BRUNO GIACOMELLI DORENAVANT EN CATÉGORIE « SENIOR »

Bruno Giacomelli 1979-© Manfred GIET

 

 Né le 10 septembre 1952 à Borgo Poncarale près de Brescia en Lombardie, l’ancien piloteItalien Bruno GIACOMELLI fête ses 65 ans, un âge qui lui donne dorénavant droit à des avantages divers avec la carte « sénior »!

Issu de cette belle province italienne de Brescia, et sa capitale du même nom, qui pour avoir fait partie à une époque de l’ancienne province de Venise, porte parfois le nom de » La Petite Venise », cette ville Lombarde, a au cours de son existence connu quelques célébrités en ses murs.

Outre Bruno GIACOMELLI et le plus grand pilote moto de l’histoire, Giacomo AGOSTINI, 15 fois Champion du Monde sur deux roues, le célèbre peintre MORETTO ainsi que les footballeurs internationaux transalpins BALOTELLI & PIRLO sont également originaire de cette cité, qui a accueilli également durant des décennies la plus célèbre des épreuves automobiles d’endurance sur routes ouvertes, les prestigieuses et inoubliables MILLE MIGLIA, épreuve mythique disputée en aller-retour entre BRESCIA et ROME et qui ont vu entre 1927 et 1961, des célébrités comme NUVOLARI-CARACCIOLA-VARZI-VON HANSTEIN-ASCARI-MOSS-CASTELLOTTI-TARUFFI se succéder au palmarès.

C’est à l’âge de 20 ans que Bruno GIACOMELLI  a effectué ses débuts en sport-automobile, en commençant par la Formule Ford Italienne, discipline qu’il dut mettre en veilleuse pendant l’année de son service militaire obligatoire.

Après avoir … »déposé les armes », rapidement il reprit un volant en roulant durant trois années en F3, dècrochant une victoire de prestige au célèbre GP de Monaco en 1976, non sans avoir également empochè le titre de Champion d’Angleterre du Championnat SHELLSPORT F3.

 

Bruno Giacomelli 1990© Manfred GIET

 

Ce garçon sympa, provenant d’une famille modeste d’agriculteurs, que le paddock surnomma rapidement « PANDA »à cause de son allure et de son embonpoint, la voie semblait toute tracée pour rejoindre la lignée des pilotes Italiens, comme PATRESE-ALBORETO-BALDI-BRAMBILLA-DE CESARIS-FABI-GABBIANI–GHINZANI-MERZARIO-PALETTI-PESENTI ROSSI-STOHR et Melle LOMBARDI, qui à l’époque représentaient un sacré contingent de talents à l’état brut.

 

Bruno Giacomelli-Zolder 1977 sur une MARCH 761- un one shot- © Manfred GIET

 

Les résultats aidant, Bruno GIACOMELLI, s’est rapidement retrouvé en F2, l’anti-chambre de la F1 à l’époque.

De 1977 à 1978, il rejoignit l’équipe MARCH de Robin Herd pour lequel il devint un des fers de lance sur des chassis MARCH propulsés par des moteurs HART et BMW.


Bruno GIACOMELLI-F2 MARCH-BMW 1978-© Manfred GIET

 

En 1978, Bruno remporta le Championnat d’Europe de F2, après avoir remporté huit des douse manches, un coup de maître qui le propulsa en F1, discipline où il avait déjà effectué quelques piges; un an auparavant, entr’autres chez Mc LAREN

 

 

Team où on le rebaptisa avec l’inscription Bruno « Jack O’ MELLEY « sur le cockpit, ce qui à la première apparition sema un peu le doute au niveau des spectateurs, qui se demandaient qui pouvait bien être ce nouveau pilote … Irlandais!

 

 

Un an plus tard, Bruno GIACOMELLI signe un contrat chez AUTODELTA, le revenant après le retrait d’ALFA ROMEO qui datait de la fin 1951!

Ce sera pour lui un contrat de pigiste pour quatre GP qui lui permettront de parfaire son apprentissage avant d’être engagé pour toute la saison 1980 avec le regretté Patrick DEPAILLER comme équipier. Ce dernier trouvant la mort au volant de cette ALFA, le 1er août lors d’une séance d’essais privès organisèe sur le circuit Allemand d’Hockenheim

 

Bruno Giacomelli-ALFA ROMEO-Dijon 1981-© Manfred GIET

 

Lors du premier GP de la saison, en Argentine, Bruno faisait déjà valoir son slogan « La pédale jusqu’au métal » en terminant 5ème, mais ce ne fut malheureusement qu’un feu de paille, car l’ALFA ROMEO 179 V12, s’avéra très fragile par la suite.

L’accident mortel dont fut victime Patrick DEPAILLER lors de cette session d’essais privés à Hockenheim perturba encore plus l’écurie Italienne par la suite, même si GIACOMELLI put rééditer sa 5ème place de Buenos-Aires, justement  au GP d’Allemagne à Hockenheim et réaliser la Pole au GP des USA à Watkins-Glen, où en course il mena l’épreuve durant 32 tours avant que le V12 ALFA ne se transforme en fumée!

En 1981, alors que l’ALFA ROMEO 179C semblait avoir évolué, la première moitié de saison reste cauchemardesque et ce n’est qu’après l’apparition de l’ALFA ROMEO 179D, une évolution du modèle utilisé en début de saison, qu’enfin les choses vont évoluer pour GIACOMELLI qui rendra la pareille à l’écurie Milanaise, en terminant 4ème au GP du Canada et à la troisième place sur le podium du GP des USA Ouest, à Las Vegas.

 

Bruno Giacomelli-ALFA ROMEO-Zolder 1982-© Manfred GIET.

 

L’année suivante, l’espoir de voir le Team ALFA ROMEO progresser d’une manière significative s’estompera rapidement, si ce n’est lors des qualifications où GIACOMELLI fera souvent bonne figure.

En course par contre, mis à part une 5ème place une nouvelle fois au GP d’Allemagne à Hockenheim, ce sera la bérézina totale, au point que Bruno rendra son tablier en fin de saison chez ALFA ROMEO et continuera bien l’aventure F1 mais chez TOLEMAN en 1983

 

GIACOMELLI- Rejoint en 1983, l’équipe TOLEMAN, ici à Zeltweg en Autriche

 

Aux côtés de Derek WARWICK, dans l’ombre duquel il ne put malheureusement briller et avec une sixième place au GP d’Europe à Brands-Hatch comme seul résultat positif.

En 1984,  faute d’offres valables, il se tourna brièvement vers le CART américain sans plus de succès et plutôt avec un goût amer après sa non-qualification aux 500 Miles d’Indianapolis.

 


Bruno GIACOMELLI-Le Mans 1988-Porsche Kremer-© Manfred GIET

 

Par la suite il quitta la monoplace pour s’orienter vers des disciplines aussi variées que la Coupe PORSCHE, le Championnat du Monde Tourisme, les Interseries, les Sports-Protos du Championnat du Monde en Endurance, où il triomphera aux 1000 Km de Fuji, participant trois fois aux 24 Heures du Mans.

 


Bruno GIACOMELLI-24 Heures du Mans 1990-  Porsche Lloyd 962 C-© Manfred GIET.

 

Après avoir accepté un job de pilote-essayeur chez MARCH en F1 et de nouveau ALFA ROMEO, qui souhaitait faire son entrée en CART, il succomba même à ses vieux démons en acceptant à nouveau un volant en F1 pour la saison 1990.

Cette nouvelle opportunité allait cependant s’avérer comme bide total, le pire de toute sa carrière.

 


Bruno Giacomelli-LIFE RACING-Budapest 1990-© Manfred GIET

 

C’est ainsi qu’il se retrouva dans une vraie galère après avoir été appelé à remplacer Gary BRABHAM chez LIFE RACING, une nouvelle écurie en F1 basée près de Modène en Emilie Romagne et issue d’un vrai atelier de bricolage, pour ne pas dire une caverne d’Alibaba.

Avec un ancien chassis de F3000 racheté à l’ècurie FIRST RACING de Lamberto Lèoni et èquipé d’un moteur 12 cylindres en W, crée par Franco ROCCHI, un ancien de la Scuderia FERRARI et ami intime d’Enzo FERRARI, cette voiture inscrite à quatorze GP, ne réussit jamais à se qualifier, voire quitter son Box, à l’appel des qualifs!

La gestion de cette pseudo écurie relevait de l’amateurisme à l’état pur, au point que parfois les mécanos furent empêchés de travailler correctement faute de matériel adéquat!

Cette dernière péripétie lui fera mettre un terme définitif à sa carrière et dont le palmarès ne reflète malheureusement pas son immense talent.

Actuellement Bruno GIACOMELLI, qui depuis quelques années s’est fait discret, vit une retraite paisible dans cette belle région Lombarde, au pied des Alpes, à Roncadelle près de Brescia, là où se trouvent ses racines.

 

Buon compleanno -Happy Birthday Bruno !

 

Manfred GIET

Photo: Publiracing Agency et HELEINA Photographe

 

GRAND PRIX de FRANCE de F1 HISTORIQUE-2017-   La LIFE de Bruno GIACOMELLI-HELEINA Photographe

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles