WSBK/SSP 2017 EN ARAGON : MAHIAS (YAMAHA) PREND LA VICTOIRE ET LE CLASSEMENT GÉNÉRAL !

LUCAS MAHIAS: MARSEILLAISE!

 

On sait qu’il n’y a pas de Français en WSBK, mais il y en a deux en Supersport, Mahias et Cluzel, qui terminent un et quatre de la manche d’Aragon de ce championnat du monde Supersport, Mahias prenant du coup la tête du championnat.

Carrément !

J’avais annoncé un morne week end en perspective sauf bonnes surprises et c’est la première de ce beau dimanche aragonais.

Lucas Mahias avait deux problèmes au départ de cette troisième manche de l’année.

La première est qu’il part cinq sur la grille de départ et comme cette catégorie est très disputée, pas facile d’aller grignoter des places ;

La deuxième est que Sofuoglu, le multiple et imbattable champion du monde turc, qui n’a pas roulé l’Australie et la Thaïlande pour cause de blessure, est revenu et part en deuxième place sur la grille.

C’est encore pire pour Jules Cluzel, qui part quatorze !

Et bonne surprise dès le début de la course, la Yamaha de Sheridan Morais part en tête, devant Sofuoglu, devant le poleman Jacobsen, et il est suivi par Mahias !

Cluzel est huit, parti de la quatorzième place, pas mal non plus…

 

 

MAHIAS PREND LA VICTOIRE ET LE GÉNÉRAL

 

Un groupe de neuf pilotes va se former en tête, Cluzel ferme la marche, Mahias est devant en bagarre avec Morais.

Puis ça va commencer à chuter dans ce groupe, en particulier quand Sofuoglu se fait accrocher et va au tas, c’est le problème des bagarres en peloton quand on est un pressé de remonter, et dans le dernier tour, Mahias passe Morais, jolie performance pour Yamaha qui prend les deux premières places. Et formidable course pour Mahias, gagner dans le dernier tour, c’est comme ça que naissent les légendes.

Mahias prend aussi la tête au général, il n’a hélas que 45 points au compteur, 25 pour cette course en Aragon, 20 pour sa deuxième place lors de la course australienne en début de saison, mais hors des points en Thaïlande.

Cela dit, 45 points, c’est une vraie marge mais Sofuoglu ne va pas se laisser manger la laine sur le dos à chaque course !

Bon, on sait que la première victoire est aussi une libération mentale, Mahias sait qu’il lui en faut d’autres et qu’il peut le faire, à suivre. *

Cluzel termine quatre, belle course aussi, mais il est vraiment parti de trop loin pour monter sur le podium.

 

WSBK : DAVIES ET DUCATI, ENFIN !

CHAZ DAVIES ENFIN DANS SA LÉGENDE

 

J’écris presque à chaque fois que sur les trois places au podium, deux sont réservées aux Kawa d’usine dans cette catégorie de course réservée au motos sportives de série améliorées, et, même s’il finit deux, l’infernale série de victoires de Rea est enfin terminée, Davies, son seul vrai adversaire en fait, a enfin mangé son pain noir et gagne cette course malgré un début timide.

Et puis, au fil des tours, le pilote gallois, qui roule pour Ducati, a senti revenir la forme, le fameux « Sissu » des pilotes finlandais, l’invincibilité, il a remonté tout le monde et au douzième tour il est derrière Rea et le mange en un rien de temps.

Ils laissent Melandri, qui finira trois, mais à dache, deux secondes et demi derrière le vainqueur.

VOLONTAIRE LE GALLOIS

 

Pilote dont on se souviendra que lorsqu’il courait pour Aprilia avec Guintoli, il avait tenté d’empêcher Sylvain d’accéder au titre de façon très peu élégante, bref, ce mec-là ne m’intéresse pas, je n’aime pas les chialeurs.

Simplement, il pique une deuxième place sur le podium à la place de la Kawasaki de Sykes (quatrième à huit secondes derrière lui) et là encore, c’est assez jouissif de voir le destin et le talent jouer contre les pronostics en vert.

Au général, Davies est deux, quatre points devant Sykes, mais cinquante points derrière Rea, qui a aligné cinq victoires de suite en début de saison alors que Davies passait régulièrement à côté de sa légende.

 

REA BATTU ET BIEN BATTU

 

Il est quasiment impossible, même à raison de deux courses par week end, de remonter un tel handicap, car je le répète, au-delà d’avoir une moto pas comme les autres, Rea a un vrai talent.

Davies va pouvoir comme en 2016 enchaîner les doublés, il ne prendra que cinq points à chaque course, et Rea va encore en gagner plein.

Mais bon, enfin, selon la formule, « Gentlemen you have a race »…

Enfin il ya une vraie course…

SSP 300 : GROSSE RÉUSSITE POUR UNE PREMIERE

SCOTT DEROUE

 

C’est LA nouveauté du WSBK, les organisateurs espèrent que l’intérêt de leurs courses augmente, il est certain que cette nouvelle cylindrée, appelée à remplacer le SSP 600, commercialement il n’y plus beaucoup d’offre sauf chez Yamaha, qui est peu chère pour les teams, qui permet donc de faire courir de très jeunes talents avant de leur confier les grosses cylindrées, c’est l’avenir.

Commercialement aussi, le 300 est une cylindrée au marché colossal en Asie, qui peut aussi faire venir des spectateurs lors des courses exotiques.

En plus il ya un vrai marché en Europe, où certes la mode est aux cylindrée grasses, tant mieux ça fait marcher le commerce, mais il ya aussi des motards qui ont envie de rouler peinards dans les encombrements sans devoir pour cela piller une banque !

 

LE SSP 300,SUPERBE NOUVEAUTÉ

Lorsque j’ai commencé la moto, il ya un milliard d’années, on considérait que le 125 était une cylindrée d’apprentissage et que le 250 était déjà une vraie moto.  Finalement, on aura juste gagné 50 cc en autant d’années, il est vrai aussi que la loi a changé bien des choses, avec des systèmes de permis parfois compliqués.

Justement, cette cylindrée 300 correspond parfaitement à ce fameux permis A2, le premier permis moto qui oblige tout motard à rouler avec moins de 45KW (60 chevaux) pendant deux ans avant de s’offrir le monstre de ses rêves…

Monstre  qui roulera toujours à 30km/h en ville et à 130 sur autoroute, mais il est vrai, ce n’est pas de moi mais c’est très pertinent, que dans une société où tout est interdit, le sa seule liberté consiste à pouvoir se la péter. C’est un peu la même histoire que l’émergence des zazous sous l’occupation.

Cette cylindrée 300 a donc couru sa première course en Aragon, avec 35 concurrents, ce qui est énorme, un seul Français, Enzo de la Vega, sur Yamaha, qui malheureusement a chuté dans le dernier tour.

Et donc un premier vainqueur, le Hollandais Scott Deroue, qui démarre peut-être une belle carrière, c’est tout ce qu’on luis souhaite.

SUPERSTOCK 1000 : MARINO DEUX, GUARNONI SIX

FLORIAN MARINO

Les deux pilotes français de cette catégorie ont plutôt bien roulé, Marino sur Yamaha, Guarnoni sur Kawasaki.

Le vainqueur est l’Italien Rinaldi, sur une Ducati, bref, la journée était plutôt « Rossa » (le rouge est aussi la couleur officielle des sports mécaniques en Italie) mais avec un peu, voire beaucoup de bleu blanc rouge, une seule Marseillaise dans la journée, merci Mahias,  mais elle fait un bien fou, une semaine après l’exploit de Zarco en MotoGP.

 

RÉSULTATS ET CLASSEMENTS GÉNÉRAUX SUR  http://www.worldsbk.com/fr/resultats%20statistiques

Jean Louis BERNARDELLI

Photos WSBK

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moto Sport Superbike

About Author

jeanlouis