YAMAHA PRÉSENTE SON NOUVEAU SCOOTER X-MAX 400

La famille MAX est complète chez Yamaha, allant du N-MAX en 125, au sublime T-MAX 530, en passant par le 300 qui remplace le 250, voici maintenant le nouveau 400, dont j’avoue que s’il est très accrocheur sur le plan commercial, je vois mal le créneau mais Yamaha le sait mieux que moi…

Cela dit, cette gamme de scooters de très haut de gamme se vend comme des petits pains, malgré des tarifs genre oursins,  il ya donc chez Yamaha des ingénieurs capables de dessiner des merveilles et des marketocheurs qui savent que ça se vend, dont acte.

Il fallait, pour que le 400 poursuive sa vie, une nouvelle mouture 2018 puisque l’on a changé de normes européennes, la voici.

Elle est annoncée en concessions en septembre…

Confort, perfs, technologie sont en effet des armes redoutables très bien maniées par la marque.

Qui plus est, il peut être utilisé pour des voyages un peu longs, il tient haut la main son rang sur autoroute et il est équipé d’un pare brise réglable à deux positions, sa tenue de route est exemplaire.

Bref un peu à l’image de son grand frère T-MAX 530, coup de génie qui a tous les avantages d’un scooter et tous les avantages d’une moto.

 

Il est beau, il est puissant, il est équipé, il ya de la place pour deux casques intégraux sous la selle.

On peut évidemment y ajouter un top case, bref il sera moins cher que le T-MAX, plus cher que le 300 mais aussi plus cher que l’ancien 400.

Même si le prix n’est pas encore donné par la marque, toutes les évolutions 2018 de toutes les marques coûtent une blinde donc pas de raison que ce ne soit pas le cas ici.

 

Pour justifier cette augmentation Yamaha offre plus de puissance, un pare brise réglable, une smart key qui se garde dans la poche et qui vous évite d’utiliser une clé de contact, y compris pour le blocage de direction, le coffre sous la selle et le réservoir.

 

LA SMART KEY

UN SEUL COMMUTATEUR COMMANDE TOUT

Au programme aussi, un anti patinage qui pour le coup est vraiment un super gadget techno, parce qu’avec un variateur, arriver à se casser la gueule au démarrage du feu rouge passé au vert parce qu’en ville, le fait de mettre trop de gaz me semble surnaturel, aussi utile que la ligne Maginot…

Mais on verra plus loin que ce n’est plus du tout un gadget dans d’autres circonstances, d’autres domaines d’utilisation.

Cela dit, si le marché des scooters en général coûte un bras, les hauts de gammes sont réservés à une élite et par définition, l’élite est exigeante, donc le créneau habituel de cette lignée MAX est un peu comme le « Monsieur Plus » d’une pub surannée, elle en rajoute… un max ! (ouaf !).

 

UN DEJ SAMEDI A LA CAMPAGNE? C’EST PARTI!

Bref, selon le mot du constructeur, du lundi au vendredi le X-MAX 400 est génial pour aller bosser, car il est maniable en diable, son look ressemble à celui du 300 qui est résolument moderne, et le week end (sauf nous les pauvres journalistes sportifs collés à leurs circuits ou à leurs ordinateurs, les courses c’est le dimanche…) on peut grâce à la puissance et à un châssis très performant  se déplacer loin.

Le double arbre à cames en tête, l’injection le rendent facile sur les trajets rapides, peu gourmand en carburant et peu polluant, il est aux normes Euro 4.

BIEN FICHU

Le système LED a été retenu pour les doubles phares à l’avant et les feux arrière, on voit et on est vu, de jour sous une pluie battante, de nuit sur une route pas forcément éclairée comme une autoroute belge.

A propos d’autoroute, la selle biplace est équipée d’un dosseret indépendant qui aide bien sur les longs parcours.

 

LES DOSSERETS DE LA SELLE BIPLACE

Le tableau de bord est assez réussi, avec des cadrans ronds comme sur une auto de sport Classic,  il ya évidemment dans les équipets (espaces de rangement dans la marine, une vieille habitue et un jolie mot) avec une prise d’alimentation 12 V qui permet de recharger un Smartphone, un GPS etc…

 

Belle astuce sous la selle, c’est éclairé, bon, pour un citadin ça ne sert pas à grand-chose mais dès que l’on est dans un garage ou une zone mal éclairée, c’est génial.

La tenue de route se rapproche de la moto, en particulier avec une nouvelle fourche avant très performante.

FOURCHE AVANT TYPE MOTO

L’anti-patinage que je me suis permis de considérer avec mépris ci-dessus chez les citadins peut en revanche être très utile sur route, en particulier en montagne, parce qu’éviter de partir en sucette de l’arrière est un vrai plus.

Sur une moto de tout terrain, on « casse » l’angle de la moto et ont sort le pied, pas facile à faire sur un gros scooter, donc le contrôle de traction peut être un vrai plus, en particulier s’il pleut, je pense aussi aux parisiens, mais ils ne sont pas les seuls, qui doivent affronter cette merde que sont les pavés mouillés sur les ronds points…

Ou quand justement on doit éviter un mec qui se prend pour Loeb (avant on disait pour Fangio, il faut bien adapter le langage à notre ère moderne déjà si peu productive en rêves…) et prend le rond point dans tous les sens pour épater les trois conards assis avec lui dans l’auto.

Là, il peut y avoir changement d’angle brutal et le contrôle de traction devient précieux.

On ajoute deux freins à disque tous deux équipés d’ABS, un frein de stationnement, un guidon réglable en deux positions, plus une gamme d’accessoires riche, genre bulle sport, un échappement de luxe, un porte-bagages, des top-case, une selle confort, voilà un scooter vraiment d’élite.

PATIENCE, C’EST DANS DEUX MOIS…

Il est vendu en bleu (Phantom blue), gris (Sonic grey et Blazing grey).

Voilà, pour le tarif pas d’indications, l’ancien était à 6599 euro, ce sera plus que ça.

C’est beaucoup de sous, c’est aussi beaucoup de plaisir, quand on en a les moyens, c’est un beau joujou incroyablement utile. Il vous fait gagner un temps monstre sur la circulation urbaine, il est beaucoup plus facile qu’une auto à garer, d’autres scooters beaucoup moins chers ont les mêmes avantages mais là on est dans le luxe, le calme et la volupté si chers à Baudelaire.

Rendez vous en septembre en concessions !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos constructeur

FICHE TECHNIQUE DU YAMAHA X-MAX 400

LES ÉQUIPETS DE RANGEMENT A L’AVANT

  • Moteur : Monocylindre, refroidissement liquide, quatre temps, double arbre à cames en tête
  • Cylindrée : 395 cm³
  • Alésage x course : 83,0 x 73,0 mm
  • Taux de compression : 10,6 : 1
  • Puissance maximale : 24,5 kW à 7 000 tr/min
  • Couple maximal : 36,0 N.m à 6 000 tr/min
  • Lubrification : Carter humide
  • Alimentation : Injection électronique
  • Allumage : Allumage électronique (TCI)
  • Mise en route : Démarreur électrique
  • Transmission : Automatique à courroie trapézoïdale
  • Consommation de carburant : 4,18 l/100 km
  • Émission de CO₂ : 96 g/km
  • Suspension avant : Fourche télescopique, débattement 110 mm
  • Suspension arrière : Moteur oscillant, débattement arrière 107 mm
  • Frein avant : Double disque, Ø 267 mm
  • Frein arrière : Simple disque, Ø 267 mm
  • Pneu avant : 120/70-15
  • Pneu arrière : 150/70-13
  • Longueur : 2 185 mm
  • Largeur : 766 mm
  • Hauteur : 1,415-1,465 mm (adjustable windscreen)
  • Hauteur de selle : 800 mm
  • Empattement : 1 567 mm
  • Garde au sol minimale : 90 mm
  • Poids tous pleins faits : 210 kg
  • Capacité du réservoir d’essence : 13 litres

 

 

 

Moto Moto - Divers Sport

About Author

jeanlouis