CLAUDE COUTARD EST DÉCÉDÉ : DISPARITION D’UN GÉANT DU TRIAL

J’ai mis Claude et son fils Charles en ouverture car la légende des deux pilotes, même père et fils, est une vraie saga.

Claude est un complice de plus de trente ans, l’homme qui a fait connaître le Trial au grand public, Vice- Champion de France derrière Christian Rayer, il laissera plus tard le soin à son fils Charles de battre son ancien adversaire pour le titre de Champion de France…

Charles, son fils,  est le premier héros du trial français, ensuite viendront des Burgat, des Michaud, des Desnoyers, mais avec son père ils ont défriché et mis à jour ce sport en France.

Claude a fait connaître le Trial mais aussi le Side-Trial.

Et plein d’autres trucs magiques.

Nous avons partagé des moments d’exception, je me souviens d’un avion Lyon-Milan, on était assis à l’arrière à côté des réacteurs, c’était donc probablement une Caravelle, on partait à la découverte de la moto de Trial SWM que Charles développera et que Burgat mènera  au titre mondial.

Plus tard, Claude se mettra au 4X4, le vrai, celui du franchissement, et fera parie du staff qui dirige les sélections très sportives du Camel Trophy.

Un autre jour, c’est l’époque où le Camel Trophy était tracé par des montagnards, il y avait une belle grimpette à faire sur un énorme rocher, il m’a demandé d’y aller, c’était au Chambon sur Lignon, ce (gros) rocher s’est appelé Rocher Loulou, comme quoi Claude savait aussi faire plaisir à ceux  qui le suivaient dans ses enthousiasmes trialistiques et assimilés.

 

CLAUDE PEUGEOT ET CLAUDE COUTARD

Il a piloté longtemps une Greeves, que Charles a ressorti au Ventoux Trial Classic.

L’ami de Claude Coutard, Claude Peugeot lui aussi disparu, lui aussi un mec immense dans l’histoire du Trial lui a prêté parfois sa Triumph.

Donc il y a un Claude Coutard époque Trial en casquette, un autre époque casque en tête.

C’est ça qui est extraordinaire, Claude est un passeur d’histoires.

Claude a accompagné son champion de fils, multiple Champion de France, vainqueur de plusieurs épreuves en Mondial, on le voyait partout.

La dernière fois que je l’ai vu, c’était à Malaucène, justement au Trial Classic du Ventoux, il expliquait au nombreux public, au micro, sur la dernière zone du parcours tracé dans la ville, les astuces d’un sport à priori incompréhensible pour un non initié.

 

 

Lecteur, le Trial, c’est du passage d’obstacles à moto, celui qui passe sans mettre un pied au sol à zéro, quand il rate tout il a cinq, et ce dans chaque zone, à savoir chacune des séries d’obstacles à passer.

Oui c’est inventé par les angliches donc forcément c’est un peu de traviole, comme le Rugby où pour avancer il faut faire reculer le ballon…

Le Trial est un sport Moto d’une beauté de joaillier, de ciseleur d’art, qui a dans les années quatre vingt, vu plus de 20.000 personnes se déplacer sur une épreuve mondiale en France…

Les hommes de la Vitesse ont leur Everest, qui s’appelle le TT de l’Île de Man, les Trialistes ont le leur, les Six Jours d’Écosse, dans un décor somptueux autour de Fort William, dans les Highlands au mois de mai.

Cette période des années fin soixante dix,  où les européens commencent à virer de partout les Anglais qui trustaient tout dans ce sport, a été magique grâce à des hommes comme Claude Coutard.

En fait, dans le milieu du Trial, Claude est un peu notre père à tous.

C’est à 89 ans, il est né le 11 mai 1928… qu’il nous quitte !

Jeudi 13 juillet 2017, bad day

 

CLAUDE COUTARD, IGNACIO BULTO, CHARLES COUTARD, LA TRILOGIE DE LA LÉGENDE

Il avait  quitté la région de Lyon il ya quelques années (après avoir écumé celle de Montbéliard, il bossait chez Peugeot) pour aller habiter à Prades, près de Perpignan, à quelques lieues de Barcelone, capitale du Trial quand un certain Sammy Miller a quitté les quatre temps anglais pour créer une deux temps culte chez Bultaco, une nouvelle légende était en marche.

Voilà, un pote et un père, un patriarche d’un sport d’élite, mais surtout un humain, un vrai, plus qu’humaniste, est parti faire le grand voyage, après une vie riche de mille vies.

Par exemple, il a écrit un bouquin sur ses cinquante ans de Trial,
« Souvenirs d’un vieux trialiste » qui va devenir un collector.

Salut Claude, si je m’appelais Mick Jagger je réécrirais bien le poème de Shelley lu devant 300.000 personnes après la mort de Brian Jones, mais tu es beaucoup plus que cela, un ami et l’ami des hommes.

Tu me manques Claude

Jean Claude Commeat, alias « Claudio », me fait passer quelques très jolis moments passés avec Claude, qui retrouve sa Greeves.

Un au revoir est plus facile quand l’ami est vivant…

Merci Claudio

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Trial-Club.net et Jean Claude COMMEAT alias CLAUDIO

  

 

 

 

 

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis