LA VENTE DE ‘DUCATI’ PAR VW : C’EST «NEIN» !

LA MARIAGE DE LUXE CONTINUE

C’est l’Agence Reuters de Berlin qui annonce cette nouvelle pour le moins inattendue…

Le conseil de surveillance, instance suprême du groupe VW, propriétaire d’Audi et donc de Ducati, a fait savoir qu’il n’était pas favorable à la vente de Ducati, ni de Man d’ailleurs.

Il s’agit bien sûr de régler les milliards d’indemnités dûs par VW pour avoir trafiqué les systèmes de contrôle de pollution de ses véhicules.

Le conseil de surveillance est l’instance suprême du Groupe. Sa décision de pas vendre des morceaux du Groupe est motivée par les résultats exceptionnels enregistrés par la marque au premier semestre et la promesse de sortir des nouveautés dont la rentabilité (la marge, le bénef) sera plus importante.

SOULAGEMENT AU REPARTO CORSE

Les représentants du personnel occupent la moitié des 20 sièges du conseil de surveillance.

Ils ont voté contre la vente de Ducati, ce qui a été confirmé par un membre du comité d’entreprise de VW.

Le raisonnement est que le groupe n’a pas besoin d’argent issu de la vente des filiales et il est ajouté que vendre ces filiales à ceux qui veulent juste faire une bonne affaire est absurde.

Pas de commentaire chez Audi où tout le monde est en vacances, kif kif chez Ducati.

 

SOULAGEMENT A L’USINE

Mais le comité d’entreprise ne dispose pas de droits de vote correspondant à ces vingt sièges.

Les familles Porsche et Piëch par exemple, qui ne disposent que de quatre sièges au conseil de surveillance, ont en revanche 52% des droits de vote…

Eux non plus ne sont pas pour la vente de Ducati, l’alliance entre les actionnaires majoritaires et les représentants du personnel est une attitude  classique des pays du nord, la Suède ou l’Allemagne.

Qui plus est le Land de Basse Saxe, la ville de Wolfsburg s’y trouve, détient 20% des droits de vote au conseil de surveillance, ceci parce que sur son territoire se trouvent 100.000 salariés sur six usines du groupe VW.

LE BLASON DE LA BASSE SAXE : ENCORE UN CHEVAL CABRÉ !

 

En général il vote avec le personnel car ce qui l’intéresse au premier plan est l’emploi.

L’Allemagne est un pays fédéral où les régions, les Länder ont des pouvoirs considérables, la Basse Saxe peut par exemple apposer son veto à une fermeture d’entreprise.

Il n’y a pas eu de confirmation mais leur vote contre la vente de Ducati et Man est probablement acté.

Le comité d’entreprise a fait savoir qu’il conseille aux cinq candidats au rachat de Ducati (pour des montants allant de 1,2 à 1,5 milliards) de ne pas perdre de temps sur ce projet car la vente ne se fera pas.

Voilà donc qui est clair… pour l’instant.

Si les deux actionnaires principaux changent d’avis, ni le personnel, ni le Land de Basse Saxe ne pourront s’y opposer.

 

Ce qui confirme que chez VW, on est loin du calme et de la sérénité.

Il ya une petite guerre au sein même des instances dirigeantes de la maison.

L’objet de cette guerre est que VW peut soit taper dans ses réserves financières, largement suffisantes pour payer les indemnités du Diesel Gate soit vendre ses filiales pour garder son cash.

Les salariés préfèrent évidemment que l’on garde les potses de production et que l’on claque le cash…

Quand même, l’histoire est belle, presque émouvante.

Une petite entreprise italienne florissante estimée à un milliard et demi qui réussit à faire bouger un colosse qui pèse 220 milliards, c’est étonnant…

Bien sûr, dans la partie sportive qui nous intéresse, on doit pousser un gros ouf de soulagement, alors que le MotoGP reprend à la fin de la semaine à Brno.

Bien sûr, la communauté énorme et très soudée des Ducati-addicts est soulagée.

Probable aussi que le personnel italien qui travaille à Bologne n’avait pas très envie de voir arriver des propriétaires indiens, on a vu en France ce qui est arrivé après le rachat des aciéries de Florange par la famille Mittal…

Alors, pour l’instant on continue avec Audi.

«Das Ende», la fin de l’histoire, ce n’est pas pour tout de suite…

 

 

Jean Louis BERNARDELLI avec Reuters Berlin

Photos :
Constructeur et MotoGP.

 

 

 

Moto Sport Superbike

About Author

jeanlouis