LES 40ÈMES ’24 HEURES DU MANS MOTOS : UNE COURSE GRANDIOSE S’ANNONCE

24 H MANS 2017 LE YART DOMINE LES PREMIÈRES QUALIFS.

 

Pour leur 40ème édition, les ’24 Heures Motos’, qui ont battu un record de demandes de participation, s’annoncent très disputées. Seconde épreuve du championnat du monde  FIM EWC 2017, la course verra cinq grands constructeurs se disputer la victoire.

LES TEAMS CONSTRUCTEURS

 

Kawasaki remet son titre en jeu avec le Team SRC Kawasaki. La Kawasaki ZX10-R n°11 sera pilotée par Mathieu Gines, Randy De Puniet (ancien pilote du Championnat du Monde MotoGP™) et Fabien Foret. Ils devront affronter le Suzuki Endurance Racing Team, l’équipe Championne du Monde en titre et vainqueur du Bol d’Or en septembre dernier.

 

ÉQUIPAGE-SERT-MASSON-PHILIPPE-CUDLIN-

 

Le SERT engagera le modèle 2016 de la Suzuki GSX-R 1000 faute d’avoir reçu quelques pièces spécifiques à l’Endurance dans les délais permettant de valider le modèle 2017, pourtant prometteur.

 

 

Du côté de Yamaha, on ne cache pas ses ambitions. La Yamaha R1 n°7 du YART Yamaha s’est montrée très rapide à l’occasion des essais Pré-Mans qui se sont déroulés les 28 et 29 mars derniers sur le circuit Bugatti. Pilotée par Broc Parkes, Marvin Fritz et Kohta Nozane, elle a réalisé le meilleur temps en battant de plus d’une seconde le chrono de la pole position réalisée l’an passé par la BMW S1000RR, sans doute en partie grâce au nouveau revêtement de la piste du Bugatti, mais peut-être pas seulement.

 

BMW_TECMAS_-À SURVEILLER_K..FORAY-ET-C.HÉDELIN

 

Le GMT94 Yamaha, pourtant moins aidé directement par l’usine, entend cependant jouer les premiers rôles. Pour cela, sur la machine n°94, Christophe Guyot, le team manager-ex pilote d’endurance, compte sur un équipage mixant expérience et rapidité : David Checa, Niccolò Canepa et Mike Di Meglio (ancien pilote du Moto GP).

Pour décrocher une victoire qui lui échappe depuis 2006, Honda compte sur son nouvel atout, la CBR 1000 RR SP2. Fruit d’un long travail de recherche et de développement où l’électronique tient une place prépondérante, cette n°111 sera confiée à Sébastien Gimbert, Julien Da Costa et Freddy Foray du Honda Racing Team.  Le F.C.C TSR  l’autre équipe (japonaise) a parié sur l’ancienne CBR n°5, qui sera pilotée par Damian Cudlin, Gregg Black et Arturo Tizon.

Face aux quatre ogres féroces, japonais, BMW sera le seul constructeur européen à tenter de relever le défi de cette suprématie nipponne. Le programme officiel de BMW est désormais confié à l’équipe française Tecmas BMW. Kenny Foray, Lukas Trautmann et Camille Hedelin auront la lourde tâche d’imposer la S1000RR n°9 sur le circuit sarthois et de faire entrer le constructeur allemand dans le palmarès des ’24 Heures Motos’ pour la première fois.

LES ÉQUIPES PRIVÉES EN EWC ET EN SUPERSTOCK

LOUIT-MOTO-EN-ÉVIDENCE

Face aux teams des constructeurs des challengers ambitieux tenteront crânement leur chance. Pour cela, nous pouvons faire confiance au Bolliger Team Switzerland (Kawasaki n°8), au Team National Motos (Honda n°55), au Eva Trickstar Racing (Kawasaki n°10), au Team April Moto Motors Events (Honda n°50), au  Team R2CL (Suzuki n°2) ou encore au Maco Racing Team (Yamaha n°14). Toutes ces équipes privées ont engrangé une grande expérience en endurance et profiteront de la moindre défaillance ou faux pas des équipes officielles, pour se hisser sur le podium, pourquoi pas.

Nous n’oublierons pas de nous intéresser à la catégorie Superstock, où, là aussi, la bataille fera rage. Il ne serait pas surprenant de voir une équipe issue de cette catégorie intégrer le top 5. Damien Saulnier, le professeur-manager du lycée Le Mans Sud, jouera à domicile et, avec toute son équipe de jeunes étudiants ils auront à cœur de porter bien haut dans le classement, la nouvelle Suzuki GSX-R 1000, pilotée par des fidèles du team : Baptiste Guittet, Cédric Tangre et Robin Camus. La difficulté de l’exercice viendra du fait que  le Team Moto Ain, vainqueur du Superstock au Bol d’Or aura la même ambition avec Alexis Masbou, Hugo Clere et Robin Mulhauser sur la Yamaha n°96. Le Yamaha Viltaïs Experience (Yamaha n°333), le Voelpker NRT 48 Schubert Moto by ERC (BMW n°48), le Tati Team Beaujolais Racing (Kawasaki n°4), AM Moto Racing Competition (Kawasaki n°3) ou encore le Team LMD 63-Ultimate Cup (Yamaha n°63) figurent tout aussi bien au rang des prétendants à la victoire de catégorie.

En catégorie Expérimental, deux équipes engagent une moto avec un train avant non conventionnel (Kawasaki Z10 Excentive n°17 et la Metiss n°45), tandis que la catégorie Supertwin verra s’affronter trois machines européennes : deux Ducati 1299 Panigale n°81 et 121 et une KTM RC8R n°78.

DES CHRONOS IMPRESSIONNANTS LORS DES PREMIÈRES QUALIFICATIONS

24 H MANS 2017 LA KAWA ROULE EN PIRELLI

Le retour au Mans s’est opéré en début de semaine avec les vérifications administratives et techniques, puis les essais libres avant les premiers essais qualificatifs de ce jeudi.

Même si une certaine décontraction apparente régnait dans le paddock, on sentait bien chaque team concentré sur l’objectif. Le passage au pesage permettait à notre ami Michel Picard de saisir quelques scènes classiques, alors qu’il obtenait la pose de la part de certains pilotes comme les frères Cudlin engagés sur des machines rivales ou les joyeux compères de la n°55,(Jonchière, Salchaud et le jeune japonais Okubo) visiblement heureux du retour de National Motos aux 24 heures.

Tous les pilotes rassemblés ont également posé pour la postérité avant de rentrer dans leur bulle, pour se concentrer et tenter d’assurer une bonne qualification, plus pour se rassurer sur les potentialités de la moto, sachant qu’en 24 heures, la régularité et le minimum de temps d’arrêt au stand conditionnent mieux une bonne place, que la fulgurance immédiate.

Les séances de qualification s’opèrent en quatre vagues successives avec une répartition des pilotes selon leurs brassards (bleu, jaune, rouge et vert pour l’éventuel pilote remplaçant). La qualification définitive est calculée à partir de la moyenne des trois meilleurs temps des trois pilotes de chaque team.

On constata que les brassards bleus n’amusaient pas le terrain et dans les 5 premiers, on trouvait dans l’ordre : la Yamaha du Yart n°7 qui descendait sous la barre des 1’36’’, la MMW Tecmas n°9, la Suzuki du SERT n°1, La Kawasaki SRC n°11 et la Yamaha du GMT n°94. Point de Honda donc dans cette première revue d’effectifs.

 

LA YAMAHA DU YART AVANTAGE BRIDGESTONE

Le second run, jaune cette fois rebattait un peu les cartes avec la n°7, la n°11, la n°94, la n°9 et l’étonnante Superstock de Louit moto n° 33.

Les pilotes au brassard bleu  imposaient la couleur fétiche de Yamaha en tête avec un tir groupé aux trois premières places avec dans l’ordre la n° 94 du GMT, la 7 du Yart et la surprenante Superstock n°333 de Viltaïs Expérience. Suivaient la Honda usine n°5 et la BMW n°9.

On se gardera bien de tirer des conclusions hâtives de ces premiers temps, ils indiquent cependant que la nouvelle piste du Bugatti est rapide et que les motos ont sans doute progressé durant l’hiver. Les managers avisés-et ils sont nombreux- ont tenté de composer des équipages, où l’homogénéité des performances jouera autant dans le classement que la pointe de vitesse d’un pilote reléguant ses équipiers à plus de 1 seconde au tour.

N’oublions pas que parallèlement à la réalisation du chrono, la responsabilité du chef mécanicien est de trouver les réglages consensuels aux trois pilotes, leur permettant de chevaucher une machine sûre et pas trop fatigante. Ajoutez à cela l’équation des pneumatiques, toujours délicate à trouver entre grip, endurance et performance et vous comprendrez qu’avant la course le travail ne va pas manquer. Un roulage de nuit terminera cette journée de jeudi au cours de laquelle le team PLV Racing croisera les doigts pour pouvoir participer aux qualifications du vendredi, faute d’avoir pu mettre en piste leur moto (KTM n°78), aujourd’hui.

Au final de cette journée les forces en présence pour les 5 premières places se répartissent ainsi :

  • Yamaha n°7 : 1’36’’402
  • Yamaha n°94 : 1’36’936
  • BMW n°9 : 1’37’’000
  • Kawasaki n°11 : 1’37’’466
  • Suzuki n°1 : 1’37’827

Les observateurs avertis vous feront remarquer que d’une manière quasi certaine les trois premiers de ce classement très provisoire ont sans aucun doute utilisé un moteur «  de qualification », ce qui n’est pas le cas des Kawa et Suz.

Le grand patron Yamaha de la compétition est présent au Mans pour encourager les troupes. On peut s’attendre donc à ce que les Yamaha mènent un train d’enfer pour secouer le peloton dès le départ de la course. Cela sera d’autant plus facile à réaliser pour la n°7 du YART, qui développe et dispose les pneus Bridgestone apparemment plus performants que les Dunlop ou Pirelli de la concurrence. Mais nous n’en sommes pas encore là !

LE PROGRAMME À VENIR :

Vendredi 14 avril 2017

10h10 – 10h30 : Deuxième séance qualificative 24 Heures Motos Pilotes Bleu

10h40 – 11h00 : Deuxième séance qualificative 24 Heures Motos Pilotes Jaune

11h10 – 11h30 : Deuxième séance qualificative 24 Heures Motos Pilotes Rouge

11h40 – 12h00 : Deuxième séance qualificative 24 Heures Motos Pilotes Vert (R)

Samedi 15 avril 2017

10h05 – 10h50 : Warm-up

15 heures : départ de la 40e édition des 24 Heures Motos

 

Alain MONNOT

Photos :

Michel PICARD-Thierry COULIBALY

 

Moto Moto - Endurance Sport

About Author

jeanlouis