‘GP. DE BELGIQUE DE F1’ 2017 : SPA-FRANCORCHAMPS ACCUEILLERA LA CATÉGORIE REINE POUR LA 50ème FOIS.

 

 

SPA-FRANCORCHAMPS-un bijou dans un écrin de verdure-© Manfred GIET

 

Le dernier week end du mois d’août prochain, le circuit de Spa-Francorchamps, brillera d’un éclat particulier puisqu’il aura l’honneur d’accueillir le GP de Belgique pour la …50ème fois !

Un sacré bail pour le circuit Ardennais, véritable institution dans le monde de la F1 !

Le circuit Spadois, qui en 1950 était encore dénommé « Circuit National de Francorchamps », était déjà la terre d’accueil du GP. de BELGIQUE de F1 et faisait déjà partie des sept manches qui à cette glorieuse époque figuraient au calendrier, constitué de six GP Européens plus l’épreuve « d’Indianapolis 500 » aux USA et comptant pour le nouveau Championnat Mondial des Conducteurs.

 


Vue panoramique sur la ligne de départ,La Source et l’Eau Rouge des symboles du circuit de Spa-Francorchamps-© Manfred GIET

 

Avec l’Angleterre (Silverstone), Monte Carlo (tracé urbain), la Suisse (Bremgarten), la France (Reims-Gueux), l’Italie (Monza), la Belgique figurait donc parmi les pays pionniers en Europe et retenus pour accueillir la Formule 1 de l’ère moderne.

Le tracé de l’époque, formé par les routes nationales reliant les villes de MALMEDY-STAVELOT ainsi que le village de FRANCORCHAMPS, avec ses 14,120 Km, était non seulement le plus long du calendrier-ce qu’il est toujours à l’heure actuelle d’ailleurs- mais aussi le plus rapide.

Lors du GP de Belgique 1950, disputé sur une distance de 494,200 Km et d’une durée de 2 H 47’26 », la moyenne générale  sur le circuit de Francorchamps atteignait déjà les 177,097 Km/h et le meilleur tour en course fut réalisé à 185,451 Km/h!

 


Juan-Manuel-FANGIOpremier-vainqueur-du-GP-de-BELGIQUE-de-F1-en-1950-©-Manfred-GIET.

 

Et pour réaliser une telle moyenne sur des routes bordées d’arbres et d’habitations, ceux que l’on considérait comme des gladiateurs et qui se nommaient FANGIO-FAGIOLI-ROSIER-FARINA-ASCARI-LEVEGH-CLAESZ-CROSSLEY-BRANCA-CHABOUD-SOMMER-ÉTANCELIN et GIRAUD CABANTOUS, devaient avoir assurément le cœur bien accroché pour garder la pédale au plancher aux endroits stratégiques comme LES COMBES-BURNENVILLE-MASTA-HOLOWELL-STAVELOT-LA CARRIÈRE ou BLANCHIMONT, des appellations qui à l’époque déjà donnaient le frisson!

 

La-Talbot-Lago-de-Johnny-CLAES-qui-a-participé-au-1er-GP-de-Belgique-en-1950-©-Manfred-GIET

 

Ce nouveau Championnat du Monde des Conducteurs provoquait à cette époque d’après-guerre, un tel engouement auprès du public qui se déplaçait en masse pour voir évoluer ses idoles, que le sport automobile était plus populaire que le football. D’ailleurs, au début des années 50′, le GP de Belgique y enregistrait jusqu’à 150.000 spectateurs.

Au fil des années et des GP de Belgique qui s’y déroulaient, le tracé au cœur de l’Ardenne Belge, a régulièrement dû faire face à des aménagements afin de réduire sa dangerosité liée aux vitesses atteintes.

Lors du GP de Belgique 1960, le Circuit de Francorchamps vécut un des plus sinistres week-ends de son histoire avec les décès accidentels des pilotes Britanniques, Alan STACEY et Chris BRISTOW, lors de faits de course distincts alors que Sterling MOSS avait déjà connu un sérieux accident lors des essais et à propos duquel un témoin de l’époque, nous raconta un jour que les commissaires de piste retrouvèrent son dentier sur le lieu d’accident alors que MOSS avait déjà été évacué en ambulance vers une clinique de la région!

 

Spa-Francorchamps-doit-souvent-faire-face-au-caprices-de-la-météo-©-Manfred-GIET

 

En 1966, le GP. connut un départ invraisemblable à cause d’une météo typique sur cette région Ardennaise, où éclaircies et averses peuvent se donner ‘la clinche’ dans des délais records.

Alors qu’il faisait sec à Francorchamps, à Malmedy et Stavelot, il tombait des cordes, envoyant d’entrée BONNIER-SPENCE-SIFFERT-HULME et STEWART dans le décor pour le compte et ce au grand bonheur du réalisateur John FRANKENHEIMER qui était en tournage pour son film réputé « GRAND PRIX « avec Yves MONTAND et Françoise HARDY dans des rôles principaux, ce qui lui a permis d’enregistrer des images exceptionnelles…. et sans doublures!

 


Pedro-RODRIGUEZ-le-dernier-vainqueur-du-GP de BELGIQUE sur l’ancien-tracé-©-Manfred-GIET.

 

L’édition 1970, a quand à elle, véritablement marqué les mémoires à cause des vitesses atteintes.

Qu’on en juge :

241,308 Km/h, en ce qui concerne la moyenne générale du vainqueur, le regretté pilote Mexicain Pedro RODRIGUEZ (BRM) mort en course au Norisring en 1971.

 

Chris-AMON-décédé-en-2016-et-détenteur-du-record-en-F-1-sur-l’ancien-tracé-©-Manfred-GIET

 

Et, 241,308 Km/h pour le tour le plus rapide, réalisé, lui, par le Néo-Zélandais Chris AMON (MARCH) décédé en 2016.

 


1000-KM-de-SPA-1973-Matra-MS-670B-de-PESCAROLO-recordman-sur-l’ancien-tracé-©-Manfred-GIET.

 

Quant au record absolu du « Grand Francorchamps » il est détenu depuis 1973 par le Français Henri PESCAROLO, à la vitesse moyenne sur un tour de 262,461 Km/h, au volant d’une MATRA  MS 670B, une vitesse moyenne qui avait été encore supérieure lors des essais, lorsque Jacky ICKX et sa FERRARI 312PB avait atteint les 263,415 Km/h lors des qualifications, qui à l’époque n’entraient pas en ligne de compte dans les homologations officielles.

Ces deux derniers records de vitesses  moyennes  représentent néanmoins les vitesses les plus élevées jamais atteintes par une voiture sport sur circuit!

 

 

Jacky-ICKX-1000-KM-SPA-1973-Ferrari-312PB-dètenteur-de-la-plus-grande-moyenne-atteinte-sur-circuit-©-Manfred-GIET

 

Ahurissant, car à l’époque, la sécurité n’était que sommaire vu le peu de dégagements et de glissières dont disposait le tracé, constitué essentiellement de routes nationales, bordées d’habitations, de rochers et d’arbres et où les bolides de course dévalaient les longues descentes et lignes droites de BURNENVILLE ou MASTA, à des vitesses dépassant largement les 300 km/h!

Des records gravés dans l’asphalte de Francorchamps pour l’éternité…

 


Ancien-tracé-de-Francorchamps-Virage-de-Stavelot-©-Manfred-GIET

 

Cependant, à la suite de ce GP, il y eu une véritable levée de boucliers emmenée par STEWART et BELTOISE, avec pour conséquence la mise en sourdine du Circuit de Francorchamps, jugé trop dangereux sans transformations notoires et qui provoqua  l’annulation du GP en 1971.

 


Jacky ICKX-GP de Belgique 1970-© Manfred GIET

 

Et les trois accidents mortels de Hans Peter JOISTEN, Roger DUBOS et Massimo LARINI, survenus lors des 24 HEURES de SPA, le 21 juillet 1973, auront  probablement été le facteur déterminant pour inciter les autorités de tutelle, à faire effectuer les aménagements nécessaires pour éviter d’autres drames!

 

Ancien-tracé-de-Francorchamps-la-longue-ligne-droite-de-Burnenville-©-Manfred-GIET

 

En 1978, l’ancien circuit urbain de FRANCORCHAMPS était abandonné définitivement pour lui faire subir une fameuse cure de jouvence et le raccourcir de 14 Km 100, à 6,949 Km et se réapproprier du coup le GP de BELGIQUE après… treize longues années d’absence, qui profitèrent aux circuits de Nivelles (à deux reprises en 1972 et 1974) et de ZOLDER (10 fois, en 1973 et de 1975 à 1982 ainsi qu’en 1984), qui eurent  l’opportunité d’accueillir le GP National .

Depuis 1985, année où le Circuit de FRANCORCHAMPS sera rebaptisé en CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS, il a aussi été relifté  régulièrement pour rester aux normes FIA. en ce qui concerne l’organisation du Grand Prix de F1, son véritable cheval de bataille, et qui excepté en 2003 (législation anti-tabac) et  2006 (travaux importants), est resté sans discontinuer terre d’accueil du GP de BELGIQUE.

 


Francorchamps,les derniers travaux importants en 2007-© Manfred GIET

 

Et malgré tous les aménagements que la piste Ardennaise a subi depuis, une chose ne change pas!

Le GP de Belgique reste l’épreuve fétiche de la majorité des pilotes à cause de ce tracé unique qui permet de différencier… les garçons, des adultes !

Connu pour sa sélectivité et son cadre bucolique, SPA-FRANCORCHAMPS est aussi souvent le théâtre de joutes indécises jusqu’à leur terme et où la météo vient souvent ajouter son grain de sel.

Comme lors de l’édition 1998 du GP de BELGIQUE par exemple où, la piste Spadoise a connu un des plus gros carambolage de l’histoire de la F1,et que dès le départ sous le déluge pas moins de treize voitures sur les vingt-deux engagées furent éliminées et après un second départ, le grand Champion Michaël SCHUMACHER se laissa piéger comme un débutant  dans le brouillard pour aller harponner David COULTHARD, au ralenti, et a qui il allait prendre un tour, provoquant deux abandons supplémentaires et une arrivée avec seulement 8 voitures classées!

 


La-F1-sous-la-pluie-à-Spa-Francorchamp-reste-toujours-un-sacré-spectacle-©-Manfred-GIET

 

Après, il y eut quelques passes d’armes mémorables comme le dépassement de Mika HÄKKINEN sur Michaël SCHUMACHER au freinage des Combes lors du GP en 2000, la Pole Position de Giancarlo FISICHELLA sur une modeste FORCE INDIA avec laquelle il terminera le lendemain juste derrière le futur vainqueur Kimi RAÏKKÖNEN sur FERRARI, ou encore le fameux vol plané de Romain GROSJEAN et sa LOTUS au-dessus de la FERRARI de Fernando ALONSO lors du départ 2012 ainsi que l’accrochage lors du premier tour en 2014 entre les pilotes MERCEDES Nico ROSBERG et Lewis HAMILTON, ce qui fit vraiment désordre au sein du Team à l’étoile.

Ce circuit, théâtre du GP de BELGIQUE  et véritable baromètre de performances, se caractérise aussi par la plus longue section de tous les sites visités par la F1 où le régime moteur à pleine charge est poussé à son maximum.


La-F1-sous-la-pluie-à-Spa-Francorchamp-reste-toujours-un-sacré-spectacle-©-Manfred-GIET

 

Entre le virage de LA SOURCE, le plus lent du tracé et le freinage des COMBES, l’endroit où les monoplaces  de  F1 atteignent les 320 Km/h, il s’écoule vingt-cinq secondes durant lesquelles pilotes et voitures encaissent des contraintes énormes après avoir subi une compression effarante au niveau de l’enchaînement EAU ROUGE-RAIDILLON.

 


Le-célèbre-virage-de-lEau-Rouge-reste-toujours-un-sacré-défi-en-F-1-©-Manfred-GIET

 

Pour ce qui est de l’appellation EAU ROUGE, autre haut lieu du toboggan Ardennais, celle-ci trouve son origine dans le petit ruisseau qui prend sa source dans les Hautes Fagnes proches et qui coule sous la piste au pied du RAIDILLON et dont la teneur ferrugineuse, le fait virer au rouge à certains endroits lorsque le cours d’eau est partiellement asséché.

Quant aux secteurs  les plus sinueux du tracé, situés entre la chicane des COMBES et LA SOURCE, à cause de leurs caractéristiques, ils sont considérés comme étant déterminants car ils permettent de gagner ou …de perdre les centièmes de secondes précieux qui font la différence.

 


Le-ruisseau, dénommé Eau-Rouge qui coule sous la piste à hauteur du Raidillon-©-Manfred-GIET

 

De tous les circuits actuellement retenus pour le Championnat du Monde de F1, Spa-Francorchamps est celui qui parmi les circuits transformés ou aménagés a su garder un cachet de vrai « juge de paix », contrairement à la grande majorité des tracés soporifiques, artificiels et investis de chicanes à tout va, dont le Gourou des circuits de l’ère moderne, Hermann TIELKE, est un adepte.

Quelques étapes importantes parmi les transformation du circuit Ardennais au cours de son histoire :

-1921 : Création du Circuit de Francorchamps d’une longueur de 14,981 Kms, formant un triangle composé de trois routes nationales.

-1939 : Construction du RAIDILLON, communément appelé EAU ROUGE, un virage en côte de 17%, certainement le plus célèbre de tout le calendrier F1 , devenu entretemps une véritable marque déposée!

-1950 : Juan Manuel FANGIO remporte de 1er GP de Belgique de F1 du Championnat du Monde sur une ALFA ROMEO 158.

-1951 : Élargissement de la piste qui passe de 6 à 9 mètres et construction du virage de STAVELOT, un long droit en forme de parabolique.

-1963 : Installation partielle de glissières le long du circuit.

-1970 : Instauration d’une chicane au virage de MALMEDY pour le GP de Belgique 1970, remporté par Pedro RODIGUEZ sur une BRM P153 et qui sera le dernier GP de Belgique disputé sur l’ancien tracé.

Chris AMON sur MARCH réalisera le tour le plus rapide à 244,744 Km/h de moyenne !

-1973 : Tandis que la F1 a déserté Francorchamps, l’épreuve des 1.000 KM s’y dispute toujours sur l’ancien tracé, Henri PESCAROLO sur MATRA 670B et Jacky ICKX sur FERRARI 312 PB, y réaliseront respectivement des moyennes ahurissantes au tour de 262,461 Km/h (en course pour PESCAROLO) et 263,415 Km/h (pour ICKX aux essais)!

-1979 : Inauguration du nouveau circuit raccourci à 6,900 Km.

-1983 : Retour de la F1 et du GP de Belgique à Francorchamps qui dorénavant a été rebaptisé CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS et dont le premier vainqueur sera Alain PROST sur RENAULT RE 40.

-2003 : Le circuit Ardennais devient permanent après que la dernière section routière soit dorénavant interdite à la circulation urbaine.

-2007 : SPA-FRANCORCHAMPS subit son dernier aménagement important avec une reconfiguration complète de la piste entre la sortie du virage de BLANCHIMONT et LA SOURCE ainsi que la construction d’un tout nouveau complexe incluant 44 nouveaux boxes, Restaurant, Mezzanines, Salles de conférence, de briefing , de presse ainsi que la Direction de Course. Une nouvelle tribune a également été érigée à hauteur de la ligne de départ et d’arrivée.

-2017 : Le circuit Spadois passe en mode numérique avec de nombreux changements (WIFI gratuit tout le long du tracé-panneaux et écrans LED HD ET un nouveau système de monitoring équipé des dernières technologies pour ce qui est du Poste Central de Contrôle) en prévision du prochain GP de Belgique fin août.

 

Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency

 

Le circuit de Spa-Francorchamps, accueillera le 50ème GP de BELGIQUE de F1 cette année-©-Manrfred-GIET

 


Spa-Francorchamps, le GP de F1 reste le porte-drapeau du circuit Ardennais-©-Manfred-GIET

 


Spa-Francorchampsun-circuit-rénové-mais-qui-a-su-garder-son-caractère-©-Manfred-GIET

 


Spa-Francorchamps-offre-des-points-de-vue-idyllique-au-spectateurs-©-Manfred-GIET

 

Le dernier vestige encore en place du premier tracè au niveau du Paddock en endurance-© Manfred GIET.

 

Francorchamps-Tour-Uniroyaltout-un-symbole-©-Manfred-GIET

 


Ayrton-SENNA-Spa-Francorchamps-était-son-circuit-de-prédilection-©-Manfred-GIET.

Circuits F1 Sport

About Author

gilles