COUP DE PROJECTEUR SUR LE TOUR DE CORSE HISTORIQUE 2017

 

 

Quelques informations pour tout savoir de cette édition 2017 qui débutera ce  lundi 2 octobre par le Shakedown de Palombaggia pour se terminer samedi 7 octobre à Porto-Vecchio.

Tout d’abord un plateau exceptionnel qui regroupe 127 équipages en VHC et 88 en VHRS.

Cette année, les organisateurs’ Terre de Corse’ ont conclu un partenariat avec la firme Abarth qui prouve, s’il en est encore besoin, la volonté de la marque au scorpion de rester fidèle à l’esprit de son créateur,  Carlo Abarth et ce depuis 1977, celui-là même qui a préparé des voitures particulièrement compétitives sur l’Ile de Beauté.

On notera également la participation du Musée Porsche de Stuttgart qui, désireux de promouvoir la marque à travers des épreuves historiques, va prêter deux 911/SC/RS – un modèle produit à seulement 21 exemplaires – à deux ténors du rallye,  le Français Gérard Larrousse, vainqueur de l’épreuve en 1969 et son comparse avec qui il remporta les 12 heures de Sebring 1971,  le Britannique Vic Elford.

 


CASTIRLA-TOUR de CORSE-HISTORIQUE-2016-Jean-Claude ANDRUET et Harri TOIVONEN-Photo-AUTONEWSINFO

 

Jean-Claude Andruet pilotera, lui, une Simca CG,  dont les performances sont très attendues. Le concepteur de ce prototype à moteur central, Henri Chemin, sera présent  sur l’Ile de Beauté pour retrouver son coupé victorieux dès sa première sortie au Critérium des Cévennes en  1970, alors piloté par un certain … Gérard Larrousse!

A noter que 60 équipages cette année,  participent pour la toute première fois au Tour de Corse Historique, un record de popularité pour l’épreuve insulaire.


TOUR-DE-CORSE-HISTORIQUE-2017-Le-parcours

 

18 spéciales  pour un total de 340 km, la plus longue spéciale étant l’ES2 – 28,23 km entre Chisoni et Col de Sorba – pour une mise en jambe des plus musclées dès mercredi matin, figurent au menu de cette édition 2017.

Un vrai Tour de Corse qui fait… le tour de la Corse!

Pour le plus grand bonheur des spectateurs, la boucle est complète et emmènera les concurrents depuis Porto-Vecchio jusqu’à l’Ile Rousse, Porto et Ajaccio, avant le final de Levie – Col de Bacino.

 

Petit rappel sémantique


TOUR de CORSE-HISTORIQUE-2015 -En parc fermé devant la mer à PORTICCIO-Photo-AUTONEWSINFO

 

VHC : Véhicule Historique de Compétition : classé selon la vitesse, il suit la réglementation du rallye moderne en y ajoutant un règlement propre à l’épreuve.

VHRS : Véhicule Historique de Régularité Sportive : comme son nom l’indique, le facteur essentiel est la régularité de la vitesse décidée avant l’épreuve. Il existe trois moyennes de vitesses possibles : haute, moyenne et basse. Chaque concurrent choisit la sienne souvent en fonction de son véhicule!

 


TOUR de CORSE HISTORIQUE 2016 – José Andrèani – Photo-AUTONEWSINFO

 

A la veille du regroupement de l’ensemble de  la caravane ce lundi le long de la Marina de Porto Vecchio, rencontre avec José Andreani,  le Président du Comité Organisateur de cette sublime épreuve qu’est ce Tour de Corse Historique, compétition qui au fil des ans, continue d’attirer toujours autant de passionnés, a la fois attirés par le cadre tout à fait magique et exceptionnel mais également par l’histoire de ce rallye mythique…

Josè, retour sur votre engagement sans faille au Tour de Corse Historique dont vous êtes le grand ordonnateur. Quelles sont les nouveautés pour cette édition 2017 ?

 » Pour commencer, nous avons modifié le sens du parcours puisqu’il s’effectue cette année dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Ainsi la première étape emmènera les concurrents de Porto Vecchio à l’Ile Rousse, alors que c’était traditionnellement l’itinéraire de la dernière étape. Certaines routes sont tout à fait inédites, tandis que d’autres, avaient été abandonnées depuis plusieurs années. Le parcours est plus concentré sur 340 km de spéciales. Nous allons retourner dans le centre ville d’Ajaccio, ainsi qu’à Calvi et Corte où nous avons prévu des regroupements de milieu d’étape. »

José poursuit:

« En ce qui concerne nos partenaires, nous sommes heureux d’avoir un nouveau partenaire titre avec Abarth, ainsi qu’un nouveau partenaire horloge: Ange Barde. »

Avant de nous préciser:

« Pour les concurrents, nous avons mis en place de nouveaux services afin de notamment leur faciliter les ravitaillements en carburant. Comme il était compliqué de transporter du carburant par bateau en raison du Plan Vigipirate, notre partenaire Ferrandi va mettre à disposition des équipages qui en feraient la demande du 98. »

José ajoute encore:

« Les concurrents auront également à participer à l’équivalent d’un Shakedown, en fait une séance d’essais non chronométrée, durant laquelle les partenaires auront l’occasion de faire faire un tour à des invités par exemple. » 

Comment trouve-t-on à innover encore après autant d’années sur la même épreuve ?

« C’est simple, il faut se mettre à poil tous les ans! Il faut oser, se creuser la tête, se remette en question. Parfois c’est compliqué! On se demande toujours jusqu’à quel point les concurrents aiment ces changements. Ce n’est pas toujours facile de modifier certaines habitudes. »

Selon vous, quelles sont les voitures les plus inédites engagées cette année ?

« Je suis certain que la Simca CGMH de Jean-Claude Andruet va faire le buzz. C’est un modèle unique que Jean-Claude aurait du piloter en 1972 et qui s’est finalement retrouvé entre les mains de Bernard Fiorentino, second de l’épreuve cette année là. Jean-Claude avait gagné mais aura forcément à cœur de prendre en mains ce coupé et son histoire particulière. Il y aura aussi une grande variété de Porsche à admirer et je pense que le capital sympathie des Coccinelle et autres 4L ne se démentira pas. »

S’il ne fallait suivre qu’une spéciale quelle serait-elle ?

« Plusieurs! Mais je crois que Ghisoni présente une réelle variété, avec une grande difficulté technique, ça monte très vite, puis la descente est vertigineuse. Il y a plein d’autres spéciales qui sont absolument magnifiques mais celle-ci reste un monument pour moi. » 

Pensez-vous que d’autres usines, hormis Porsche vont manifester un intérêt pour une participation plus professionnelle dans les années à venir sur des épreuves telles que le Tour de Corse Historique? 

« Je pense que les constructeurs qui s’intéressent à l’Historique n’ont pas une démarche tournée vers la compétition à proprement parler. On va voir ce que ça va donner avec Porsche cette année, ce qu’ils vont en tirer, comment on va pouvoir inciter les constructeurs à venir, c’est un test. Il n’est pas certain que les constructeurs veulent développer la compétition historique. On va voir aussi de quelle manière Abarth va s’impliquer dans la compétition. La plupart des spectateurs se retrouvent finalement dans les villages où ils peuvent parler aux pilotes et où leurs rêves deviennent accessibles. En spéciales, on ne trouve que les connaisseurs et les passionnés. Le rallye est un musée dynamique et itinérant mais il n’est pas uniquement axé sur la compétition et la vitesse »

Votre première participation dans une voiture de rallye remonte à 1973. A l’époque vous étiez co-pilote dans une R12 Gordini. Quelle est la voiture qui vous ferait rêver si vous deviez à nouveau co-piloter sur une épreuve nationale?

« Ah non pas copiloter, piloter !!!  Et une Lancia Stratos légèrement relookée!!! « 

Un pronostic pour l’édition 2017 ?

« Non c’est beaucoup trop compliqué. Celui qui est capable de deviner le vainqueur de cette année, je l’embauche tout de suite avec un salaire de ministre! Nous acceptons des voitures de 1965 à 1990 et nous avons divisé le plateau en deux. La voiture officielle gagnante sera du premier plateau et donc d’avant le 31 décembre 1985. La catégorie J2 comprend les voitures de 85 à 90 et fera l’objet d’un classement propre. Certaines Porsche et Ford pourront tirer leur épingle du jeu tandis que les performances de la Simca de Jean-Claude Andruet restent la grande inconnue de ce Tour. Les J2 vont faire des temps très intéressants et elles sont 4 ou 5 à pouvoir l’emporter. » 

Une chose est d’ores et déjà sure et certaine, ce Tour de Corse Historique demeure et reste chaque automne, l’EVENEMENT pour tous les passionnes de rallyes, et possesseurs de bolides d’antan, qui autrefois, faisaient les beaux jours du Tour de Corse!

 

 

Gilles GAIGNAULT 

Photos: HAASE FOTO CLASSIC  et AUTONEWSINFO 

 


TOUR-DE-CORSE-HISTORIQUE-2015-Vue-sur-la-plage-de-SAGONE-Photo-AUTONEWSINFO

 

TOUR-DE-CORSE-HISTORIQUE-2015-Une-petite-partie-du-parc-fermé-à-PORTO-Photo-AUTONEWSINFO

 


TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2016-VICTOIRE-à-PORTO-VECCHIO-pour-la-PORSCHE-CARRERA-RS-de-ROMAIN-DUMAS-et-DENIS-GIRAUDET

 


TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2016-La-PORSCHE-911-CARReRA-RS-de-Romain-DUMAS-et-Denis-GIRAUDET-dans-les-Calanches-de-PIANA-au-dessus-de-PORTO

 

TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2016-ERIK-COMAS-et-sa-STRATOS-

 


TOUR-de-CORSE-HISTORIQUE-2016-La LANCIA-STRATOS d’ERIK-COMAS, 1er leader ce mardi soir à  PORTO-VECCHIO-

 


TOUR-DE-CORSE-HISTORIQUE-2015-La PANHARD PL de Pierre-Henry MAHUL-Photo-AUTONEWSINFO

 

About Author

gilles