Y A T’IL LE FEU AU « RALLYE DU MAROC » ?… À VENDRE ?

 

 

UN RALLYE QUI NE FAIT PAS SEMBLANT…

 

Que les choses soient claires, nous n’avons pour ce rallye que des pensées positives, le pays est sublime, le rallye est sublime et on y a rencontré des mecs qui sont devenus des potes, bref bonheur.

AutoNewsInfo ne va plus sur cette épreuve, mais nous avons porté l’épreuve à bout de bras quand elle en avait besoin.

Aujourd’hui, c’est, en tous cas c’était devenu un rallye-raid qui n’a plus besoin d’artisans ou d’artistes comme nous, «life is life».

Mais, nous avons toujours une grosse tendresse pour cette épreuve.

 

 

Mais…

Mais au début il y eut une rumeur, colportée par des gens de peu de foi…

Puis la rumeur a enflé et a forcé, les vrais journalistes à enquêter.

Puis ce sont des sources dignes de confiance qui ont pris le relais.

 

 

Le Rallye du Maroc est en état de faiblesse.

Le Rallye du Maroc est en vente…

Au fil de notre  enquête, le dossier s’est considérablement épaissi, voici la substantifique moelle de ce que nous avons  pu recueillir de sources à priori sérieuses et concordantes.

 

AS TIME GOES BY…

 

Chanson culte du film « Casablanca » (de Curtiz, avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, 1942) qui raconte une belle histoire devenue triste…

 Play it again Sam »…

Nostalgie, le Maroc, play it again

 

 

L’édition 2017, a été mal gérée.

Des décisions absurdes ont été prises au niveau de l’organisation, les classements sont partis un peu dans tous les sens, pour revenir à la normale.

Mauvaise image, pour une épreuve que nous avons suivie durant des années, et où il nous semblait que le management tenait plutôt bien le coup.

Une erreur est toujours possible, mais en général c’est vite rattrapé, là, on ya mis le temps…

Ce qui met une ambiance dégueulasse…

Puis il ya des trucs que l’on déteste dans le rallye, genre des liaisons quatre fois plus longues que les spéciales, on peut imaginer ça, c’est quand même insupportable,  quand on court à l’échelle d’un continent, pas dans un pays comme le Maroc où chaque kilomètre est une surprise.

Cela dit, le rallye 2017 a du composer avec des oueds capricieux, en Afrique c’est un piège mortel.

Quand c’est le seul problème d’une semaine de découverte on peut vite l’oublier, quand ça s’empile cela devient une pièce à charge.

En plus, il y a eu sur le podium final… un imbroglio invraisemblable et insupportable, n’étant pas témoin direct, je n’en donne pas le détail mais tous mes contacts ont été identiques et unanimes sur le sujet !

Bilan, l’équipage vainqueur, le tandem Nasser Al Attyyah-Mathieu Baumel, s’est senti humilié, en sondant la FIA, j’ai cru comprendre que cette erreur là ne mettait guère le rallye en odeur de sainteté auprès des instances sportives…

L’organisation s’est ensuite excusée, mais le mal était fait et il ya des humiliations difficiles à oublier, nous sommes en plus dans un monde où le podium est un symbole absolu, même si c’est un élément de décor pas vraiment sexy, les émotions qui s’y déroulent sont inoubliables.

Parallèlement à cette image de marque déplorable suite à cette Édition 2017, nous avons aussi fait le compte des participants, et si les motos étaient nombreuses, les autos et les camions l’étaient beaucoup moins.

Il s’agit là d’une tendance lourde en Rallye Raid, le Dakar perd du monde (et beaucoup d’argent) le Silk Way perd du monde, mais c’est un événement sportif porté par les deux sociétés les plus importantes au monde pour symboliser le business, les bénéfices n’y sont pas une priorité, un symbole coûte toujours cher.

 

FOR SALE?

 

For Sale, ou encore « à vendre », ce serait en effet une façon de relancer cette formidable épreuve.

Or, selon l’organisation du Maroc, on y reviendra, ce rallye suscite des convoitises et des propositions d’achat, quand on est état de faiblesse, la valeur du bien baisse, ce qui ne me regarde en rien sauf que justement, il semble que la vente du Rallye du Maroc, soit bel et bien en négociations plus qu’avancées.

 

Nous avons voulu entrer en contact avec l’organisation, que nous connaissons bien, nous avons un joli passé ensemble, et nous avons été j’ai été très étonné de ne pas avoir été rappelé ?

J’ai insisté, rien, silence…

Bien sûr, nous sommes dans des métiers où… les priorités, peuvent être autres que de parler à un journaliste au téléphone, mais quand, ce qui semble être le cas, il ya un peu le feu, essayer de le réduire par la communication, est peut-être un truc à faire!

Bref, c’est au minimum étonnant…

« J’ai des doutes«  aurait dit, l’inoubliable Raymond Devos.

INFOS

 

Nous n’avons aucune envie de porter atteinte à qui que ce soit, on le fait en cas de scandale et ici il n’y en pas la moindre trace, mais le silence n’est pas ce que nous aimons le plus, sur une histoire somme toutes banale.

On cherche des infos, elles arrivent de partout sauf des principaux intéressés, voilà le résumé de nos doutes…

 

 

Quant aux négos d’achat, qui ont été confirmées par un des acteurs majeurs de l’opération, qui nous a d’ailleurs autorisés à donner son nom – il s’agit d’un réel spécialiste de la discipline, parfait connaisseur, habitué des rallyes-raid comme le Dakar ou le Silk Way – mais nous ne voulons pas intervenir dans la négo justement, voilà ce qu’en dit l’organisation du rallye dans une fin de communiqué, très courte.

 « Comme tout événement sportif important, le Rallye OiLibya du Maroc suscite des convoitises. Ce fut déjà le cas dans un passé récent où plusieurs offres de rachat ont été examinées par la direction de NPO Events. Mais à ce jour, aucun accord n’a été concrétisé avec un potentiel investisseur. Si cela devait être le cas, la direction de NPO Events serait évidemment la première à communiquer officiellement sur le sujet. »

À la grande époque de la guerre froide, il y avait dans toutes les grandes rédactions des « kremlinologues » chargés de lire entre les lignes, les communiqués, il est vrai très tarabustés des pays de l’autre côté de ce que l’on appelait alors, le rideau de fer.

Ici, la lecture fine du communiqué ne nécessite pas de grandes compétences de rhétorique, ici on comprend seulement qu’il est très possible… qu’il y ait des négos en cours !

Ce qui reste un… secret de polichinelle !

 

Le rallye serait donc en vente d’après un acheteur potentiel, un réel acteur de l’univers du Rallye raid et l’organisateur dit seulement que rien n’a été concrétisé pour le moment.

Il est évident que dans la négo, l’image négative donnée par l’édition 2017, va peser! Surtout que Peugeot va se retirer de la discipline début 2018!

Encore une fois, cela ne nous regarde en rien, le pognon, la négo, c’est le problème des acheteurs et des vendeurs.

En revanche, les erreurs d’organisation, les manquements au plus élémentaire devoir sportif, les humiliations aux vainqueurs par rancune perso, tout cela peut faire perdre au rallye son habilitation mondiale par la FIA!

Cela peut aussi ternir l’image de l’épreuve auprès des participants, qu’ils soient des stars du désert ou des amateurs  et là il ya malaise, car ce serait vraiment gâcher un événement qui compte dans le milieu du rallye raid.

 

 

Et quand l’intérêt sportif diminue, on est en faiblesse, ce qui manifestement semble être le cas.

Voilà ce qui nous pousse à réagir, car c’est un rallye que nous aimons, dans un pays que nous aimons bien, une épreuve prestigieuse dont il nous semblait qu’elle se développait chaque année, alors qu’il tourne autour des bruits fort inquiétants.

Bien entendu, l’organisation peut répondre à ce papier, nos lignes lui sont ouvertes, elles le sont déjà avant publication et rien ne s’est passé, et nous aimerions  juste que les zones d’ombre soient éclairées.

Enfin celles qui nous regardent, le business n’en fait pas partie!

Ce papier est illustré de photos d’Alain Rossignol et de son copain Jorge Cunha, qui racontent l’Afrique en images.

Et qui la racontent magnifiquement.

Parce que quel que soit le destin de ce rallye, ce qui est sûr c’est que c’est superbe…

Et que ça doit continuer.

 

 

 

Jean Louis BERNARDELLI et Rédaction AutoNewsInfo

 Photos :
Alain Rossignol et Jorge Cunha/Captain Nowhere 

.

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis