LA CONFÉRENCE DE PRESSE DE L’ACO, ANNONCE DU FUTUR RÈGLEMENT 2020

 

24-Heures-du-Mans-2017-Conférence-de-presse-ACO-animèe-par-Bruno-Vandestick-avec-Lindsay-OWEN-JONES-et-Pierre-FILLON

S’il est une tradition à ne pas manquer, c’est sans aucun doute la conférence de presse de l’ACO. qui se déroule le jeudi ou le vendredi avant la Course des ’24 Heures’.

C’est toujours l’occasion d’apprendre ce qui se décide en coulisses pour les années à venir, notamment sur les futurs règlements. Cette année n’a pas dérogé à la règle en dévoilant des grandes lignes de ce que sera celui de 2020 et plus.

Mais avant d’examiner les éléments qui nous ont été présentés, il convient de lever le voile au plus vite sur la personne qui lancera la 85ème Édition des ’24 Heures du Mans’.

Pierre Fillon, le Président de l’ACO., souhaite alterner les « peoples » et les grands noms de notre cher Sport Automobile. Ainsi après Fernando Alonso, après Brad Pitt, c’est le nouveau patron de la F1, Chase Carey, qui donnera le Départ des ’24 Heures’, ce samedi  à 15 Heures.

Pierre Fillon qui lâche :

« L’Endurance et la Formule 1 se sont tournés le dos durant bien longtemps. C’est particulièrement symbolique »

Peut-on espérer ainsi pérenniser le fait qu’il n’y ait plus de clash de dates en un Grand Prix et les ’24 Heures’ ? Tous les passionnés l’espèrent, pour permettre aux pilotes de F1 de venir faire une pige dans le double tour d’horloge comme Nico Hülkenberg, il y a maintenant deux ans et co futur vainqueur avec Nick Tandy et Earl Bamber .

Mais revenons à notre futur Règlement !

Le plateau réduit des LMP1 Hybrides après le départ d’Audi et les différents bruits qui courent sur le départ de tel ou tel constructeur dès 2018 ou en 2019 font que ces ’24 Heures du Mans’ semblent être un peu celles d’une fin de cycle.

D’autres constructeurs ont manifesté un intérêt certain pour cette épreuve et pour le WEC. (World Endurance Championship) mais ont chacun un point de vue à faire valoir :

Coûts en baisse, intérêt en hausse pour les spectateurs. Certains des observateurs se demandent même si l’hybridation des véhicules est une bonne chose !

« Le spectateur ne s’intéresse pas à savoir si une voiture a une roue avant gauche ou arrière droit hybride » explique Didier Calmels, impliqué de longue date dans le Sport Automobile (en F1 avec Gérard Larousse il y a trente ans) et en Endurance avec Alpine actuellement, lors de la présentation de son ouvrage qui sortira en juillet dans les bonnes librairies.

Pourtant, il faut bien donner au Sport Automobile une légitimité en concédant l’Hybride ou les e-Gd. Prix aux écologiques qui voient d’un mauvais œil que la course auto brûle de l’énergie fossile de plus en plus rare et produise du CO2 pénalisant pour la planète e ses occupants.

Et c’est effectivement la voie que poursuit l’Automobile Club de l’Ouest depuis bien des années.

Nombre d’innovations automobiles ont été validées en terre sarthoise. Et en particulier, dernièrement, l’hybridation des voitures dont les LMP1 actuelles sont les représentantes les plus visibles… et les meilleurs ambassadrices, en montrant que performances et spectacle ne sont pas le contraire des véhicules hybrides voire même… électriques… !

Aussi la partie moteur hybride des LMP1 des années 2010 sera maintenue, mais sans nécessiter de développements extrêmes des constructeurs. Nous en resterons donc à deux ERS. (Energie Recuperation Systems), soit deux systèmes hybrides de récupération d’énergie, cohabitant avec le moteur thermique.

Et, il n’y aura pas de classe d’énergie plus haute que 8 Mjoules, ce qui constitue déjà la classe la plus haute actuellement utilisée par les Constructeurs.

Mais l’ACO. veut encore améliorer les choses pour mettre en avant l’hybridation des véhicules. Tout n’est pas encore figé, mais l’idée est d’admettre des hybrides rechargeables, qui donc se rechargeront durant l’arrêt au stand, pour parcourir le premier kilomètre en quittant les «puits» en mode « full électrique », avec des performances identiques à celle du moteur thermique. Et ces mêmes voitures devront franchir la ligne d’arrivée dans ce même mode.

Toujours dans un but de simplification et de limitation des coûts, l’aérodynamique des voitures sera plus encadrée.

Au lieu de deux configurations possibles (une pour les circuits rapides avec une faible trainée et une pour les circuits plus lents nécessitant plus d’appui), il n’y aura plus qu’un seul kit aérodynamique possible.

Mais conscient des nécessités d’adapter les voitures aux différents circuits du WEC., l’ACO. rendra cette configuration aérodynamique variable. À l’arrière l’aileron sera mobile, tandis que des éléments variables également pourront être positionnés derrière le splitter à l’avant, sous la voiture devant le fond plat.

Le règlement simplifiera également ce qui se trouve sous la voiture ainsi que ce qui définit l’enveloppe des roues.

Enfin, pour éviter des recherches trop couteuses sur l’aérodynamique des voitures, les constructeurs ne pourront pas dépasser 600 h. de soufflerie par an.

Autre élément que cherche à améliorer l’ACO., c’est celui de la sécurité des pilotes. Les dimensions de la cellule de survie à l’intérieur de l’habitacle seront augmentées, tant en longueur qu’en largeur.

De même la position du pilote à l’intérieur va être revue : l’angle formé entre le dos et les jambes sera augmenté à 55° contre 35 actuellement. Le conducteur sera ainsi plus assis et les problèmes de vertèbres rencontrés par Antony Davidson il y a quelques années après sa fantastique cabriole de Mulsanne devraient être évités.

Extérieurement le cockpit semblera donc un peu plus haut (80 cm du sol) et un peu plus large qu’actuellement.

Enfin et toujours pour réduire les coûts,  un certains nombre de limitations interviendront dans différents domaines.

L’ACO. considère qu’une voiture est composée de trois éléments principaux : le châssis, le moteur et l’aérodynamique.

Dès 2021, les constructeurs devront choisir un de ces domaines tous les ans pour améliorer leur voiture durant l’hiver.

Les deux autres ne pourront pas être retouchés. Par ailleurs, l’équipe pour s’occuper de deux voitures en piste ne pourra pas dépasser 50 personnes pour réduire les frais de voyage tout autour du monde.

Enfin, le règlement sera figé pour quatre ans afin de pérenniser les investissements des constructeurs.

Avec ces choix, l’ACO. espère satisfaire aux trois grandes priorités suivantes, selon Lindsey Owen Jones, le promoteur du WEC. : Tout d’abord il faut favoriser la mise en scène de voitures puissantes et charismatiques.

Ensuite il faut assurer la compétition entre les constructeurs pour qu’ils puissent mettre en valeur leur marque.

Enfin, il faut être pertinent avec le contexte actuel ou plus en plus de ville ferment le centre des villes aux véhicules qui ne sont pas à zéro émissions »…

 

Daniel NAULY

Photos :

HELEINA ZEYADA

 

24 H du Mans Le Mans

About Author

gilles