BELLE VICTOIRE CE JEUDI POUR CHRISTIAN LAVIEILLE AU ‘SILK WAY RALLY’.

 

 

S.12 – JIAYUGUAN-ALASHAN YOUQI «La grande Trace » 483,79 km

Spéciale 12 : 254,75 km (35% dune – 10% cailloux, gravelle – 20% piste sable – 35% terre)

 

Lavieille et Mardeev surfent, les leaders souffrent.

 

Le pilote Français Christian Lavieille qui roule au volant du Baïcmotor Chinois N°108 chez les autos et Airat Mardeev au commande du Kamaz-Master N°300  en catégorie camions, ont remporté ce jeudi 20 juillet 2017, la douzième  étape du Silk Way Rally, tracée au cœur des grandes dunes du fameux  et mondialement réputé Désert de Gobi.

Malgré des soucis mécaniques et pas mal de temps perdu sur cette spéciale très exigeante, Cyril Despres qui conduit le Peugeot 3008DKR N°100 et Dmitry Sotnikov dans la cabine du Kamaz-Master N°303, conservent leurs place de leaders au Classement général provisoire.

Mais à deux jours de l’arrivée à Xi’An et, à la veille d’une autre étape d’anthologie dans le Désert de Gobi, tout reste encore possible.

 

À retenir !

Coup de pompe pour Despres

Coup de mou pour Sotnikov

Demain vendredi : «Les cathédrales… de dunes »

S.12 – JIAYUGUAN – ALASHAN YOUQI – Déroulé de la spéciale

 

Coup de pompe pour Despres

SILK-WAY-RALLY-2017-CYRIL-DESPRES-

 

En virant en tête à CP2 (km 122) pour attaquer la boucle tracée dans les grandes dunes du Désert de Gobi, suivi comme son ombre par  on bon ‘samaritain’ Stéphane Peterhansel en assistance rapide, Cyril Despres était loin de se douter qu’il perdrait plus de vingt minutes sur cette spéciale. Mais des ennuis de pompe de direction assistée transformèrent la traversée de cet océan de sable, en véritable calvaire pour le leader de l’épreuve.

Heureusement pour le Français, Bryce Menzies avec la Mini John Cooper Works N°105, son plus proche poursuivant au Général, passé en tête à ce moment de la spéciale, perdit la boussole, s’écartant sensiblement de la trace idéale sans pouvoir profiter de l’aubaine.

Pire même pour l’Américain, contraint d’aller chercher un ‘waypoint’ obligatoire, et qui effectua un sacré détour et qui dans cette mauvaise opération, concéda encore plus que Despres !

Tout profit, bien sûr, pour un certain Christian Lavieille bien positionné en embuscade avec le Baïcmotor N°108 parti en retrait et auteur d’une spéciale parfaite.

L’ancien double Champion du Monde d’Endurance en Moto et récent vainqueur du Taklimakan Rally, signant du coup sa première victoire d’étape pour … dix-neuf infimes secondes, devant le buggy Geeley SMG du Chinois Liu Kun et bondit de la quatrième à la troisième place au Général provisoire !

Troisième de l’étape, l’autre Geeley SMG Buggy de Han Wei reprend, quant à lui, la deuxième place de ce général à 43’22 de Despres.

 

SILK-WAY-RALLY-2017-CYRIL-DESPRES-et-STÉPHANE-PETERHANSEL

LES PEUGEOT DKR À L’ATTAQUE À DEUX JOURS DE L’ARRIVÉE
DU
‘SILK WAY RALLY’ 

À seulement deux jours de l’arrivée, le duo Cyril Despres et David Castera, redouble d’efforts pour conserver leur avance de quarante-cinq minutes au classement général provisoire du Silk Way Rally 2017, soutenus par leurs équipiers Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret, qui veillent sur eux avec attention.

Le duo de tête s’est fait une frayeur dans la spéciale 12 aujourd’hui jeudi 20. juillet. Leur Peugeot DKR N°100, s’est d’abord posée au sommet d’une dune, puis, quelques kilomètres plus loin, la direction assistée a cessé de fonctionner… Angoisse !

Cyril Despres et David Castera terminent donc finalement seulement huitième de l’étape, pointant avec vingt bonnes minutes de retard sur le temps de référence, mais ils ne cèdent toutefois que onze  minutes à leur plus proche rival au Classement général.

La Peugeot DKR N°106, pilotée par Stéphane Peterhansel, a pu leur porter assistance et réduire le temps perdu en spéciale suite à ces incidents, elle termine néanmoins dixième de l’étape.

C’est un nouvel exemple de l’esprit d’équipe qui règne au sein de l’èquipe Peugeot Total, alors que l’arrivée à Xi’an se profile à l’horizon.

Ce jeudi soir au bivouac, les mécaniciens du Team Peugeot Total prendront grand soin des Peugeot DKR tandis que les équipages s’offriront un repos mérité afin de se concentrer sur l’étape de demain, qui comportera des enchainements de dunes compliqués.

 

SILK WAY RALLY 2017 – BRUNO FAMIN – HELEINA Photographe

Questionné Bruno FAMIN, le Directeur Team Manager de Peugeot Sport, confiait :

« Même si ce n’est pas un incident grave compte tenu des difficultés globales de ce rallye, le problème d’aujourd’hui montre que tout peut encore se passer jusqu’à l’arrivée. Cyril perd une vingtaine de minutes dans cette spéciale, mais il ne cède que onze minutes sur le deuxième, qui a aussi connu des soucis. Évidemment, c’est un atout de pouvoir compter sur Stéphane pour rouler avec Cyril. Leur travail aujourd’hui montre l’état esprit qui règne dans notre équipe. En plus de l’aide pratique que Stéphane et Jean-Paul peuvent apporter, c’est aussi un confort mental. Cyril est en tête du rallye et il peut compter sur l’assistance de son équipier. Nous devons analyser ce soir pourquoi Cyril a connu un défaut de direction assistée. Ses bras et ses mains sont fatigués, mais la voiture a pu continuer de rouler et tout sera parfait demain après un peu de repos. »

LES CHIFFRES DE L’ÉTAPE

Vitesse Maxi: 181 km/h

Température moyenne : 27, 8°C

Type de terrain : pistes rapides et grosses dunes

 

PAROLES DE PILOTES

SILK-WAY-RALLY-2017-CHRISTIAN-LAVIEILLE- HELEINA PHOTOGRAPHE

 

Christian Lavieille :

« Une belle étape, mais difficile et très longues. Cela me rappelle ces spéciales que nous faisions jadis en Afrique, en Mauritanie. Très dur sur 150 kilomètres. Physiquement c’était très exigeant pour mon copilote et moi. Je suis très heureux que cela passe enfin sans souci et que nous puissions offrir cette victoire d’étape à notre équipe.»

Liu Kun :

« Nous avons eu une alarme de pression de pneus à 100 km de l’arrivée. Nous avions un problème de gonflage sur le pneu arrière droit… Mais nous sommes parvenus à rejoindre l’arrivée en levant le pied. Le travail d’équipe a encore porté ses fruits… »

Han Wei :

« La spéciale était balayée par le vent et les traces sur le sol étaient parfois invisibles. Nous avons donc choisi de faire notre propre trace. La spéciale était vraiment très difficile, mais nous avons maintenu un bon rythme sans prendre de risques. J’ai passé Despres et Peterhansel qui étaient en train de travailler sur le DKR et je suis passé. Cela n’a pas influencé la suite de ma spéciale. »

Cyril Despres :

« Ce n’est jamais fini, n’est-ce pas ? Nous avons eu une fuite hydraulique qui a affecté notre direction assistée et les vérins. Normalement nous n’aurions dû perdre qu’une minute, mais nous nous sommes arrêtés pour tenter de réparer avec l’aide de Stéphane et Jean-Paul. Finalement nous n’y sommes pas parvenus, ce n’est pas simple au milieu des dunes. Il nous restait 45 km de dunes à faire et je peux vous assurer que de manœuvrer une voiture de près de 1.500 kilos dans le sable sans direction assistée, c’est tout sauf facile. Je suis donc très content d’être à l’arrivée. Ce fut l’une des journées les plus difficiles de toute ma carrière…» 

Bryce Menzie :

« Nous étions plutôt bien partis. Nous avons repris les trois voitures qui roulaient devant nous et nous menions dans les dunes. C’est là que nous nous sommes éloignés de la trace sur une erreur de navigation. Nous avons dû aller rechercher un waypoint  en nous avons perdu entre vingt minutes et une demi-heure. C’était difficile mais très beau, nous sommes surtout très heureux d’avoir pu finir.»

 

SILK-WAY-2017-Camions-SOTNIKOV ET-LE-KAMAZ

En camion, coup de mou pour Sotnikov…

Pour l’armada du Team Kamaz-Master, l’objectif sur cette douzième étape, était parfaitement clair, se défaire une bonne fois pour toutes du trouble-fête Kolomy et de son Tatra, nettement trop entreprenants et toujours installés sur la troisième marche du podium provisoire.

Parti en tête ce matin après sa victoire d’hier, le pilote Tchèque ne put tenir tête très longtemps. Et pourtant, c’est une panne mécanique (problème hydraulique de direction assistée) qui arrêta net le Tatra Phoenix N°311 au cœur des grandes dunes.

De quoi motiver Airat Mardeev avec le Kamaz-Master N°300, à enfoncer le clou.

Le vainqueur du Silk Way Rally 2016, trouva même encore le temps de s’arrêter pour désensabler Sotnikov, son leader, en proie à des soucis de puissance moteur avec son nouveau ‘petit’ moteur Cummins 13,5 litres et planté de longues minutes sur une crête de dune !

C’est dire…

À l’arrivée Mardeev signe sa seconde victoire d’étape pour 2’15, devant Shibalov.

Revenant respectivement à 3’04 et 17’54 de Sotnikov au général, ces deux-là peuvent encore rêver de victoire finale à Xi’An.

Voilà qui promet une belle explication entre équipiers, demain vendredi dans les dunes du Désert du Tenger, aussi beau que redoutable…

 

PAROLES DE PILOTES DE BAHUTS…

Airat Mardeev :

« C’était une bonne journée de boulot aujourd’hui. Il y a avait beaucoup de sable. D’une dune à l’autre, il n’y avait pas moyen d’accélérer, il y avait beaucoup de dunes cassées et c’était difficile de suivre les traces des autres. On s’est arrêté pour effectuer un reset de la boite automatique. Ensuite nous avons vu Dmitry Sotnikov, planté sur une crête de dune. On l’a sorti de ce mauvais pas. Ensuite nous avons vu Kolomy, à l’arrêt. En accélérant un peu nous avons cassé un radiateur dans une saignée. La température ne montait pas et nous avons pu poursuivre jusqu’à l’arrivée où nous avons pu colmater la fuite. »

Anton Shibalov :

« Nous avons repris Kolomy dans les premières portions de sable pour ouvrir ensuite dans le grandes dunes. Nous ne sommes jamais arrêtés, conservant un bon rythme de croisière en surveillant la navigation. Il y avait des dunes infranchissables en une seule tentative. Demain nous roulerons à notre rythme. Pour notre team il est important de ne pas laisser échapper la victoire. Ce sera important de ne pas commettre d’erreur stupide à deux jours seulement de l’arrivée finale.»

Gerard De Rooy :

« C’était une magnifique spéciale, la plus belle du rallye jusque-là. On a eu beaucoup de plaisir dans les dunes, mais sur la fin nous avons commencé à manquer de carburant et nous manquions de puissance. Nous avons eu une crevaison et nous avons perdu 8 minutes. Donc ce ne fut pas si mal… »

 

ROAD BOOK

Demain : Étape 13 ALASHAN YOUQI-ZONGHWEI : « Les Cathédrales de Dunes» 690,31 km

 

D’Alxa Youqi à Zhongwei, ce sera un gros morceau. La spéciale est surnommée «La Cathédrale des Dunes»

Dernière étape composée de deux spéciales. Les concurrents partiront de bonne heure dans ce premier secteur chronométré (162,26 km), pour affronter de magnifiques paysages et surtout franchir des dunes cathédrales.

Photographes, cameraman, c’est votre journée ! À vos caméras et appareils photos, le spectacle promet d’être intense.

La navigation sera très présente sur la 2ème spéciale (156,40 km), notamment lors des passages de dunes, plus petites que sur la 1ère, mais très techniques.

C’est un pur bonheur de surfer dans le sens de ces dunes et surtout sur les crêtes !

Cela fera gagner du temps aux plus téméraires… Des pages de l’histoire du Silk Way Rally s’écriront sur ces spéciales d’anthologie.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Silk-Way-Rally-2017-Des-paysages de rêves

 

Le Silk Way ou ‘Route de la Soie’, était un réseau de routes commerciales destiné à relier l’Asie à l’Europe.

Son nom provient de l’héritage des Marchés de la Soie (et de chevaux) installés tout au long de cette route.

Ses origines remontent à 250 avant notre ère. À travers les générations, elle est devenue une voie d’échanges internationaux très importante.

 

 

Gilles GAIGNAULT

Photos :
HELEINA Photographe – PEUGEOT – DPPI – X RAID  

 

Rallye-Raid

About Author

gilles