AU ‘SILK WAY RALLY’, PETERHANSEL LE PLUS RAPIDE DE L’ÉTAPE 6 – LOEB ET LA PEUGEOT DKR MAXI DOMINENT TOUJOURS.

 

 

 

6ème étape :  SEMEY-URDZHAR  «Vers la voie de Turksib» 849,54 km

Liaison : 14,03 km – Spéciale : 387,86 km – Liaison : 195,24 km – Total : 597,13 km  

PISTE : 100% piste (55% terre – 45% cailloux , gravelle)

 

Peterhansel et Nikolaev, à qui perd gagne


SILK WAY RALLY 2017 – Stephane PETERHANSEL

 

L’avant dernière spéciale au Kazakhstan a vu la victoire de Stéphane Peterhansel et de on Peugeot 3008DKR N°106, en catégorie auto. Chez les camions, c’est Eduard Nikolaev au volant du Kamaz-Master N°307, qui signe son premier succès partiel à la veille de l’entrée sur le territoire Chinois.

Comme c’est le cas depuis quelques étapes disputées dans les vastes steppes kazakhes, ce sont les équipages qui s’élancent à l’arrière du peloton qui arrivent à maintenir le rythme le plus soutenu.

 

Autos : ‘Peter sur la ‘Kamaz highway’

SILK WAY 2017 -Le PEUGEOT 3008 DKR de PETERHANSEL.j

 

En arrivant au bivouac champêtre d’Urdzhar niché à flanc de colline à l’extrême sud-est du Kazakhstan, Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret ont retrouvé le sourire. Après deux jours particulièrement difficiles, l’équipage le plus titré de la planète rallye-raid signe sa seconde victoire d’étape sur ce Silk Way Rally 2017.

Et même si, en démarrant en vingt-cinquième position, la Peugeot 3008DKR N°106, victime de tonneaux mardi et de soucis d’amortisseurs hier mercredi, a profité des traces laissées par les camions et, notamment les Kamaz, cette victoire fait du bien.

D’autant qu’avec encore 8 jours de course au programme et plus de 2.000 km de secteurs chronométrés à parcourir ‘Peter’, revenu dans le Top 10 au général, ne pointe qu’à 1h52 de la troisième  place.

Après avoir rattrapé Cyril Despres, l’ouvreur du jour, juste avant le CP2, Sébastien Loeb et le Peugeot 3008DKR Maxi N°104, se contenta de jouer la sécurité, question d’assurer son important viatique au classement général, mais aussi le petit quart d’heure repris sur son dauphin à la faveur de cette sixième  spéciale.

Le Chinois Han Wei et le Geely SMG Buggy N°107, troisième du jour, s’empare de la quatrième place au général.

Quant à son compatriote Lu Binglong qui roule avec le Baïcmotor N°130, il devance à nouveau son équipier Français, Christian Lavieille qui complète le Top 5 du jour.

 

 A retenir

Autos : ‘Peter’ sur la ‘Kamaz highway’

T2 : Di Lallo seul sur terre

Camions : Nikolaev : c’est bon pour le moral !

 

Demain : «Au pays de l’or noir»


SILK WAY RALLY 2017 – Sèbatien LOEB

 

Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret s’adjugent donc le meilleur temps de la sixième  étape du Silk Way Rally. Après leurs déboires des deux derniers jours, ils franchissent aujourd’hui jeudi la ligne d’arrivée avec quinze minutes d’avance sur leurs équipiers de la Dream Team Peugeot, l’équipage que forme la paire Sébastien Loeb et Daniel Elena.

Malgré une étape compliquée en termes de navigation, leur Peugeot DKR Maxi N°304 se maintient en tête du classement général. Sébastien Loeb et Daniel Elena sont rapidement remontés sur Cyril Despres au km200, avant de faire quelques erreurs de cap qui leur ont coûté plus de dix minutes dans les cent derniers kilomètres. Ils terminent finalement seconds de l’étape.

 


SILK WAY RALLY 2017 – CYRIL DESPRES.

 

Suite à leur victoire hier, Cyril Despres et David Castera, ont ouvert la piste ce matin. Ils ont été les premiers à devoir déjouer les pièges du parcours pour trouver le bon itinéraire. Ils se classent en neuvième position, à trente-et-une minutes du temps de référence, mais restent à la deuxième  place du classement général.

 

 Catégorie T2 en bref

 

Plus qu’une cinquième victoire d’étape d’Adrian DiLallo avec l’Isuzu MU-X N°135, l’info du jour en catégorie T2 fut incontestablement l’abandon, ce matin avant le départ de la spéciale, de la Toyota Land Cruiser n°133 du Japonais Akira Miura et du Français Laurent Lichtleuchter.

Victime d’une violente sortie de piste hier mercredi, endommageant irrémédiablement le train avant de leur véhicule, c’est la mort dans l’âme que l’équipage du team officiel Toyota Autobody a été contraint de renoncer…

 

 Camions : Nikolaev : c’est bon pour le moral !


SILK WAY RALLY 2017 – Le KAMAZ de NIKOLAEV

 

Pour Eduard Nikolaev et le Kamaz-Master N°307, cette première victoire d’étape sera peut-être le tournant de son Silk Way Rally. Relégué hors du Top 5 à plus de deu heures de ses équipiers, leaders de l’épreuve, le ‘Prince Eduard’, victime d’un bris de cardan lors de la troisième  étape s’est, lui aussi , remonté le moral.

Et pourtant, cette victoire n’aura tenu qu’à… un fil.

Tant Siarhey Viazovich avec le MAZ N°304 et Martin Kolomy avec le Tatra N°311, lui ont collé aux basques durant toute la spéciale.

Pointé à deux  petites secondes de Nikolaev à 57 km de l’arrivée, le Biélorusse fut stoppé net dans son ‘sprint final’ et retardé durant près d’une heure par des problèmes moteur.

Kolomy, le ‘Tchèque Supersonique’ échouait, lui, à trente-neuf secondes. Troisième de la spéciale Dmitry Sotnikov avec le Kamaz-Master N°303, conserve la tête du général, 2’12 devant son équipier Shibalov, tandis que Kolomy complète le podium provisoire à 12’53.

Eduard Nikolaev qui nous racontait à l’arrivée:

 «Cette spéciale était très variée et belle, avec de beaux sauts et quelques endroits spectaculaires. Nous avons coupé quelques virages sur base des traces de véhicules qui nous précédaient, mais globalement nous avons roulé sur les traces de nos équipiers. Nous avons rattrapé Shibalov et nous avons vu Sotnikov. A 120 kilomètres de l’arrivée, en coupant un virage, nous avons pris un trou. Le choc a cassé le support de la cabine. Du coup, j’ai dû lever le pied car les chocs étaient violents. L’équipageest indemne, personne n’est blessé. C’est l’essentiel. »

 

CHIFFRES DE L’ÉTAPE

Vitesse Maxi: 187km/h

Température Mini / Maxi : 20 / 27°C

Type de terrains : hautes herbes, plateau montagneux

 

SILK WAY RALLY 2017 – Stèphane PETERHANSEL

PAROLES DE PILOTES 

 

Stéphane PETERHANSEL, Vainqueur de l’étape N°6  / 10ème général auto

« La spéciale était la plus belle de tout le rallye jusqu’ici. Nous avons pris le départ dans les steppes avant d’entrer dans un paysage montagneux au milieu de la spéciale. Vraiment, la vue était incroyable ! Notre Peugeot a bien fonctionné, nous n’avons pas eu de problèmes sur cette étape. Nous avions pris le départ en 24e position. Il a fallu dépasser beaucoup d’autres voitures et quelques camions. C’était parfois compliqué. Mon objectif est désormais d’aider mes équipiers du Team Peugeot Total. Personnellement, je ne m’intéresse qu’à la victoire. D’un point de vue sportif, la course n’est peut-être plus aussi captivante, mais j’ai encore un rôle important à jouer pour Peugeot. J’espère que nous pourrons quand même revenir dans le top 5. »

Sébastien LOEB, 2ème étape 6 / 1er général:

« Nous avons passé Cyril après 200 kilomètres de course. La navigation était encore une fois très compliquée : nous avons passé beaucoup de temps à chercher la bonne piste, fait quelques erreurs. et nous nous sommes perdus plusieurs fois. Les camions partis devant nous avaient fait de mauvaises traces qui nous ont piégées. On a perdu beaucoup de temps dans les 100 derniers kilomètres. Ce n’est pas dramatique, mais ça ne m’a pas amusé. »

Cyril DESPRES, 9ème étape #6 / 2ème général

« C’était vraiment une belle étape, à travers les montagnes, mais il est toujours très compliqué d’ouvrir la route. Nous avons fait des erreurs de navigation, mais nous nous attendions à une journée aussi difficile. Ça n’a pas été simple avec Sébastien car, l’un après l’autre, nous partions dans la mauvaise direction. Je vais devoir faire de mon mieux demain pour conforter ma deuxième place au classement provisoire. »

Bryce Menzies, le pilote Américain du Team  Raid et de la Mini John Cooper Works N°105, expliquait, lui:

« Nous étions vraiment sur un bon rythme en début de spéciale. Nous avons pas attaqué et passé deux voitures avant de devoir nous arrêter à mi-spéciale à cause d’une crevaison. Ensuite c’est le vérin qui nous a lâché, ce qui nous a fait perdre pas mal de temps. Sur la fin, dans la fine poussière, la visibilité était insuffisante pour dépasser. On est toujours bien en course. Demain c’est une étape courte et nous allons attaquer. Ensuite dans le sable et les dunes chinoise, nous allons être en mesure d’attaquer un peu plus encore.. »

Quant à Pascal Maimon, le Copilote Français de Zhou Yong dan le Toyota Hilux N°116, lui, il précisait:

« Ce ne fut pas une trop mauvaise journée. Zhou Yong a démarré plutôt doucement ce matin, avant que Christian Lavieille nous passe. Nous nous sommes donc lancés à sa poursuite. J’ai essayé de l’énerver un peu en lui envoyant quelques alertes Sentinel. Il s’est arrêté pour une crevaison et nous l’avons repassé. Mais quelques kilomètres plus loin, nous avons crevé à notre tour. Christian nous a donc repassé et nous avons finis tous seuls. Mon pilote pilote n’est pas mauvais dans les dunes, donc nous sommes impatients d’entrer en Chine.»

 

 

ÉTAPE 7 VENDREDI

 

Demain, une étape de 412 kilomètres guidera la Dream Team vers Karamay, en Chine où les dunes feront leur apparition. La spéciale de 106 kilomètres est tracée entre des collines et une végétation luxuriante.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

 

Le Kazakhstan est la plus importante plateforme économique de l’Asie Centrale, avec environ 60 % du PIB de la région. Ses ressources viennent de ses grandes industries pétrolières et gazières. Le pays est aussi connu pour sa base spatiale de Baïkonour, située à proximité de la frontière avec l’Ouzbékistan.

 

Gille GAIGNAULT

Photo:  HELEINA Photographe – PEUGEOT  DPPI

Rallye-Raid

About Author

gilles