MOTOGP. : LE PAYS DE GALLES JETTE L’ÉPONGE, ‘GAME OVER’ !

 

CI-DESSUS ET EN OUVERTURE LE CIRCUIT QUI A ÉTÉ PROMIS (DESSINS  D’ARCHITECTES)

Le soi-disant « Circuit of Wales » c’est une histoire qui traîne depuis 2012 et qui pue et qui est probablement terminée.

Un promoteur a signé avec Dorna le contrat d’organisation du GP. d’Angleterre durant cinq ans renouvelables à partir de 2014 sur le « Circuit of Wales », alias le Circuit du Pays de Galles.

Un circuit à l’époque pas encore construit.

Alors pourquoi ?

Parce que c’était la seule solution.

En fait, organiser un GP nécessite de grosses subventions, il ne peut être organisé sans argent public, même aux USA.

Donington a refusé le British GP parce que les exigences de Dorna en matière de royalties sont trop élevées.

LE MAGNIFIQUE ET MAGIQUE CIRCUIT DE DONINGTON PARK

Et quand le Promoteur du « Circuit of Wales », dont le circuit n’existe pas,  leur a proposé le deal, ils ont d’abord voulu voir l’argent et c’est devenu… circulez y’a rien à voir !

Silverstone, autre organisateur prestigieux de MotoGP et de F1, a aussi refusé de passer sous les fourches caudines financières de Dorna (On verra pourquoi on continue d’y organiser le British GP).

L’arrivée miraculeuse de ce nouveau circuit au Pays de Galles c’était donc formidable !

Sauf que…

Sauf qu’il fallait d’abord le construire ce circuit !

Alors le Promoteur s’est d’abord fait donner par les communes du Comté d’Ebww, au Pays de Galles,  des dizaines d’hectares de terrain, promettant plus de mille emplois dans un endroit économiquement très ravagé.

BEAU PAYS, EBBW, MAIS TOUT RESTE A FAIRE !

Puis, avant de poser la première pierre, il a demandé au gouvernement régional de couvrir ses emprunts nécessaires à la construction du circuit à hauteur de plus de 50%, ce qui représentait quand même plus de 200 millions de livres, soit plus de 230 millions d’€.

Le projet n’a en fait jamais avancé,  le gouvernement gallois hésitant et du coup la construction du circuit n’a jamais commencé.

Et c’est Silverstone qui récupère le MotoGP depuis 2014, avec l’argent du promoteur du Pays de Galles, on y est bien content d’ailleurs parce qu’on ne paie pas les royalties !

Pendant ce temps,  du côté du Pays de Galles, la garantie du gouvernement gallois sur l’emprunt destiné à construire le circuit a été une sorte de montagne russe, au début tout le monde trouvait ça génial, puis après on s’est aperçu, je tiens ce chiffre du papier de mon ami Philippe Debarle, que Silverstone c’est vingt emplois permanents…

Comme leurs finances sont en berne peut-être qu’ils ont licencié un peu de monde mais de là à passer à mille emplois…

Alors d’abord, le gouvernement gallois a dit oui à la garantie des emprunts mais pas à cette hauteur là.

Chaque décision prend des mois, on a négocié, les communes intéressées par le projet ont été sollicitées pour boucler le projet, mais toujours pas l’ombre d’un sac de ciment et d’une truelle sur le futur chantier du circuit…

Et puis pour finir, c’est non, ça représente dit le Ministre de l’Économie du gouvernement gallois, l’équivalent de dix écoles, ou un hôpital que l’on ne pourra pas construire puisque cette garantie bloquerait cette somme comme si elle avait été dépensée…

Et puis, le projet ne peut pas gagner d’argent, et donc la somme garantie resterait bloquée !

POUR L’INSTANT LE BRITISH GP EST ORGANISÉ À SILVERSTONE

Parce que l’on sait que pour organiser un GP il faut de l’argent public, donc la viabilité financière de l’opération n’a rien d’évident.

Du coup, le GP du Pays de Galles est vraiment en pointillés.

Et on continue d’organiser le British GP à Silverstone.

Comme l’accord avec la Dorna s’étale sur dix ans, jusqu’en 2024,  on a encore le temps de trouver une solution mais à ce rythme là le circuit gallois existera en l’an 3000 !

Notre Confrère ‘Motor Cycle News‘ pense que le Promoteur, qui organise le GP. à Silverstone depuis trois ans, ne tiendra pas dix années.

Bref, le British GP peut redevenir (comme Brno durant deux ans) obligatoire mais pas assez riche.

À la DORNA. on doit en avoir marre de ces pays européens pauvres qui veulent tout le temps négocier des rabais…

Mais d’un autre côté, on ne peut pas faire dix huit GP… au Qatar !

À suivre…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Organisateurs

 

 

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis