TEDDY PILETTE A SOUFFLÉ 75 BOUGIES.

 

 

 

Né le 26 juillet 1942 à Bruxelles, Teddy PILETTE  vient de souffler 75 bougies et fait partie d’une véritable dynastie de pilotes automobiles, puisque déjà son grand-père, Théodore, avait été un pionnier dès 1903, au début de la course automobile, avec comme meilleurs résultats une brillante 5ème place au général des 500 MILES d’INDIANAPOLIS et un podium en terminant 3ème du GP. de FRANCE pour voiturettes en 1913.

De son état, importateur MERCEDES et BUGATTI pour la Belgique, il trouva malheureusement la mort prématurément, en se rendant à l’usine MERCEDES à Stuttgart en 1921, alors que son fils André, n’avait que 3 ans.

André n’est autre que le père de Teddy, troisième dans la dynastie Pilette, et qui emboîta le pas à son père Théodore, qu’il avait à peine connu, pour se consacrer au Sport Auto et à la F1 en particulier et ce de 1951 à 1964, en pilotant des TALBOT de l’Écurie Belge, CONNAUGHT, de GORDINI, et des voitures de la Scuderia FERRARI et de l’Écurie SCIROCCO Belge.

Extrêmement doué, André PILETTE,  fut malheureusement victime de nombreux accidents, à une époque où il faisaient partie du quotidien de la compétition et qui entravèrent sérieusement sa carrière.

En neuf GP disputés, il ne récolta toutefois que deux maigres points et un de ses résultats les plus marquants, reste sa deuxième place aux 24 HEURES du MANS en 1960, sur une FERRARI 250 TRP du NART (North American Racing Team) de la famlille CHINETTI, avec le Mexicain, Pedro RODRIGUEZ comme équipier.

Par la suite, André PILETTE fondera l’école de pilotage éponyme, basée durant des décennies au circuit Limbourgeois de Zolder.

André PILETTE est décédé en 1993, à l’âge que vient d’atteindre son fils Teddy, c’est-à-dire… 75 ans.

Comme la course automobile est dans les gènes des PILETTE, c’est tout naturellement que le petit-fils et fils d’anciens ‘fous du volant’ ne prenne le sillon de ses ancêtres, comme quoi, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre !

À 16 ans, il débuta par le Karting, la traditionnele rampe de lancement en vogue dans les années ’60, avant d’intégrer la célèbre École de Pilotage  de Jim RUSSELL, qui lui permit non seulement d’apprendre la langue de Shakespeare mais également de s’affirmer rapidement comme un pilote réellement talentueux.

 

Teddy PILETTE-CANAM-Team VDS-Nürburgring Südschleife 300Km 12-04-1971-Mc Laren M8C-© Manfred GIET

 

À ses débuts en compétition en 1963, son nom apparut déjà une première fois sur les tableaux officiels des records, lorsque avec Pascal ICKX, le frère de Jacky, et Mario POLTRONIERI, il s’appropria trois records du Monde officiels sur une distance de 5.000 Miles, 10.000 Km ainsi que sur la durée de 48 et 72 Heures pour le compte de l’Écurie Carlo ABARTH, sur une FIAT 2300S sur un anneau de vitesse.

Engagé en Formule Junior pour l’Équipe Nationale Belge sur des ABARTH CORSE, il se fit rapidement remarquer par une série de résultats remarquables qui lui ouvrirent alors les portes du très rèputè Team VDS, l’ècurie prestigieuse du Comte Rodolphe VAN DER STAETEN, qui l’engagea en 1967 pour remplacer Maurice DAMSEAUX, gravement blessé, et ce au pied levé dans le programme ALFA ROMEO GTA mis sur pied par le Comte.

 


Teddy-PILETTE-en-1971-Pilote-VDS-aux-1000-Km-de-Spa-sur-la-Lola-T70-©-Manfred-GIET

 

Une vraie aubaine pour PILETTE qui durant la décennies passée sous les célèbres couleurs Rouge à bande Blanche et Bleue du Team VDS, eut non seulement l’occasion de piloter en Tourisme Européen, en Championnat du Monde des Sports Protos mais également dans des séries réputées à l’époque, comme les Championnats de Tasmanie et d’Europe de F 5000, en Intersérie Européenne, lesquelles lui permirent non seulement de découvrir des Pays et des Continents mais également des monstres de puissance qui développaient jusqu’à 1.000 CV !

 

24 Heures Spa 1979 Camaro Luigi de Facetti-Pilette © Manfred GIET

 

Comme pilote officiel du Team VDS, il pilota des ALFA GTA, ALFA 33T et TZ, des MC LAREN M8F et M10B, des CHEVRON B24, ainsi que des LOLA T400 et T 430,c’est-à-dire, que du lourd, avec à la clef de nombreux podiums et deux titres de Champion d’Europe F 5000 en 1973 et 1975, ainsi que pas mal de victoires et places d’honneur aux Antipodes, dans le Championnat Océanien de F1 .

 

Teddy PILETTE-Brabham BT42-Gp de Belgique à Nivelles en 1974-© Manfred GIET

 

En 1974, il accède également à la catégorie reine de la F1, pour le GP de Belgique, disputé dans ‘son jardin’ sur le circuit aujourd’hui disparu de Nivelles-Baulers, au volant d’une BRABHAM BT42 privée, qu’il place au 27ème rang sur la grille de 31 places disponibles.

Un début laborieux, puisqu’il ne termine que 17ème et bon dernier à quatre tours du vainqueur, le Brésilien Emerson FITTIPALDI.

 

Teddy-PILETTE-Stanley-BRM

 

Cet interlude F1 dans sa carrière, trouva suite trois ans après, lorsqu’il retrouva un volant chez BRM, dans le Team de Sir Alfred OWEN, lequel lui confia, une BRM P201B V12, qui s’avéra cependant comme la pire voiture du plateau F1 1977 et sur laquelle il ne parvint jamais à se qualifier.

En parallèle, une tentative de qualification aux 500 MILES d’INDIANAPOLIS resta également infructueuse au cours d’une année ’77 vraiment maudite.

L’année suivante, il tenta encore sa chance, sans grand succès, en Championnat AURORA, espèce de pendant au Championnat du Monde F1, mais sur des monoplaces recyclées datant parfois de quelques années.

Par la suite, il fit également huit tentatives aux 24 Heures du Mans, sans grande réussite, là non plus, si ce n’est une 8ème place en 1972 et une 12ème en 1975

 

PILETTE 24 Heures de Spa 1978- La Ford Capri de Jean Michel Martin-Gordon Spice et Teddy Pilette victorieuse-© Manfred GIET.

 

Durant cette même année 1978, il s’imposera toutefois avec Gordon SPICE sur une FORD CAPRI aux 24 HEURES DE SPA, épreuve qu’il disputera à plusieurs reprises par la suite, mais sans jamais retrouver le succès.

En 1992, Teddy PILETTE décida de se distancier du pilotage de haut niveau, pour se consacrer au job de constructeur en créant le PILETTE SPEED TRADITION FORMULA FORD TEAM et deux ans plus tard une F3 de sa propre construction participa au Championnat d’Allemagne de la discipline avec au volant le fils d’Enzo COLONI, Paolo.

Entretemps, complètement retiré de la scène du Sport Automobile, où durant plus de trois décennies, il prit plus de 380 départs et monta une centaine de fois sur les podiums, Teddy PILETTE profite désormais d’une retraite bien méritée, en enfilant toutefois encore de temps à autres, sa combinaison de pilote pour participer à des épreuves historiques selon la devise « Pilote un jour, Pilote toujours ».

 

Bon anniversaire Teddy !

 

Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency

 


PILETTE-24-Heures-de-Spa-1982-Opel-Monza-Pilette-Witmeur-Gofflot-©-Manfred-GIET

 


24 Heures Spa 1981-Chevrolet Camaro-Pilette-de Deyne-Davit-© Manfred GIET

Histoire des Glorieux anciens

About Author

gilles