LA VENTE ‘LECLÈRE MOTORCARS’.

 

 

Exposition dans le cour de l’Hôtel de Ville du IXème Arrondissement

 

 

Motos rares et automobiles Youngtimer étaient à l’honneur.

Le point d’orgue des grandes ventes automobiles à Paris se situe  traditionnellement au moment du Salon Rétromobile (prochain rendez-vous du 7 au 11 février 2018) avec les maisons d’Enchères Arcturial et Bonhams.

Néanmoins, malgré la multiplication récente des ventes d’automobiles de collection, la maison de ventes Leclère Motorcars a su se hisser au niveau des rendez-vous incontournables à Paris.

 

AC ACECA Bristol de 1956 présentée devant la Mairie.

 

Ainsi le dimanche 22 octobre dernier, un rendez-vous Parisien de qualité, où se retrouvaient les collectionneurs et passionnés venus en famille à l’exposition dans la cour de la Mairie du IXème Arrondissement (6 Rue Drouot) et dans l’enceinte de l’Hôtel Drouot transformant le quartier, en un écrin festif et convivial, grâce à notamment l’animation musicale d’un excellent orchestre de jazz.

La vente ouverte au public se déroulait dans le courant de l’après-midi, dirigée par Pierre Delagneau et Maxime Lépissier, sous l’œil attentif de Marie Laurence de Rochefort.

 

Kawasaki 750 H2B de 1974

 

Étaient en jeu des Motos rares et des Automobiles de Collection, datant de 1920 à 2006. Ce plateau sélectif et varié était dispersé sous le marteau du Commissaire-Priseur Damien Leclère.

Les lots – positionnés middle-market – affichaient des estimations réalistes en accord avec l’évolution du marché.

Sélectionné avec rigueur et exigence, chacun des lots était en excellent état de présentation et de fonctionnement, de plus, grâce au partenariat avec Reezocar, les acheteurs bénéficiaient d’une garantie mécanique de trois mois sur leur automobile et d’une prise en charge des démarches administratives d’immatriculation (un service inédit et gratuit !).

Parmi ces 49 lots, 34 automobiles de collection et 15 motos rares dont :

Deux motos Kawasaki, une 750 H2B de 1974 et une 900 Z A4 de 1976, estimées 10.000-13.000 € chacune

Une Laverda 1000 Jota de 1982 avec une estimation très raisonnable de 7.000-9.000 €.

Une introuvable Renault 5 Turbo «Cévennes» de 1982. Première et unique main avec beau palmarès de compétition. Estimation 140.000-220.000 €.

Une Ferrari 308 GTB Groupe 4 de 1979 très recherchée. Estimation 170.000-220.000 €.

Une Jaguar Type E cabriolet type 1 de 1961 en très bel état. Estimation 60 000-80.000 €.

 

Renault-5 Turbo-« Cévennes-» de 1982

 

Et c’est en définitive, la très convoitée Renault 5 Turbo « Cévennes» de 1982 qui s’est envolée à 170.000 €. (pour une estimation de 140 à 220.000 €)

Cette première et unique main avec beau palmarès de compétition s’est disputée dans la salle avant d’être remportée au téléphone par un acheteur étranger.

 

AC ACECA Bristol de 1956 .

 

Parmi les autres résultats, citons Une AC ACECA Bristol de 1956 cédée pour 138.000 €, cependant qu’une Porsche 356 C 1600 SC Cabriolet de 1964 a trouvé preneur à 135.000 € TTC.

 

Olivier THIBAUD

Photos : Olivier THIBAUD

Ford T de 1924 verte, avant que le noir soit imposé par Henri Ford.

Peugeot 203 Tour Auto de 1959

La célèbre et inoubliable Mobylette Bleue de 1980 !

Ventes aux enchères

About Author

gilles