24 H DU MANS MOTOS 2017: DES QUALIFICATIONS ÉCHEVELÉES. LA KAWASAKI EN POLE !

 

 

 

Dans tous les top teams engagés pour cette quarantième édition des 24 heures du Mans Motos, lors des essais qualificatifs, vous entendez le même refrain: les essais ne sont pas la course et pourtant nous avons encore assisté ce vendredi matin à des luttes insensées pour décrocher la pole position.

Il faut bien dire que les enjeux sont énormes. Que ne ferait-on pas pour un passage à la télévision lors du départ? On se le demandait un peu en assistant à des empoignades incroyables dans les séances de 20 minutes accordées aux pilotes en fonction de la couleur de leur brassard.

Comme en plus, en raison d’un nouveau revêtement de la piste du circuit Bugatti, aucune limitation de pneumatiques n’interviendra ce week-end. On s’en est donc donné à cœur joie, même s’il était un peu difficile de réussir un tour clair en raison du trafic important (60 engagés).

 

LA KAWASAKI N° 11 LES ASSOMME TOUS

 

On  pressentait une domination bleue avec les deux Yamaha N°7 et N°94, c’était sans compter sur l’attaque en règle menée par la Kawasaki N° 11 avec un Randy De Puniet, qui faisait  claquer un temps époustouflant de 1’35 »730, alors que ses coéquipiers Mathieu Gines et Fabien Foret roulaient en un peu plus de 1’36 ».

Modeste, Randy de Puniet concédait que les choses se présentaient bien:

 » Hier on a quelques petits soucis, un peu de malchance. Aujourd’hui tout se déroule bien. Nous étions tous les trois dans un bon rythme. Maintenant il faut se concentrer sur la course. Les qualifs c’est déjà quelque chose de bien. On montre qu’on est rapide, c’est top. Là nous étions en pneus de qualif mais hier soir nous avons travaillé sur les pneus de course et il nous reste le warm-up pour confirmer nos choix. »

Si les gens de la N°7 s’étaient retirés dans leur box pour travailler, Christophe Guyot se montrait disponible pour évoquer ces qualifications permettant à la Yamaha du GMT94 de se positionner à la troisième place sur la grille.

 

LA YAMAHA DU GMT 94

 

« Oui comme tu le dis, les qualifs sont un peu une course dans la course mais c’est surtout une opportunité de peaufiner le réglages pour la course, en tout cas c’est ce que nous avons fait ce matin. Nous sommes très satisfaits de notre troisième place. Chapeau à Randy de Puniet pour son chrono . Nous savons que c’est un exercice différent. On a une moto mieux équilibrée avec les pneus durs que nous allons utiliser pour la course. Avec les pneus soft on ne gagne pas tant que cela. Dunlop a fait une solution vraiment top. La nouvelle piste est vraiment difficile à comprendre pour régler la moto. Là pour la course, nous avons trouvé l’équilibre. »

Au passage le manager du GMT 94 regrette un peu que l’on se soit dégagé de la contrainte de la limitation du nombre de pneus et ne comprend pas trop que ce soit open bar au niveau des pneus.

La BMW N°9 a impressionné la concurrence mais un expert, ex-vainqueur des 24 h motos et  commentateur sur Eurosport , en la personne de Guillame Dietrich nous confiait, voir dans cette machine  plus une bête de qualification, plus qu’une candidate à la victoire.

 

LA BMW TECMAS

 

Une autre Yamaha, Superstock cette fois s’est glissée dans le top 5. Le team Viltaïs expérience et sa N°333 semblent poursuivre inexorablement leur progression dans la hiérarchie du peloton en championnat du monde.

 

LA YAMAHA VILTAÏS

 

Yannick Lucot le manager nous confirmait avoir travaillé dur au cours de cette longue trêve hivernale sur tous les registres possibles: mécanique, organisation, qualification des membres de l’équipe et essais. Il soulignait également combien la fidélité à Michelin était de nature à lui fournir des produits très adaptés.

Axel Maurin un des pilotes de l’équipe déclarait en conférence de Presse:

« La Yamaha R1 est une excellente moto. Nous essayons de l’exploiter au maximum de son potentiel. Réaliser la pole position est un des premiers objectifs que nous nous sommes fixés tous ensemble au sein de l’équipe. Nous courrons après depuis quelques courses. C’est une bonne performance et une belle récompense pour toute l’équipe. Nous avons travaillé tout l’hiver et nous nous sommes remis en question. Nous travaillons dans la bonne direction mais le plus dur reste à faire. Nous n’avons pas à rougir de notre performance par rapport aux équipes de la catégorie Formula EWC. Nous pouvons jouer une place intéressante au classement général. »

 

LA HONDA JAPONAISE OFFICIELLE

 

Les Honda quoique plus discrètes que leurs rivales en, ont-t-elles gardé dans la poignée? La version usine, la N°5 sur le papier moins évoluée que la N°111 se trouve qualifiée en septième position juste devant sa soeur la N°111.

 

LA HONDA 111

LE SERT ORPHELIN MAIS BIEN PRÉSENT

 

Nous terminerons ce petit tour d’horizon des motos en pointe en adressant un salut amical au chef, du SERT retenu en convalescence en dehors des circuits pour un certain temps encore et en demandant à Dominique Hébrard  comment on gère  la préparation des 24 h quand on est amené à remplacer le chef?

 » On ne change pas les habitudes. On essaye toujours d’avoir la meilleure place sur la grille. Après on reste dans la configuration de travailler absolument pour la course. On sera 6 sur la grille. Le but c’est d’éviter la chute collective et le but c’est de faire une course intelligente et les bons  choix de pneus, ensuite on verra où on en est dimanche à 15 heures. Je vois bien qu’il ya quelques top teams qui se donnent les moyens d’aller chercher la pole, après la course c’est une question bien différente et c’est là où nous allons essayer de tirer notre épingle du jeu. »

Dans les circonstances tragiques que l’on connait vous avez un déficit de vitesse avec le remplaçant du regretté Anthony Delhalle ?

 » Oui il ya de la différence entre nos trois pilotes. Avec Anthony nous avions un équipage bien homogène et rapide. Il faut se mettre aussi dans la peau d’Alex Cudlin, c’est pas évident pour lui. Il est arrivé tardivement, il essaye de donner son maximum sans faire chute. Il n’est pas le plus rapide, certes, mais j’attends de lui qu’il soit fiable en restant sur les roues. »

Vincent Philippe pilote leader de la Suzuki N°1 en tête du championnat 2017 commente pour nous ces essais:

«  Oui, on s’excite un petit peu parce qu’on voudrait être les premiers en Dunlop, par exemple. On a face à nous de sérieux adversaires au championnat comme la Yam N°94. On aurait aimé se rapprocher plus d’eux. On voit bien que ça va vite, ils sont à l’aise, les trois pilotes forment un sacré équipage, qui va être dur à battre. La Yam N°7 est aussi très rapide, je pense qu’ici ils sont avantagés par leurs pneumatiques (Bridgestone) qui, je pense sont plus rigides que les nôtres. Donc la N° 7 risque de faire un festival, on ne pourra pas courir après c’est évident. Il va falloir attendre la nuit et voir comment ça se passera dans des conditions un peu plus fraiches et voir aussi, s’ils ne connaissent pas d’ennuis. En fait c’est une course que beaucoup peuvent gagner, mais surtout peuvent perdre. Il y aura de gros écarts sur la piste en raison du grand nombre de machines. les choses peuvent se décanter sur des accrochages et des accidents. Même si nous avons senti dès les premiers essais que nous avions une bonne moto et que les choses étaient en place, le problème c’est que nous sommes un peu au bout de qu’on peut faire, tout va bien mais il en manque un petit peu. La difficulté de ces séances courtes de 20 minutes, la difficulté c’est de passer de bons pneus. Dans le trafic c’est très compliqué, quand tu as un tour c’est pas mal mais c’est une extrême tension. Si tu as une seconde chance, c’est plus facile et ça joue aussi dans la tête. »

 

RÉVISION TOTALE

 

 

Après ces séances de qualification, où la tension était très perceptible dans tous  les stands, le contraste est total au cours d’un après-midi consacré à la révision totale des machines de course.

Quand nous parlons de révision nous devrions dire plus exactement reconstruction car tout est remis à neuf pour affronter ces 24 heures.

Le warm up de 45 minutes demain samedi à 10h, permettra de vérifier une ultime fois si tout est bien en place et, la course sera lancée à 15 heures par le Président du circuit de Suzuka, qui fête comme les 24 heures motos la quarantième édition des 8 heures

Alain MONNOT

Crédit photographique: Thierry Coulibaly

Classement des qualifications

https://www.fimewc.com/wp-content/uploads/2017/04/24-Hours-Motos-Overall-Qualifying-Classification.pdf

Sport

About Author

jeanlouis