MOTO SCOUT BOBBER : INDIAN SUR LE SENTIER DE LA GUERRE…

 

Bon, à l’école, j’étais toujours du côté des Indiens, c’était d’ailleurs plus marrant de fabriquer des arcs et des flèches que faire péter des amorces dans des révolvers en plastique.

Alors forcément, la marque Indian m’intéresse…

Elle a été  fondée à Springfield, dans l’Illinois  c’était en 1901 et c’est la première marque US de motos, Harley n’arrive qu’en 1903.

Indian appartient aujourd’hui à Polaris, une société US du Minnesota, un état de l’est.   

 

 

La marque Indian était quasiment à l’abandon quand Polaris l’a reprise en 2011.

Bref, un peu  en état désespéré, comme les Indiens aux USA, battus, invisibles et  parqués dans des réserves pelées où rien ne pousse (sauf le tourisme chez les Navajos…)

Et depuis son rachat par Polaris, Indian est reparti sur le sentier de la guerre…

Avec des chiffres de progression énormes, la France est d’ailleurs le plus gros marché d’Europe (+ 35% !).

J’ai commencé à m’y intéresser quand quatre ou cinq de mes potes bikers m’ont dit qu’ils lâchaient HD pour Indian, et c’étaient de gros accros, je me suis dit qu’en effet, il y avait un phénomène à l’horizon.

Et puis Indian sort ce nouveau modèle Scout Bobber…

 

 

Un prodige d’élégance (à l’américaine) et de technologie, une vraie arme de guerre…

Cette année, Indian espère passer les 1.200 ventes en France contre 8000 chez Harley, certes le rapport de forces n’est pas égal mais on est sur du haut de gamme, et une moto sur huit ça commence à faire du gras (expression mise à la mode par Sylvain Floirat, Périgourdin arrivé en sabots à Paris et qui a fini patron d’Europe 1, de Breguet Aviation et de Matra…).

L’arme de guerre d’Indian est donc la Scout Bobber.

Et… c’est quoi une Scout Bobber ?

EXPLICATION DE NOMS…

 

Scout en anglais (on prononce « scaoute ») c’est la découverte, l’exploration, un mot que l’on utilise souvent dans les recos des rallyes raids…

C’était exactement ce que proposait Indian en 1919 avec sa première Scout, alors que les routes aux USA étaient encore souvent des pistes non goudronnées (pour la fameuse « Route 66 », ce ne sera fait qu’en 1937), découvrir des horizons nouveaux grâce à une moto de petite cylindrée, 600cc, très fiable alors qu’à cette époque, sur les motos plus chères, tout cassait sur les pistes bosselées.

 

LA PREMIÈRE SCOUT DE 1919

 

Quant au Bobber, c’est un concept ramené par les soldats américains qui, durant la deuxième guerre mondiale, avaient découvert la « nudité » et donc la beauté des motos européennes, donc leur poids moindre, donc des performances améliorées, moins d’ornements et donc plus d’élégance.

A leur retour, ils ont fait subir ce traitement à leurs engins made in USA qui ressemblaient à des chars de carnaval : on rétrécit la longueur (elles deviennent « bobbed »), on abaisse la hauteur, on raccourcit les garde-boue, on ôte les carénages façon bunker, on la dénude en somme.

La monde Europe séduit donc le marché US, juste après guerre, alors que la mode US envahit l’Europe, fameux échange!

Dans le cadre de la renaissance d’Indian, qui a donc commencé il ya très peu de temps, voici donc un modèle à la fois Scout et Bobber, carrément torride.

 

 

Avec un colossal bicylindre de 1133 cc, mais seulement 94 cv, qui permettent de vivre la moto autrement qu’à asticoter le sélecteur, avec un couple phénoménal.

Presque un renversement culturel, le foisonnement des radars pousse à trouver d’autres plaisirs routiers que des moyennes horaires frisant les 200 km/h…

Pour cette Scout Bobber, effet de pilotage garanti, même pour un non accro, avec l’élégance en plus.

Plus la technologie, c’est évidemment l’avantage de la nouveauté, Indian n’est pas tenu en otage par son acheteur de base qui ne supporte pas les modifs, et sur cette Scout Bobber, il ya en a à foison de la techno.

 

LOOK TORRIDE, TECHNO AVANCÉE

 

Le look est évidemment méchant, c’est très fashion partout, les couleurs Dark ou rouge brillant sont évidemment superbes et agressives à souhait.

Les garde-boue courts, l’habillage du phare, les jantes noires, les pneus façon « dirt », l’échappement (œuvre d’art !), le V-Twin et le cadre noir (le designer a du faire Saumur !), la selle double ton, le guidon « tracker » (un guidon plat, qui ressemble un peu aux motos de dirt).

Sublime alors que c’est tout simple…

 

 

Phénoménale, la gueule de cette moto ras du sol, à une époque où il faut être joueur de basket pour enfourcher un paquet de modèles !

Enfin une moto où l’on a le droit de se faire plaisir en n’étant pas un descendant de Gargantua…

La suspension arrière a été rabaissée de 25mm, la fourche avant est à cartouche et ça je ne peux pas vous le montrer.

 

 

Pourquoi ?

Parce que ce type de suspension, dite  « à gaz » se repérait du premier coup sur les motos de tout terrain à cause du réservoir fixé sur la fourche, ici le réservoir est dans les tubes, exactement comme une cartouche dans un fusil de chasse.

Pour les voir il faut « casser » le fusil, chose qui n’est pas vraiment possible sur une moto à 14 000 balles !

 

 

Suspension basse signifie moins de garde au sol mais encore une fois, on s’en fout, c’est une autre façon de faire de la moto, un autre univers…

Et puis il y a le côté magique sur cette moto, le nouveau logo spécifique de la Scout Bobber, pas à tortiller cette moto est une vraie révolution !

 

 

Qui fait un peu de mal au budget, mais qui fait du bien à la vie.

Pas mal comme façon de voir les choses…

Hugh!

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Constructeur

Fiche technique Indian Scout Bobber/Concessionnaires/Essais… 

http://www.indianmotorcycle.fr/indian-scout-bobber/specifications/

 

Prix : À partir de 13.990 €…

Disponible en : noir, gris et rouge.

 

Moto Moto Divers Sport

About Author

jeanlouis