LONG TRACK 2017 : MATHIEU TRESARRIEU, NOUVEAU CHAMPION DU MONDE FRANÇAIS ! COCORICO !

 

Le lendemain du double titre mondial en championnat du monde par équipes d’enduro à Brive-la-gaillard (ISDE), nouvelle super bonne nouvelle…

On est à Morizès, évidemment en Gironde, le berceau du Long Track français, ces courses de vitesse tout terrain sur sol plat, l’un des sports moto les violents et les plus spectaculaires au monde.

Il s’agit donc de Long Track, ex Grass Track dans la région de Marmande et La Réole, j’en ai été le speaker plusieurs fois dans une ambiance inimaginable, une chaleur écrasante au point que les spectateurs viennent avec des bouteilles d’eau glacées au congélateur pour tenir la soirée…

VIOLENT LE LONG TRACK

Les courses se déroulent en soirée, justement pour que les spectateurs ne sortent pas cuits par le soleil…

Cela dit, la nuit dernière à Morizès, la nuit a été fraîche, ce qui n’a pas empêché les milliers de spectateurs de hurler car l’ambiance a été chaude, le Français Matthieu Tresarrieu, originaire de La Réole, avait très peu de points d’avance avant la finale, l’écart s’est même réduit à un point !

Et dans ces courses, on a le temps de stresser, il ya quinze manches de qualifs, chacune fait quatre tours, c’est très bref, on est en glisse quasi permanente de l’arrière, le départ se fait à l’élastique, et chaque pilote reçoit un capuchon qu’il enfile sur le casque et qui correspond à son numéro de couloir de départ.

MATTHIEU TRESARIEU

A Morizès, club dirigé par Mr Bouin, qui existe depuis 1972, on propose une école de pilotage, si ça vous tente c’est marrant comme tout (Tel 05 56 71 31 85), même si au début on hésite à faire partir la roue arrière…

Le club est un habitué des manches de mondial, c’est la 24ème que l’on y organise !

La piste est cendrée, le championnat du monde se déroule aussi sur des pistes en herbe (d’où l’ancien nom Grass Track, que l’on prononce dans la région « grrrrasseu trrrac » en roulant les « r »)  il ya donc un anneau de 540 mètres, en ovale, on est dans le domaine de la glisse absolue.

Mais les pilotes doivent être aussi bons sur l’herbe que sur la cendrée!

Toutes les courbes sont à gauche.

On tourne toujours dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (anti clockwise).

Après les quinze manches qualificatives, il ya les demi finales, avec les dix meilleurs, puis la finale avec les cinq meilleurs des demi.

C’est ce qui fait que ce sport est somptueux, il se passe toujours quelque chose, et les bons pilotes n’ont jamais le droit à l’erreur.

Les motos sont les mêmes qu’en Speedway sauf qu’elles ont des suspensions et que les courses se déroulent sur des pistes longues, entre 450 et 1000 mètres.

D’où le nom « Long Track », par opposition au short track.

Matthieu Tresarrieu était déjà champion du monde junior, il a été vice champion du monde chez les grands en 2016, il est aujourd’hui titré, c’est le premier Françasi en Long Track, devant tous les pays spécialistes de la discipline, l’Angleterre, la Pologne, l’Allemagne, la Tchéquie…

Il a réussi à arriver en finale contre quatre calibres absolus, le Hollandais Hummel, Le Tchèque Franc, l’Allemand Hartel et l’Anglais  Chris Harris.

A 32 ans, voilà Matthieu titré, très beau week end pour la moto de tout terrain française, on sait que  le TT c’est la spécialité du pays même si le phénomène Zarco a remis les pendules à l’heure.

On lâche rien, ce soir c’est le GP de Motocross des USA et Febvre a terminé troisième des qualifs la nuit dernière…

On sera à Jacksonville, dans le nord de la Floride.

C’est un état plein de vieux riches en retraite, mais il ya aussi un endroit nommé Daytona, à moins de cent bornes au sud, qui devrait vous parler à vous, amateurs de sensations fortes.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos FIM ET COCO LAMARGUE

Moto Sport Tout terrain

About Author

jeanlouis