GIL DE FERRAN SOUFFLE 50 BOUGIES.

 

 

Gil de Ferran à son époque Indycar-© Manfred GIET

 

Retraité depuis 2009, Gil de FERRAN fait incontestablement partie de cette frange de pilotes qui se sont illustrés en sport-auto sans être nécessairement passé par la case «F1» .

Son palmarès éloquent établi outre-atlantique, témoigne à suffisance que le Brésilien, fait partie des acteurs les plus doués de sa génération.

Gil fait dorénavant partie du Club des Cinquantenaires.

Né le 11 novembre 1967 à Paris, où il résidera avec ses parents durant les neuf premiers mois de son existence avant de retourner à Sao Paulo, au Brésil, où son père, Ingénieur de formation et Responsable de production au sein de la FORD MOTOR COMPANY, avait été rappelé de France.

Dés son enfance, Gil de FERRAN se senti attiré par les sports mécaniques avec comme idole un certain Emerson FITTIPALDI, à l’époque double Champion du Monde en Formule 1 (1972-1974) et héros de tout le peuple Brésilien qui ne vivait que pour le football et désormais pour la course automobile.

Pour le jeune citoyen de la mégapole de Sao Paulo, le Circuit d’Interlagos devint par conséquent rapidement sa plaine de jeu favorite, dès ses 14 ans.

Avec comme premières armes,les disciplines de «Karting» et «Formula Ford» au menu, Gil de FERRAN n’eut cesse de se faire remarquer par son style de pilotage empreint d’audace, de maîtrise et de vélocité.

Accumulant les victoires, à 19 ans il remporte le titre de Champion du Brésil de Formula Ford 1600, performance qui du coup l’incite à délaisser ses études d’ingénieur pour rejoindre l’Angleterre, où il souhaite entamer une carrière de pilote professionnel.

Un pas que tous les pilotes de la filière Brésilienne composée d’Emerson et Wilson FITTIPALDICarlos PACE- Nelson PIQUET-Ingo HOFFMANN-Chico SERRA-Raul BOESEL-Alex  RIBEIRO-Roberto MORENO-Mauricio GUGELMIN-Ricardo ROSSET ou Ayrton SENNA avaient franchi avant lui en faisant du Portugais la deuxième langue parlée dans les paddocks en Angleterre et sur tous les circuits de la planéte !

 

Gil-de-Ferran-Vauxhall-Lotus-1990-©-Manfred-GIET.

 

Engagé en Championnat Anglais de Formule Ford 1600, puis en Série EFDA Formula OPEL-LOTUS Euroseries de 1989 à 1990, il parvint toujours à se hisser parmi le trio de tête des podiums finaux des cinq Championnats auxquels il participait.

Cela lui valut d’être incorporé dans la structure officielle du Team REYNARD RACING CARS  F3 au volant de la toute nouvelle REYNARD 913 MUGEN-HONDA.

 

Gil de Ferran en 1990 à l’époque Vauxhall Lotus-© Manfred GIET.

 

Comme entrée en matière dans le plus huppé des Championnats F3 de l’époque, celui d’Angleterre, face à des pointures telles DINIZ-BARRICHELLO-COULTHARD-RIBEIRO-ALBERS-VAN HOOL-NODA-KRISTENSEN-MÜLLER ou BERETTA, de FERRAN parvint d’emblée non seulement à aligner trois victoires de rang mais également à terminer 3ème du Championnat derrière son compatriote Rubens BARRICHELLO et l’Écossais David COULTHARD.

En 1992, toujours au Championnat Anglais de F3, il fut engagé par le PAUL STEWART RACING dirigé par le fils de Sir Jackie STEWART, toujours sur une REYNARD 923-MUGEN HONDA, au volant de laquelle, il ne fit pas dans la dentelle puisque après avoir remporté sept manches, il remporta le titre de Champion devant le Belge Philippe ADAMS et l’Anglais Kevin BURT.

L’année suivante, toujours pour le compte du PAUL STEWART RACING, il accède à la F3000, l’anti-chambre de la catégorie suprême, la F1.

Il y restera deux ans, terminant 4ème en 1993 et 3ème en 1994 de la discipline, ce qui lui vaudra un test en F1 chez ARROWS, sans toutefois l’emballer, compte tenu du manque de compétitivité de cette écurie en déclin.

 

Gil de Ferran-Reynard F3000 Team Paul Stewart Racing 1993-© Manfred GIET.j

 

Arrivé à la croisée des chemins concernant son futur direct et malgré les précieux conseils de son compatriote Ayrton SENNA, qui n’hésitait jamais à l’aiguiller, au final Gil de FERRAN se laissa attirer par le pays de l’Oncle Sam afin de poursuivre sa carrière dans la célèbre série CART américaine. Devenu depuis INDYCAR.

Série, où son idole de toujours, son compatriote Emerson FITTIPALDI, l’avait précédé, non sans avoir donné à cette discipline une nouvelle dimension en devenant le premier Champion non Américain, en plus d’avoir aligné un doublé aux prestigieux ‘500 MILES d’INDIANAPOLIS’.

 

Gil de Ferran-Penske 2001-© Manfred GIET.

 

Durant sept saisons, de FERRAN y deviendra une véritable figure de proue d’abord chez JIM HALL RACING sur des REYNARD MERCEDES et HONDA, chez WALKER RACING sur des REYNARD-HONDA, avant de passer dans la plus prestigieuse des écuries américaines, le PENSKE RACING de Roger PENSKE sur des REYNARD-HONDA, puis des DALLARA-CHEVROLET ou des G-FORCE-TOYOTA, durant ses deux saisons en IRL (INDY RACING LEAGUE).

 

Gil de Ferran vainqueur en CART 2001-© Manfred GIET.

 

Le Brésilien y truste les podiums et son nom s’inscrira à douze reprises sur les tablettes des vainqueurs avec deux titres à la clé en 2000 et 2001 et une victoire à la plus illustre de toutes, les ‘500 MILES D’INDIANAPOLIS’ en 2003, alors qu’il relevait de graves blessures aux vertèbres cervicales et lombaires et d’une double commotion cérébrale encourues lors d’un accident survenu sur l’ovale de PHOENIX au début de cette même année.

Depuis 2000, il est aussi le détenteur du record mondial de vitesse établi sur circuit fermé en réalisant à Fontana, sur le Speedway de Californie, la Pole à la moyenne ahurissante de 241,428 mph, soit 388,537 Km/h !

Une vitesse jamais atteinte sur Circuit et qui risque de faire date pour l’éternité dans les annales.

 

Gil De Ferran-Champion CART 2001-© Manfred GIET.j

 

Après sa victoire aux ‘500 MILES d’INDIANAPOLIS’ en 2003 et après une dernière victoire à FORT WORTH au Texas, Gil de FERRAN estimant avoir fait le tour du propriétaire, à 36 ans, il décide alors de raccrocher.

En 2005 toutefois, il ne put résister à l’appel de BAR, l’écurie de F1, née de la défunte écurie TYRRELL, pour y devenir Directeur Sportif après que le motoriste Japonais HONDA en soit devenu actionnaire à 45%.

 

DE FERRAN Gil -Directeur Sportif chez BAR–© Manfred GIET-.

 

Si au cours de sa carrière longue de quinze années, Gil de FERRAN n’avait jamais fréquenté les paddocks de F1, en tant que pilote, il allait par contre y faire son entrée en tant que Directeur Sportif au sein d’un Team où il allait retrouver deux vieilles connaissances, avec d’une part Adrian REYNARD, le Directeur technique et fondateur de REYNARD MOTORSPORT et d’autre part le motoriste Japonais HONDA, qu’il connaissaient pour avoir fait prospérer leurs produits tout au long de sa carrière.

Toutefois après deux années de collaboration, il jettera l’éponge, ne se sentant plus à l’aise dans la nouvelle structure mise en place par HONDA suite au retrait de BAR  et qui par la force des choses, passait d’un rôle de manufacturier à celui d’écurie complète.

 

ALMS-Laguna Seca 2009 -Gil de Ferran et Simon Pagenaud victorieux .

 

Cette expérience lui avait néanmoins redonné goût à l’action au point de se laisser tenter à reprendre le volant pour le compte de sa propre écurie en s’engageant en 2008 sur une LMP2 ACURA-HONDA en American Le Mans Series (ALMS).

En recrutant le jeune espoir Français Simon PAGENAUD en 2009, il s’autorisa même de monter en LMP1 toujours sur une ACURA-HONDA.

 

GIL-DE-FERRAN-ALMS-2009-ACURA.

 

Avec cinq victoires, ce duo monopolisera littéralement les podiums  tout au long de la saison, à l’exception des ’12 HEURES DE SEBRING’, où suite à leur abandon, le titre leur échappera pour… 17 petits points, laissant un goût tellement amer au Franco-Brésilien qu’il décidera de raccrocher le casque pour de bon cette fois en fin de saison.

«  Ma vie et toute ma carrière de pilote ont été jalonnés de challenges perpétuels et après 24 années passées dans le milieu du sport auto,je crois que le temps était venu de me consacrer à construire ma propre structure dans la discipline qui m’a donné tant de satisfaction. »

Se justifiait-il de sa décision et la nouvelle orientation qu’il souhaitait donner à la suite.

Associé à Jay PENSKE, le fils de Roger, il engagera en 2010, une DALLARA-HONDA en INDYCAR pour le Brésilien Raphael MATOS  et occasionnellement parfois, une seconde voiture pour l’Américain Davey HAMILTON,pour  le nouveau Team, baptisé DE FERRAN-LUCZO DRAGON RACING .

2011 signifiera cependant la fin de l’aventure pour de FERRAN, qui faute d’avoir trouvé les budgets nécessaires dut se retirer, laissant Jay PENSKE  seul aux commandes du Team qui poursuivra sous l’appellation DRAGON RACING.

Depuis, celui qui a élu domicile en Floride et qui a cotoyé le sport-auto sous tous les angles, travaille comme consultant en matière de réglementation pour l’INDYCAR et pour la chaîne TV ‘NBC’ en plus d’un rôle d’ambassadeur dans la nouvelle Formule e électrique, dont il est un grand partisan, persuadé que cette technologie entièrement axée sur l’écologie profitera grandement aux véhicules de production du futur.

Feliz Aniversario Gil!

 

 

Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency

Gil de FERRAN- Deux titres en Indycar chez Penske-© Manfred GIET.

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles