VOIE SUR BERGES À PARIS : HIDALGO IMPAIR MANQUE ET… IMPASSE !

 

Peut-on imaginer situation plus absurde que ce que montre la photo ci-dessus ?

On est à l’Ouest de Paris, sur un moignon de Quai de Seine autorisé…

Une circulation où même les scooters ne passent plus avec aucun piéton et aucun vélo sur deux voies de l’autre côté!

Mairie et Dirigeants dont le «stalinisme» assumé sur la Circulation empêchent évidemment ce que feraient des dirigeants non englués dans leur idéologie.

À savoir enquêter sur le ressenti et surtout les conséquences prévisibles dans un premier temps, constatées une fois le forfait commis, d’une mesure aussi importante.

C’est donc la région qui a du s’y coller, tant il est vrai que si les arguments … bobo de la mairie sont bidons, les personnes qui vivent autour de Paris, elles, faute de transport public, sont obligées de rouler en voiture ou à moto pour traverser tout ou partie de Paris.

C’est Pierre Carli, Médecin Chef du SAMU de Paris, dont il est impossible de ne pas reconnaitre l’énorme expertise, qui a organisé un suivi scientifique et médical sur les conséquences de l’interdiction de rouler sur les voies sur berge.

On notera évidemment que la Région de Paris et la Ville n’ont pas la même couleur politique, mais on est ici dans le domaine scientifique!!!

Cela me rappelle un souvenir de Siences Po, cette anecdote que l’on se se répétait à l’envie.

Un célèbre débat à la Chambre des Députés, sous la Troisième République (une époque où les Parlementaires ne démissionnaient pas dès leur arrivée au Palais Bourbon…) où Paul-Boncour, me semble t-il, qui finira Président du conseil, défendait l’idée de la construction d’un pont et, s’était vu agressé par un député avec cette phrase «C’est un pont politique» !

Réponse : « Mon cher,  je ne connais pas de ponts socialistes ou radicaux, il y a seulement ceux qui tiennent et ceux qui se cassent la gueule… »

 

HOTOGRAPHE

Les quais sur la voie Georges POMPIDOU. HELEINA Photographe

 

 

On en revient à Paris.

Le suivi du Docteur Carli a été assuré sur un an et il est accablant.

Pour résumer? aggravation des embouteillages et donc de la pollution dans la Capitale et autour.

La fermeture d’un axe majeur de circulation à travers la ville a généré un report de circulation partout ailleurs.

 

54% d’augmentation du temps de trafic sur les Quais Hauts,
28% sur le Boulevard St Germain,
47% sur l’A86 dans le Sud de Paris, 21% à l’Est.

Alors le trafic automobile est donc congelé mais il n’est pas le seul.

 

LE BUS RATP, SYMBOLE MONDIAL DE PARIS

 

Car il y a à Paris un instrument de Transport Public pas mal fait en ce qui concerne les tracés et très culturellement implanté chez les habitants, l’Autobus.

Les Parisiens doivent être nombreux à les prendre, puisque les statistiques affirment que seuls 37% d’entre eux possèdent une auto.

Ces Transports en Commun, bloqués aux carrefours (j’habite Porte de Champerret, c’est un bazar innommable de 15 à 21 heures) sont également en retard, leurs voies dédiées leur permettent d’étaler ces retards mais ils sont bien là.

Impact négatif aussi sur la pollution.

 

L’ÉVOLUTION DE LA POLLUTION SELON « LE PARISIEN »

 

Et ça, c’est pour tout le monde, qu’il s’agisse du poison que l’on inhale ou du bruit.

L’Est de la Capitale est impacté sur ces deux types de pollution, ainsi que les quais hauts de Seine, en particulier la nuit.

En somme, tous les arguments de la Ville de Paris sont mis à terre.

Ceux qui sont contre l’auto et la moto, comme ceux qui concernent l’amélioration de la vie des habitants de la Capitale.

Il ya plus grave, et c’est un phénomène qui touche toutes les viles, grandes, moyennes ou petites du fait des difficultés de circulation et de la répression financière qui va avec.

Les centres des villes, traditionnellement lieux de commerce, se désertifient.

La baisse des chiffres d’affaire des commerces de centre ville est parfois très importante.

La population francilienne, qui vient  faire ses courses à Paris, change de façon d’acheter, et va donc plus facilement dans les grands centres périurbains, où le parking est autorisé et gratuit!

La Fédération du Bâtiment, qui regroupe tous les métiers  de cette activité, indique aussi que ses employés perdant plus de temps dans les déplacements, on satisfait moins de clients sur une journée.

Il est évident que dans cette affaire, au lieu de laisser le quai haut libre et de fermer le bas pour quelques vélos et piétons par jour, il fallait faire le contraire.

Ouvrir et fluidifier le quai bas, pas de riverains sauf quelques péniches dans l’ouest de Paris, et réserver le quai haut aux habitants et aux services de livraison ou de sécurité.

Je prends encore ces quais de temps en temps, même les scooters ne passent plus, et les terrasses de café, lieu de détente par excellence, qui sont nombreuses dans le centre de Paris le long de la Seine, endroit très prisé de Paris et de ses visiteurs, tout cela est vide, désespérément vide.

En bref, cela touche aussi au tourisme, ressource très importante puisque Paris et sa région sont la première destination touristique mondiale.

Secteur qui a été très touché par les attentats, qui a repris du poil de la bête début 2017 et qu’il serait absurde de freiner.

Parce que ce qui intéresse les touristes c’est le centre, c’est sûr qu’ils sont plus nombreux à la Tour Eiffel ou au Louvre que Porte des Lilas !

Alors si l’on ne peut plus circuler, on sait ce que le trafic congelé coûte à Rome et au Caire en termes de visiteurs qui ne reviennent plus, c’est un très mauvais signe.

 

LE BLASON DE LA VILLE DE PARIS BAFOUÉ ?

 

Au fait la devise de Paris est «fluctuat nec mergitur»…

Autrement dit « Il est battu par les flots mais ne sombre pas »

La Nef du Blason de la Ville est synonyme de transport et de commerce.

Ce blason remonte à la guerre de Cent ans, Anne Hidalgo et ses aficionados verts qui au passage, au niveau national ne représentent plus RIEN, oseraient casser le symbole ?

Ce choix est une monstruosité, une absurdité, de la pure démagogie… avec un résultat pitoyable ! Et sans appel…

Jean Louis BERNARDELLI


Photos :
Maurice MAIDEMIN ET RATP/ DESSIN LE PARISIEN 

 


la célèbre voie George Pompidou attire en plein après midi ce mardi un vélo. – HELEINA Photographe

Législation

About Author

jeanlouis