JO VONLANTHEN, LE ‘PETIT SUISSE’ AU GRAND CŒUR FÊTE SES 75 ANS CE 31 MAI.

 

 

F1- Jo Vonlanthen- Charismatique et toujours accueillant dans un paddock-©-Manfred-GIET

 

Né le 31 mai 1942 à St Ours, dans le canton Suisse Alémanique de Fribourg, Joseph « Jo » VONLANTHEN, fils d’agriculteur, qui n’était pas du tout prédestiné à devenir pilote de course, souffle aujourd’hui  ses 75 bougies, ce qui ne devrait pas être un exercice hors du commun, vu son endurance d’athlète !

Durant ses études, il prit en effet d’abord goût à l’athlétisme, pour devenir un excellent coureur de fond et remporter le titre Suisse sur 5.000 mètres en 1963.

Toutefois, au cours de son adolescence, il devint un grand fan de son modèle, le regretté Jo SIFFERT, Fribourgeois comme lui et la référence Helvétique avec Clay REGAZZONI et Toulo de GRAFFENRIED, au niveau du Sport Automobile Suisse à l’époque.

À 27 ans, il passa sa licence de pilote de course, à un âge où d’autres jeunes pilotes amassaient déjà les coupes et lauriers !

Pour ses débuts en compétition, Jo débuta par la F3 sur une TECNO 1000, et fêta le titre de Champion de Suisse en 1972, avant de passer à la F2 sur des modèles TECNO et GRD,de 1973 à 1975, avec comme meilleur résultat, une deuxième place au GP d’Estoril, au Portugal et un troisième rang, au GP de Rome à Vallelunga, en  livrant de beaux duels, face à des pointures comme Keke ROSBERG, John WATSON, James HUNT ou encore Emerson FITTIPALDI !

Disposant d’un talent certain, « Little Jo » parvint même à s’ouvrir les portes de la F1, chez Frank WILLIAMS, pour deux GP en 1975, une époque où Frank WILLIAMS était encore inconnu, si ce n’est par son obstination à vouloir monter un Team de F1 compétitif.

Malheureusement pour VONLANTHEN, confronté à devoir prouver son talent sur du matériel peu adapté, l’opportunité de progresser à ce niveau ne se présenta jamais, alors qu’il était parvenu à se qualifier aux GP de Dijon et d’Autriche et que son compatriote, Clay REGAZZONI, au sommet de son art, lui prédisait une brillante carrière à cette époque.

C’était toutefois sans compter sur le retrait de ses sponsors et mécènes, qui face à l’amateurisme – à l’époque –  de la part de Frank WILLIAMS et le matériel peu compétitif fourni, s’étaient désolidarisés, laissant du coup Jo VONLANTHEN, au bord de la route.

Cela eu pour effet de porter un sérieux coup au moral de « Little Jo » à la carrure de jockey qui tourna ainsi contraint et forcé le dos au sport automobile, en tant que compétiteur, sans pour autant l’abandonner complètement.

 

F1-Jo Vonlanthen, au volant d’une Ferrai, ex-Schumacher ©-Manfred-GIET.j

 

Alors qu’il s’était reconverti en moniteur de conduite pour de futurs adeptes du sport-auto, en 1977 il organisa un premier RACING SHOW, qui portait son nom, avec exclusivement des F1 comme objets exposés et qui eut tellement de succès par la suite, qu’à partir de 1981, il acheta lui-même d’anciennes F1, au lieu de les louer pour son exposition annuelle.

Sa première acquisition fut une WILLIAMS FW07C, ex-Carlos REUTEMANN, sur conseil de Frank WILLIAMS en personne, lequel lui suggéra d’acheter une de ses voitures au lieu de les louer !

Petit à petit, l’entrepôt où il stockait ses acquisitions, au fil du temps se remplissait, au point d’atteindre un moment le nombre important de…  45 monoplaces, parmi lesquelles entr’autres, une FERRARI F500 S4 de 1952 que pilota Alberto ASCARI, une LOTUS ex Ayrton SENNA ainsi que la BENETTON B194 sur laquelle Michaël SCHUMACHER, devint Champion du Monde.

 

F1-Jo-Vonlanthen-au-volant-de-sa-fierté-personnelle-une-FERRARI-500-S4-de-1952-©-Manfred-GIET.j

 

Occasionnellement, Jo VONLANTHEN, sort un de ces bijoux de son écrin, pour le piloter lui-même à l’occasion d’épreuves historiques de standing et lors desquelles sa légendaire sympathie et son charisme, font toujours l’unanimité.

Entre-temps, il a quitté sa région Fribourgeoise natale pour profiter d’un repos bien mérité en compagnie de son épouse Christine, s’installant à Brione, dans le Tessin, pas loin du superbe Lac Majeur.

 

Happy Birthday Jo!

 

Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency

 

F1 – Jo Vonlanthen, de temps en temps, il reprend du service-© Manfred GIET

 

Histoire des Glorieux anciens

About Author

gilles