SIR JOHN WHITMORE, CHAMPION BRITANNIQUE DÉCÈDE À L’ÂGE DE 79 ANS.

Sir John Whitmore (1937–2017) fondateur de "Performance Consultants International"

 

John Whitmore au volant de sa GT40 - Le Mans 1965John Whitmore au volant de sa GT40
Le Mans 1965

Star des années 1960, John Whitmore, (1937-2017), brillant pilote Anglais, est particulièrement connu pour ses nombreuses victoires dans les Championnats britanniques de Voitures de Tourisme de 1961 à 1966.

En fait, sa carrière en compétition sera courte mais soutenue car elle se déroule, de 1958 à 1966 !

Le Mans 1965, toute l'équipe pousse la GT40 vers le départ

Le Mans 1965,
toute l’équipe pousse la GT40 vers le départ

Il commence à courir à la fin des années 1950, gagnant de l’importance dans les courses GT avec sa Lotus Elite, acquise avec l’aide de son ami pilote Alan Stacey.

John Whitmore - Ford GT performance consultants

John Whitmore
Ford GT performance consultants

Colin Chapman est impressionné par le rythme et le professionnalisme de John Whitmore et offre de lui faire partager une Lotus Elite avec Jim Clark, aux ’24 Heures du Mans’ de 1959. Les deux «agriculteurs» terminent 10ème au Général et deuxième dans leur catégorie et par la suite deviendront de solides et durables amis dans la vie.

Clark et Chapman disent de lui que c’est un cérébral qui intellectualise tout ce qu’il entreprend.

 

HÔTEL de FRANCE, à La Chartre sur le Loir - Le Mans 1965 - John Whitmore (accroupi) et Innes Ireland devant leur GT40

HÔTEL de FRANCE à La Chartre-sur-le-Loir
Le Mans 1965 – John Whitmore (accroupi)
et Innes Ireland devant leur GT40 (archives © Ronnie Spain)

Au début des années 1960, Whitmore est très courtisé comme pilote dans les catégories Sport et GT. Il pilote avec succès pour John Ogier, Border Reivers et le musicien de jazz, Chris Barber.

Soutenu par Ken Tyrrell, il remporte le «BRSCC» (British Saloon Car Championship) en 1961 sur Mini Cooper (3 victoires en catégorie A pour le compte de l’écurie de Don Moore), et termine la saison 1963, en deuxième position derrière Jack Sears (encore 9 victoires en catégorie A).

Puis, il se lance dans l’aventure Ford, alors qu’il a la réputation d’être l’un des meilleurs pilotes automobiles britanniques de cette génération.

Ses succès sont essentiellement obtenus au volant de sa Ford-Cortina Lotus.

 

Goodwood Revival 2013 - la GT40 ex-Whitmore en action

Goodwood Revival 2013
la GT40 ex-Whitmore en action

Pilote officiel de l’équipe des voitures en livrée «rouge et or» d’Alan Mann, il ne cesse de disputer la victoire à ses coéquipiers… pourtant des géants, tels que Graham Hill, Sir Jackie Stewart, Frank Gardner…

Il obtient deux titres dans le Championnat d’Europe FIA. des Voitures de Tourisme, l’un en 1964 en Division 5 et l’autre en 1965 en Division 2 (devant Procter), toujours sur Ford-Cortina Lotus. Il gagne notamment en 1964 à Zolder, aux 6 Heures de Brands Hatch (avec Peter Procter), et dans la Kanonloppet suédoise, raflant au passage le Prix de Paris GT avec une Lotus Elan.

En 1965, il récidive à Zolder, après avoir remporté les 6 Heures du Nürburgring avec Jack Sears, puis il s’impose aux 500 kilomètres de Snetterton. Enfin en 1966, toujours au volant de sa Ford-Cortina Lotus, il obtient ses derniers succès à Aspern et à Zolder et il est déclaré vice-champion européen, derrière Andrea de Adamich.

À six reprises, il participera aux ’24 Heures du Mans’, entre 1959 et 1966, obtenant une 10ème place lors de sa première apparition avec Jim Clark, sur Lotus Elite Mk.14. Moins chanceux, au volant de Lotus, Austin Healey et Ford GT40, qu’il partage avec des pointures… tels Innes Ireleand, Christopher Martyn, Bob Olthoff, Frank Garner, Maurice Trintignant, Richard Attwood  et Paul Hawkins.

Il se classe 16ème aux 12 Heures de Sebring en 1961, avec son compatriote Peter Riley sur MGA.

Associé à Jochen Neerpasch sur Ford GT40, il dispute aussi les 1 000 kilomètres du Nürburgring. Il termine en 31ème position la Targa Florio 1965, toujours sur GT40 version Roadsters avec Bob Bondurant.

Toutefois John Whitmore, ne fait pas uniquement que du circuit. En 1964, il obtient plusieurs victoires dans sa catégorie en Course de Côte : St Ursanne-Les Rangiers et Timmelsjoch, sur Ford-Cortina Lotus, puis en 1965, dans celles du Mont Ventoux, d’Axamer Lizum, et de nouveau à St Ursanne. 1966, lui offre ses deux derniers succès en Côte, toujours au Mont Ventoux, et à Eigental.

 

Son célèbre casque (l'image est bien à l'endroit)

Son célèbre casque (l’image est bien à l’endroit)

Enfin sur circuit, il continue à conduire avec succès des AC Cobra et Ford GT40, mais conscient du danger, il décide brutalement de mettre un terme à sa carrière sportive à la fin de la saison sportive de 1966.

En refermant cette parenthèse, Sir John Whitmore retourne dans une vie qu’il qualifiera par la suite de «largement plus utile». Jusque là beaucoup de ses relations ignoraient pratiquement tout de lui, particulièrement ses origines.

Issu d’une vieille grande famille de la noblesse britannique, une longue lignée d’officiers hautement gradés et bondés de distinctions dans l’Armée au service de sa Majesté.

À noter que Sir John est diplômé du Collège Eton et de la Sandhurst Military Academy, des écoles qui forment l’élite de l’aristocratie du Royaume-Unis.

Les armoiries de la famille Whitmore (depuis le 13ième Siècle)

Les armoiries de la famille Whitmore
(depuis le 13 ème Siècle)

Dès lors, Sir John Whitmore PhD («docteur en philosophie») s’oriente vers une nouvelle carrière. Dans un premier temps, il devient psychologue du sport, puis invente un nouveau métier dans le coaching sportif, avec une vision très académique. Puis ensuite, il entre dans le monde des affaires.

Conseiller en gestion, il préside «Performance Consultants International», tout en trouvant le temps d’écrire la préface de la biographie de Jack Sears, écrite par Graham Gauld.

Il prend lui même la plume pour rédiger le best-seller «Coaching for Performance». Ensuite, il écrit «Challenging Coaching» et «Coaching at Work»… tous traduits dans une trentaine de langues et dont les ventes flirtent avec le million d’exemplaires.

Avec son fils Jason, il publie un ouvrage sur le Tennis «Mind Games: Mental Fitness for Tennis».

Coaching for Performance - le Best seller signé Sir John Whitmore

Coaching for Performance
le Bestseller signé Sir John Whitmore

John devient alors le pionnier du coaching sur le lieu de travail. Ses confrères le désigne comme étant le parrain de cette discipline, un véritable ponte.

En 1990, il fait un bref retour dans le monde de la compétition historique au volant d’un McLaren M8F au Festival de Silverstone puis fait d’autres apparitions essentiellement sur les courses de véhicules historiques.

Trophy at Silverstone Classic, 1990. Sir John Whitmore.

Trophy at Silverstone Classic 1990
Sir John Whitmore

D’ailleurs, c’est dans le paddock du Goodwood Revival de 2013, que l’on découvre un véritable gamin de 75 ans, ému, et ne pouvant s’empêcher de se glisser dans le baquet de la GT40 MkI des ’24 Heures du Mans’ 1965 (Ford Advanced Véhicules Alan Mann) qu’il partageait alors avec son ami, Innes Ireland.

Et puis, il ne résiste pas à partager des souvenirs passionnés avec une certaine émotion. Merci Sir John pour ces instants, nous avons été alors ravis de vous rencontrer et de découvrir combien vous étiez enthousiaste.

Sevenoaks - janvier 2014 - Sir John Whitmore et Robert Sarrailh

Sevenoaks janvier 2014
Sir John Whitmore et Robert Sarrailh

En janvier 2014, en compagnie de Robert Sarrailh, j’ai eu l’honneur de partager des moments privilégiés avec Sir John Whitmore. Il nous accueille dans son élégante maison de famille, dans la petite ville de Sevenoacks, à proximité du Circuit de Brands Hatch. Il a réservé le dernier étage pour y stocker ses souvenirs, ses bouquins, ses photos, ses objets, de nombreuses miniatures, son casque, ses chaussures, ses gants et combinaisons d’antan… bref, une véritable caverne d’Ali Baba !

C’est là que nous découvrons son monde, construit autour de la pensée, de souvenirs et de lectures… car à cette époque là (il a pourtant plus de 76 ans) Sir John prépare un nouvel ouvrage, toujours dédié au management et au coaching, tenant compte du phénomène de la mondialisation.

C’est un homme sage, très attentif à l’écologie et au développement durable. Il nous donne une jolie leçon sur ses modes alimentaires dans le plus pur respect du corps humain. Nous découvrons également toute sa collection d’ouvrages sur l’automobile, mais surtout ses albums de photos historiques, des souvenirs de sa famille dont la noblesse remonte au treizième siècle.

Au delà de l’homme charismatique qui brille par son immense humanité et rare profondeur d’âme, il montre beaucoup de plaisir dans le récit de ses souvenirs de sa brève mais intense carrière de coureur automobile.

Sevenoaks - Portraits d'ancêtres - Sir John Whitmore et Robert Sarrailh

Sevenoaks – Portraits d’ancêtres
Sir John Whitmore et Robert Sarrailh

« Quand j’étais pilote, je me suis toujours efforcé de faire les choses le mieux possible, en véritable professionnel, pour être rapide, fiable et efficace ; c’était alors mon métier et je crois l’avoir réussi pleinement. J’avais quelques talents, sûrement pas autant que certains de mes rivaux ; c’est en étudiant ma technique et travaillant ma forme physique que j’ai réussi à devenir un peu plus performant que les autres concurrents ; j’ai également fait de nombreuses expériences sur le côté mental et psychologique, un travail qui globalement a bien porté ses fruits pour m’ouvrir de nouvelles perspectives. Par la suite, sans vraiment abandonner les questions de fond, j’ai totalement changé d’horizon coupant brutalement mes relations avec mon ancien milieu, et ça a très bien fonctionné. Quand j’avais acheté ma première Mini 848 cc pour 400 livres sterling (somme correspondant à 1.500 € aujourd’hui), dans mon esprit, j’ai considéré cet investissement, au demeurant énorme, comme un placement pour apprendre à gagner et ainsi devenir pilote professionnel bien rémunéré et libre de mes choix. Ensuite j’ai remporté le Championnat British Saloon Car, ce qui m’a ouvert des portes avec des projets intéressants. »

Ses albums photos et coupures de presse qu'il adore faire partager

Ses Albums Photos et Coupures de Presse
qu’il adore faire partager

Rencontré pour la dernière fois au «Member Meeting 74th» de Goodwood en mars 2016, des proches évoquaient alors un récent accident de ski, ce qui expliquait qu’il semblait être sensiblement diminué.

Bien que toujours passionné et enthousiaste de retrouver «sa» GT40 de 1965, Sir John n’était plus tout à fait l’homme avec qui nous avions passé une journée deux ans plus tôt.

David Brown, le nouveau patron de «Performance Consultants International» l’empire planétaire créé par Sir John Whitmore, reste d’ailleurs très évasif sur les circonstances précises de son décès.

 

Sir John Whitmore - séance dédicaces - l'affiche de l'éclaté de sa GT40

Sir John Whitmore
séance dédicaces-l’affiche de l’éclaté de sa GT40

Des amis du photographe Paul-Henri Cahier, parlent d’un AVC. fatal. Toujours est-il, nous perdons encore une fois un brillant acteur, auteur d’un magnifique paragraphe de l’histoire de ce sport qui nous passionne, en même temps qu’un ami naturel et sincère, un homme dont l’immense humanité était ce qui le singularisait.

 

Jacques SamAlens & Robert Sarrailh (StrategiesAutoMotive Communications)

Images © :
Jacques SamAlens – Fabien Sarrailh – Thierry Thomassin archives©Ronnie Spain

 

Goodwood MM 74th mars 2016 - sa dernière apparition sur circuit

Goodwood MM 74th mars 2016
sa dernière apparition sur circuit

John Withmore (Goodwood Revival 2013) au volant de sa Cortina-Lotus de route

John Withmore (Goodwood Revival 2013)
au volant de sa Cortina-Lotus de route

Goodwood Revival 2013 - Sir John Whitmore... un gamin de 75 ans heureux !

Goodwood Revival 2013
Sir John Whitmore… un gamin de 75 ans heureux !

 

Goodwood MM 74th Mars 2016 - sa Ford GT40 du Mans 1965

Goodwood MM 74th Mars 2016
« sa » Ford GT40 du Mans 1965

 

Goodwood MM 74th - photo de famille

Goodwood MM 74th
Mars 2016 – photo de famille

 

John Witmore 2016

John Witmore 2013

 

About Author

Jacques SamAlens