MOTOCROSS MONDIAL : HÅKAN CARLQVIST ‘CARLA’ EST MORT.

 

Il est rare que la mort d’un ancien sportif fasse la une du très sérieux quotidien suédois « Aftonbladet », mais Carlqvist y a eu droit, comme une légende du pays, et il l’a été…

Il est donc suédois, on prononce son prénom « Haukane » avec le « h » aspiré, son nom était devenu un peu compliqué pour les journalistes, les speakers des circuits , les fans, alors il est devenu « Carla ».

Un costaud, une vraie force de la nature, deux fois champion du monde de motocross, une fois en 250 avec Husqvarna, alors société suédoise,  c’était en 1979, une autre fois en 500, en 1983 avec Yamaha.

Il faut bien se rendre compte que ces années là, arrivent Malherbe, Geboers, Thorpe, qui ont des Honda d’usine, ses deux titres sont arrachés à la force du poignet.

Il a aussi gagné le Touquet, en 1979,  je courais cette année là, sur une partie plate pleine de bosses où je me trouvais bon il m’a mis un tour avec 100km/h de mieux, enfin je l’ai ressenti comme ça.

Une bombe ce mec.

La vie a voulu que je vive quelques années en Suède, on peut donc communiquer et au soir de ce Touquet je suis avec lui et ses potes, tous aussi vikings et balaizes que lui.

 

 

Thierry Sabine, sur scène, offre un des cadeaux promis au premier, une cabane de jardin en bois… comment ses potes l’ont vanné sur ce coup-là, on imagine qu’épater un suédois avec une cabane, pas facile… la cabane est restée au Touquet…

« Carla » est venu souvent en France courir des cross inter, il est à l’époque quelqu’un de très populaire dans les publics, certains cross comme Gaillefontaine reçoivent 25 000 spectateurs !

C’est aussi un garçon un peu sanguin, quand sa moto, même d’usine ne lui plaît pas, il la jette, il lui tape dedans, il fait même mine de creuser sa tombe en plein paddock, la pelle à la main…

L’anecdote racontée à l’envi par tous les sites est celle du verre de bière (à peine) avalé au colossal circuit de la Citadelle à Namur, en pleine course alors qu’il a quarante secondes d’avances… c’était un coup monté avec son frère, comme quoi à l’époque la com existait déjà !

 

LE COUP DE LA BIERE A LA CITADELLE DE NAMUR

 

Je préfère la cabane du Touquet, celle-là il ne s’y attendait vraiment pas…

Il a arrêté la compétition en 1989.

On lit aussi ça et là qu’il habitait avec sa famille dans le sud de la France, ce qui est exact, sauf qu’il ya un an, sa santé déclinant, il est remonté en Suède où il est mort à 63 ans.

 

 

Mais en fait, comme tous les dieux du Valhalla, le paradis des Vikings, il n’est évidemment pas mort.

Un symbole d’une très belle époque, celle des très grands champions, sur ces motos deux temps hallucinantes de performances et dont le bruit était inoubliable, les quatre temps modernes font un boucan moche comme un bombardement.

J’ai évidemment du respect pour les champions d’aujourd’hui, surtout quand ils sont français (Febvre a gagné une fois le titre mondial de l’équivalent des 500 des années folles, dit MXGP).

Mais voilà, « Carla », c’était une époque où à Moto Verte, en fin de saison, les boîtes japonaises nous prêtaient les motos d’usine et les pilotes pour faire des comparos, bref des années « no limit » dans la folie, le low cost tellement à la mode dans notre 21ème siècle était aussi intraduisible qu’inconnu…

A Bercy, au Supercross, on invite des Johnny O’Mara, des Ricky Johnson, en 1990 apparaîtra l’étoile JMB, c’est une vie et une façon de vivre ces années  là (merci Claude François pour la conclusion…)

« Hejdå », « prononcer Hèyedau  avec « h » aspiré, autrement dit au revoir », le colosse artiste.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos constructeurs et Aftonbladet

 

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis