‘VÉLOSOLEX’, L’ÉPOPÉE D’UN SACRÉ CYCLOMOTEUR PAR JEAN PIERRE FOUCAULT.

 

 

Le Vélosolex est aujourd’hui un mythe… Celui que l’on surnommait à sa naissance  » Le vélo qui roule tout seul… »

C’est en 1946 que commence la commercialisation d’un vélo motorisé qui deviendra emblématique des années d’après-guerre.

Et pourtant, la technologie de cet engin est particulièrement étrange avec une répartition des masses illogique, une transmission par galet agissant directement sur la roue avant, une épouvantable instabilité de la direction en font un vélomoteur à la limite du danger sur route.

Mais le succès est tout de suite au rendez-vous, son prix et sa simplicité mécanique compensent ses défauts.

 

Génération après génération, toute une population fait l’expérience de ce vélo motorisé. Les stars en font rapidement un objet très « in’.

On voit Bardot, Deneuve, McQueen et bien d’autres au guidon de l’engin.

Il atteint le sommet de sa popularité à la fin des années 60. Après plusieurs rachat successifs, c’est finalement le Japonais Yamaha qui se retrouve possesseur de la marque.

Faute de clients, le ‘Solex’ disparaît en novembre 1988. Mais il existe un musée du ‘Solex’, lequel a été ouvert par  Jean-Ferdinand Pauly,
à St. Guénolé, près de Penmarch en pays Bigouden, en Bretagne donc !

Jean-Pierre Foucault avec la collaboration de Jean-Paul Viart, nous emmène sur les routes de notre enfance et de notre adolescence, pour retrouver les sensations de la conduite incertaine et l’odeur de la ‘Solexine’, ce carburant uniquement développé pour le ‘Solex’, nous expliquant :

« C’était le premier signe de liberté, que ma mère m’a offert en 1962.»

 

Gilles  GAIGNAULT

 

ÉDITIONS HUGO MOTORS

Prix : 19,95 €

 

Livres

About Author

gilles