MOTOGP 2017 EN ARAGON : UN DUO D’ENFER ET DEUX SORTIES DE TUNNEL.

MARQUEZ A UNE VRAIE AVANCE AU GÉNÉRAL

Le duo d’enfer est évidemment le team HRC, où Marquez, encore une fois, a pris des risques insensés (en tous cas selon Dall’Igna, le boss de Ducati, et il connaît bien la musique) pour gagner avec une meule qui ne lui convient pas.

Quant à Pedrosa, il a bataillé ferme pour terminer deuxième, protégeant ainsi son leader en lui permettant d’augmenter son avance au général de façon non négligeable avant d’attaquer la tournée Japon/Australie/Malaisie.

Malaisie qui recevra d’ailleurs le MotoGP trois semaines après la F1, qui courra à Sepang pour la dernière fois, et où l’on craint de grosses dégradations de la piste pour les motos qui, elles, sont les bienvenues…

Bon, avec des risques phénoménaux et un coéquipier de rêve, Marquez attaque la fin de saison en position favorable.

LA SORTIE DU TUNNEL POUR APRILIA ET KTM ?

POL ESPARGARO ET MIKA KALLIO

 

Depuis son arrivée en MotoGP début 2017, KTM, dont on connaît les gènes (et le génie !) de la compétition, subit une humiliation terrifiante, ses deux pilotes permanents sont respectivement 23ème au général (Bradley Smith, avec 14 points, Marquez est à 224 !) et dix septième (Pol Espargaro, avec 37 points).

En Aragon, la présence de Mika Kallio sur une troisième moto, avec une wild card, a du le pousser un peu, Pol Espargaro termine dix, Kallio onze.

MIKA KALLIO

 

Et donc KTM atteint enfin ce top ten qui est signe d’une entrée dans le grand monde, même si au classement général, on est très loin de la dixième place…

Celui qui est moins bien en revanche c’est Bradley Smith, qui a quatorze points en quatorze GP quand Kallio en a onze en trois participations…

Christophe Guyot, patron du team GMT 94 champion du monde d’endurance 2017, m’avait dit qu’il  avait quasiment conclu avec Kallio pour rouler dans son équipe mais que finalement, le pilote finlandais n’avait qu’une obsession, revenir en MotoGP.

Et il est hautement probable que cette obsession va devenir réalité, en 2018, même si Smith est encore sous contrat, on comprend que KTM le rémunérera comme prévu mais fera rouler Kallio en pilote permanent.

Il est vrai que s’appeler KTM et gire en fin de classement général est une chose inimaginable…

Mais bon, deux pilotes sont à la porte du Top Ten, les efforts paient…

ALEIX ESPARGARO ET SA BANDE RETROUVENT LE SOURIRE

 

L’autre team qui sort un peu le nez de la fange est Aprilia.

Si Sam Lowes continue de rouler par terre avec un résultat sous terre (2 points en quatorze GP !), Aleix Espargaro termine six, devant Dovizioso s’il vous plaît (pour le plus grand bonheur de Marquez d’ailleurs…), c’est la deuxième fois de l’année que la moto frise le top 5, Albesiano, le boss de l’équipe est enfin satisfait.

ROMANO ALBESIANO

 

« C’était un bon week-end. Lors des essais et en course, nous avons finalement pu décrocher e bons résultats et il est important de l’avoir fait sur une piste où tout compte, du moteur à l’architecture du châssis au réglage fin, un réel banc d’essai et l’une des meilleures pistes pour démontrer notre valeur. Les performances ont été constamment très élevées. »

 

LE TEAM DUCATI A ROULÉ A L’ENVERS!

Bon, pendant ce temps, Lorenzo a certes fait un podium important pour son moral mais qui a aussi fait perdre quantité de points à Dovizioso au général !

Rossi a bien failli, personne ne s’y attendait, avec une moto qui mange ses pneus comme l’orque se rue sur le phoque, battre Vinales, probablement le seul espoir de la marque bleue d’arriver à battre Marquez…

VINALES ET ROSSI, L’UN VA AIDER L’AUTRE ?

Bref, face à un redoutable duo Honda qui fonctionne à merveille, les rouges et les bleus perdent un terrain précieux.

Rien n’est fait, quatre GP à courir c’est 100 points à distribuer.

Marquez est leader, seize points devant Dovizioso, vingt huit devant Vinales, cinquante quatre devant Pedrosa, cinquante six devant Rossi.

Il a donc le droit à zéro erreur devant Dovizioso, une devant Vinales et deux devant Pedrosa et Rossi.
Ducati va devoir rouler en vrai duo, Yamaha idem, mais des pilotes énormes comme Lorenzo et Rossi accepteraient ils de servir la soupe?

Peu probable, en tous cas pour l’instant.

A Valence peut-être selon les enjeux…

Donc Motegi, le 15 octobre, sera extrêmement déterminant. Marquez et Dovizioso ont tout à perdre, les autres plus rien à perdre, bref tout le monde doit mettre du lourd, même si les motifs sont exactement opposés.

Génial !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis