ACCIDENT MORTEL AU GRAND PRIX HISTORIQUE DE TUNISIE À HAMMAMET.

 

 

Du 22 au 23 avril 2017, se déroulait le Grand Prix Historique de Tunisie, sur le Circuit de Yassine Hammamet.

Cette épreuve rassemblait en trois plateaux de nombreuses voitures, telles que Porsche 906, AC Cobra, Bugatti, Ferrari 275, 250 GTO et bien d’autres encore.

La sélection, de très haut niveau, a tourné durant deux jours de course : les essais libres qualificatifs le samedi, et le Grand Prix le dimanche.

En marge de l’épreuve historique, se déroulait, le Championnat Tunisien des Circuits des moins de 1600 cm3, offrant de spectaculaires bagarres. Il s’agit d’une épreuve surprenante à tous points de vue.

Un circuit urbain, des participants particulièrement sympathiques et purs passionnés et un cadre idyllique.

C’était sans compter avec les essais du samedi matin.
Les voitures prenaient la piste vers 10 heures.
Aucune vérification n’a eu lieu.

La piste Tunisienne est particulièrement glissante, même sur le sec, et les participants ont tous été surpris de ne trouver aucune protection le long de la piste !

GP-HISTORIQUE-DE-TUNISIE-2017-À-HAMMAMET-la-JAGUAR-accidentée

Lors de ces premiers essais libres, après n’avoir parcouru qu’un tour, le pilote Allemand Harry Bryzmann, perdait le contrôle de sa Jaguar Type D à très grande vitesse et il heurtait le trottoir de droite, la voiture traversant alors la piste comme une fusée vers la gauche où se trouvent les stands.

Elle décollait et venait s’encastrer à mi-hauteur d’un palmier, emportant sur son passage, l’épouse du concurrent, Bertrand de Passemar et deux spectateurs Tunisiens.

Madame de Passemar décèdera quelques heures plus tard à l’hôpital.

Nous déplorons cette disparition dûe à ce malheureux accident, causé probablement par l’impétuosité du pilote Germanique, qui a pris des risques énormes aux dires des autres pilotes de sa série et des spectateurs, alors qu’il ne s’agissait que d’un tour de reconnaissance, avec des pneus certainement encore froids.

 

GP-HISTORIQUE-DE-TUNISIE-2017-A-HAMMAMET-La-JAGUAR accidentée

 

La violence du choc a d’ailleurs été telle que la Jaguar D a non seulement tué et blessé sur le côté gauche de la piste en projetant les corps en l’air, mais a également sectionné un lampadaire projeté sur le côté droit !

Par chance, le palmier a permis de stopper la voiture, sans quoi nous aurions eu à déplorer de nombreuses victimes parmi les pilotes qui se trouvaient dans le paddock.

Nous adressons toutes nos condoléances à Bertrand de Passemar, mari de la victime, qui a été stupéfait de la rapidité de l’évacuation de la Jaguar D, du pilote Allemand blessé, qui a été désincarcéré au bout d’une demi-heure et… plus surprenant de la reprise de la course immédiatement !

Et ce sur l’ordre des Représentants de la Fédération Tunisienne sans constatation ni autres mesures procédées par les Services de Police…

La course a donc repris sans entrain et tous les pilotes se sont réunis pour témoigner du manque de sécurité avec des protections plus que sommaires pour le public comme pour les pilotes, toute sortie de route pouvant s’avérer dramatique.

 

Anthony ROUZÉ

photos : Anthony ROUZÉ

 

 

 

 

Nécrologie

About Author

gilles