À 20 ANS, STANI MACHÖIR TERMINE LE ‘TOUR DE CORSE HISTORIQUE’.

 

 

TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2017-Stani-MACHOIR.

 

Souriant. Heureux en ce dimanche 8 octobre sur le Port de Porto Vecchio, où il avait terminé la veille cette dix-septième édition du Tour de Corse Historique, l’un des plus beaux Rallyes au monde mais aussi très certainement le plus dangereux, dans la sublissime AC Cobra, probablement avec la superbe Maserati de 1957, la plus applaudie tout au long du parcours.

C’est ainsi que nous avons retrouvé, une semaine plus tard, Stani Machoïr, plus jeune participant de l’épreuve qu’organise annuellement à l’automne José Andreani et son équipe de Terre de Corse.

 

TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2017-La COBRA de Stan et Stani MACHOÏR – HELEINA Photographe

 

Car huit jours plus tôt, il n’en menait pas large le jeune Toulousain, tout juste âgé de 20 ans – il est né le 5 août 1997 à Castres – un tantinet angoissé, en écoutant lors des vérifications sur la Marina de Porto Vecchio, tous les anciens, habitués du Tour, évoquer leurs souvenirs et ce parcours à nul autre pareil, qui quotidiennement serpente, monte et descend à souhait entre montagne et ravins !

Assurément de quoi vous faire peur, de vous faire avoir la boule au ventre… et de vous demander mais un peu tard ce que vous êtes venu faire ici…

 

TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2017-La COBRA de Stan et Stani MACHOÏR – HELEINA Photographe.

 

En réalité, Stani a été retenu par son père, Stan Machoïr  un pilote chevronné, qui a débuté en Compétition, en Circuit et Rallye au début des années 70.

Commissaire-Priseur connu et reconnu, installé entre Toulouse et Albi, à Montastruc la Conseillère, Stan Machoïr, participe annuellement à plusieurs rallyes Historiques, dont ce Tour de Corse.

Il y a deux ans, il avait fait découvrir l’univers du monde du rallye Historique, en invitant son fils, alors âgé de 18 ans, à l’accompagner et de la naviguer à l’occasion du Liège-Rome-Liège, organisé fin août en 2015.

Stani se souvient :

« J’avais adoré cette toute première expérience et déjà avec l’AC Cobra. J’avais été émerveillé par la découverte des sept pays traversés. C’était enivrant, envoutant, fantastique de découvrir tous ces pays et ces nouvelles cultures. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA des MACHOÏR HELEINA Phototographe

 

Aussi lorsque son père, lui propose et lui offre, l’été dernier, de l’accompagner une nouvelle fois mais cette fois, sur le Tour de Corse Historique avec la Cobra, s’il en crève d’envie, le jeune homme qui se prépare à rejoindre l’Angleterre où il va poursuivre ses études, un BTS en management, demande à réfléchir !

Il nous explique :

« Mon père y participant régulièrement, j’avais entendu tellement de commentaires inquiétants que là, il voulait me faire découvrir l’épreuve, et me prendre comme co-pilote. Finalement, j’ai vite accepté. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA. au départ à PORTO VECCHIO – HELEINA Photographe

 

Et le lundi 2 octobre, le voilà qui débarque du Ferry dans le port de Bastia. Direction plein sud, Porto Vecchio, à une grosse heure de route.

Stani nous raconte :

« Ma première vision en arrivant ? Le parc des vérifications incroyable avec une quantité de magnifiques voitures d’antan. Et une ambiance terrible dans Porto Vecchio. J’ai trouvé cela vraiment impressionnant. J’ai de suite adoré c’était franchement magique comme ambiance. Mais en regardant autour de lui, je me suis demandé ce que je faisais là, il n’y avait aucun jeune… Comprenant vite que j’étais chanceux. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA des MACHOÏR HELEINA Photographe

 

Arrive la première ètape Porto Vecchio-l’Île Rousse mais surtout la toute première spéciale, celle de Ghisoni jusqu’au Col de Sorba et ses 28,23 km.

Stani, nous raconte ses premiers kilomètres en course, dans l’Ile de Beauté:

« J’étais stressé et ai vite ressenti une très grosse charge émotionnelle. Et ce d’autant plus, qu’au bout de deux km, on est arrivé sur une Alfa accidentée et qui avait bien tapé les rochers. De la voir dans un piteux état, cela m’a refroidi, j’avais le cœur qui cogne fort! »

Et, il enchaîne :

« Mon père m’a rapidement sécurisé et mis en confiance pour la suite, car il pilotait prudemment sans prendre aucun risque. »

Avant de nous indiquer :

« On est arrivé à Corte. J’ai adoré. Le rassemblement et le regroupement avec toutes les autos garées dans la rue principale et l’ensemble des concurrents déjeunant tous aux terrasses. Un beau souvenir, de belles images. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA des MACHOÏR – HELEINA Photographe

 

Lorsque la Cobra qui porte un numéro élevé rejoint l’Île Rousse, la nuit est déjà tombée depuis longtemps. Donc, le jeune homme n’a pas eu le loisir d’admirer le superbe front de mer. Mais il se régale en parcourant le parc fermé installé sur le port.

Direction Porto le 6 octobre.

Stani se souvient :

«  Quel parcours. Depuis Calvi vers Notre Dame de la Sera. Des paysages hallucinants de beauté et dont je me souviendrais, bien ancrer au fond de ma mémoire. »

Et côté course, il nous précise :

« Avec la puissance de la Cobra et le couple phénoménal, sur ces routes sinueuses à souhait, mon père commençait à souffrir un peu des bras. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA de Stan et Stani MACHOIR. Photo Fred CHAMBERT.

 

Naturellement une telle bagnole, attire les yeux. Stani nous lâche :

« Partout, la Cobra était photographiée, montrée du doigt, entourée. On a rencontré un énorme succès populaire. Les gens nous confiaient qu’ils étaient impressionnés de voir une telle voiture disputer la course. »

Entre Porto et Ajaccio, Stani se souvient qu’il commençait à bien prendre du plaisir :

« Effectivement, je n’avais plus du tout peur, plus la boule au ventre, plus le cœur qui fait boum-boum. J’étais totalement serein, décontracté. Confiant dans la conduite de mon père. Surtout qu’on ne cessait de croiser des troupeaux de vaches, de chèvres de cochons sauvages et même de sangliers, souvent couchés au beau milieu de la route et aussi parfois en pleine spéciale. Et qui ne prennent pas attention aux voitures, visiblement bien habitués à leurs passages. Cela donne l’impression que la route leur appartient!  Des routes empruntées par le Tour, où tu te demandes qui y passe et pour aller où, dans ces coins perdus !»

Dernier jour avec le retour sur Porto Vecchio :

«  La dernière étape m’a fait un peu penser à Pike’s Peak, très belle, rapide. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA à l’arrivée sur le podium à PORTO VECCHIO – HELEINA Photographe

 

Sur le podium d’arrivée dans la Marina de Porto Vecchio, le jeune homme savoure :

«  J’ai été chaleureusement félicité par beaucoup de concurrents. »

Et alors que nous lui demandons quel souvenir il gardera de cette première expérience et de sa première visite en Corse, il nous explique :

« Des paysages incroyablement variés et tout à fait exceptionnels. Des routes étroites pratiquement infranchissables pour notre Cobra. »

 

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA de Stan et Stani MACHOIR. Photo Fred CHAMBERT.

 

Indiquant encore :

« Je n’ai qu’un regret. De ne jamais croisé les voitures de tête car nous partons chaque matin, quatre heures plus tard et rejoignons dans la foulée, l’arrivée toujours très tard, ne nous permettant pas de fréquenter les leaders. »

Et si on lui parle de l’avenir, il conclut :

« Je n’ai naturellement qu’une envie, revenir l’an prochain.»

Nous aussi, comme chaque année…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos :
Jeff THIRY- Fred CHAMBERT-HELEINA Photographe

TOUR de CORSE HISTORIQUE 2017 – La COBRA de Stan et Stani MACHOIR et la MASERATI. Photo Fred CHAMBERT.

 

TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2017-La COBRA de Stan et Stani MACHOÏR – HELEINA Photographe

 

About Author

gilles