ce n’est pas le record en GP (Sam Lowes est à trente et une, Jorge Navarro trente fois) c’est quand même colossal !

Et en effet dangereux car on a beau être souple comme un chat, à 300 km/h ledit chat peut se faire très mal…

Marquez a donc révélé à Sky Sport qu’en 2018, il voulait moins tomber mais continuer de gagner…

ET IL S’EN SORT A CHAQUE FOIS

C’est vrai qu’avec son style dangereux il en est à six titres mondiaux, à égalité donc avec Jim Redman et Geoff Duke, à un titre de Surtees et Read, à trois titres de Carlo Ubbiali, Mike Hailwwod et Valentino Rossi.

Et puis il ya les intouchables, Marquez est à sept titres de Nieto, à neuf titres d’Agostini.

Marquez : « Jusqu’à présent, le risque a été récompensé, mais à l’avenir on ne sait jamais, je pilote à l’instinct, je  ‘ai pas de secret, c’est la physique qui décide »

C’est ainsi qu’il voit cette fameuse « salvada », alias le sauvetage, à Valence, sur deux roues un coude et un genou…

LA SALVADA EN VRAI

Et d’ajouter « L’année prochaine je veux moins tomber et garder la même vitesse. Je  veux changer de style , parce que c’est très dangereux, si tu blesses en essais tu peux perdre la course du dimanche. Je veux trouver un autre style pour aller vite et gagner des courses, mais pour l’instant mon style est celui-ci. Ma Honda est très nerveuse, quand il y a la moindre erreur, la chute arrive ».

C’est dans cette fameuse interview qu’il a aussi dit que ce qu’il voulait à l’avenir c’est une moto capable de gagner chaque GP, façon élégante de dire à KTM et Red Bull que leur pognon ne l’intéresse pas, que leur moto n’est pas encore au top…

Mais revenons au style de pilotage.

LA SALVADA RECONSTITUÉE

Ce que l’on comprend, et là le langage est universel chez les pilotes, quand il gagne c’est lui quand il perd c’est la moto…

Or, son pilotage qui est au-delà de l’artistique, ses prises de courbes sont invraisemblables, passer en wheeling sur des vibreurs, en fin de courbe, pour effacer la roue avant comme les pilotes de supercross en whoop dee doo (mais eux sont à 70 km/h !) c’est un truc à lui.

Et seulement à lui.

A l’inverse Lorenzo est un rail en courbe, c’est même son problème avec Ducati, la moto n’est pas une bonne « vireuse » elle sera raccourcie en 2018 pour la rendre plus maniable, ensuite il ya Zarco qui ne pilote pas, il danse un ballet tellement c’est délicat … et efficace !

COMMENT MARQUEZ EFFACE LA ROUE AVANT ENCORE SUR L’ANGLE

Peut-on imaginer changer de style même à 24 ans où l’on est théoriquement malléable ?

Deux pilotes l’ont fait de brillante façon.

D’abord Rossi quand on est passé du léger et sublime 500 deux temps au quatre temps lourd et pataud.

ZARCO LE SUBLIME

Ensuite Zarco, passé du Moto2 au MotoGP avec une joie et une réussite totale, là d’ailleurs c’est plus qu’un changement de style c’est un changement de monde.

Johann a pris le temps d’analyser tout en envoyant la sauce dès le premier GP, il n’a jamais dit qu’il était déçu, même sur des séances aux chronos tristes comme un jour sans pain, qui roule en pneus tendres quand les autres rendent les durs usés à la corde…

Alors Marquez peut-il honnêtement devenir sage ? Ce qui fait gagner un pilote c’est le talent, puis l’adrénaline, la même histoire pour les acteurs de théâtre. Pas de trac et la soirée est foutue.

Imagine t’on un Marquez apaisé ?

J’avoue que c’est difficile, en plus clairement dans cet entretien, il a dit ne pas avoir le secret.

C’est sûr que le voir rester sur ses roues est un plaisir phénoménal.

GAGNER…

Un jour, Marquez aura peut-être l’aura magique de Rossi. Et Rossi a réussi à changer de style en continuant de gagner en MotoGP après le 500.

Ou est-ce une prière à Honda, faites moi une moto moins nerveuse ?

C’est vrai qu’en ce moment, ils sont tous un peu sur les dents à tenter d’imaginer le matériel qui va leur être proposé.

Euh… sauf Zarco !

Lui ne sait pas ce qu’il aura mais ce qu’il a testé lui a plu.

Ce garçon est un énorme talent et un tsunami d’enthousiasme, quel pied !

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP/ZARCO OFFICIEL 

 

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis