GABRIELE TARQUINI : 55 BOUGIES ET TOUJOURS ACTIF ET… PERFORMANT !

 


WTCC.-ZOLDER-2010-Victoire de Tarquini-©-Manfred-GIET.

 

Né le 3 mars 1962, le vétéran Gabriele Tarquini, a le sentiment qu’à 55 ans, il ne fait pas encore partie de la vieille ferraille !

Pour ce « Giuliesi« , vu la situation géographique de sa ville natale des Abruzzes, Giulianova, sur le littoral Adriatique, tout le prédestinait aux sports aquatiques dès son enfance.

Pourtant, c’est bien vers le « sport auto » qu’il se dirigea dès l’adolescence.

Et comme la majeure partie  de jeunes qui souhaitent se lancer dans cette activité sportive, c’est naturellement par le Karting qu’il débuta.

Des débuts prometteurs,puisqu’entre 1983 et 1984 ,il était un véritable abonné aux plus hautes marches des podiums, faisant souvent table rase des coupes et autres prix pour atteindre son meilleur niveau au cours de l’année 1984, où il ne fit pas dans le détail en raflant tout implement les titres de Champion d’Italie, d’Europe et du Monde !

Ces précieux Trophées lui permirent d’accéder à la F3 italienne avant de gravir un échelon et de passer directement à la F3000 de 1985 à 1987, pour les écuries SAN REMO (1985) et COLONI RACING (1986-1987) sur des MARCH-COSWORTH, terminant respectivement 6ème, 10ème et 8ème au Championnat.

Tarquini-en-1987-lors-de-son-premier-GP-chez-Osella-©-Manfred-GIET

 

Pour le GP de San Marino à Imola en 1987, son compatriote Enzo Osella, lui offrit un « One-shot » sur une OSELLA FA 1G, une monoplace vieille de deux ans, mais qui l’obligea non seulement de partir dernier sur la grille de départ mais également de se retirer à la mi-course avec une boîte à vitesse bloquée.

En 1988 et toujours en GP, il devint titulaire chez COLONI en F1, jeune écurie guère mieux lotie et où il sera condamné aux fonds de grilles, sauf au GP. du Canada de la même année où il terminera à une excellente 8ème place après être pourtant parti dernier.

 

TARQUINI-en-1988-en-F3000-chez-Coloni-©-Manfred-GIET-

 

Les manques de moyens de Franco Coloni empêchèrent toutefois tout développement de la FC 88 pour la suite, si bien que Tarquini dut se contenter de réaliser des chronos en pré-qualif ou qualif à peine digne de la F3000, annihilant du coup toutes chances de se faire remarquer au sein des pelotons, lorsque qualification il y avait.

L’année suivante,il se retrouve dans une autre écurie issue de la F3000, le FIRST RACING de Lamberto Leoni, mais qui en dehors d’un châssis n’avait ni budget, ni pneus, d’où la fin d’une aventure précoce.

Le grave accident durant les essais hivernaux en mars 1989 et dont fut victime le pilote Français Philippe Streiff sur le Circuit de Jacarepagua, à Rio, au volant de l’AGS JH 23B, permit à Gabriele Tarquini de le remplacer pour la saison, suite à l’appel du patron Henri Julien, d’AGS. à Gonfaron, dans le Var, en France.

 

F1-TARQUINI-avec-lAGS-à-SPA-en-1991-©-Manfred-GIET

 

Lors du GP de Monaco ’89, l’italien réussira son meilleur résultat en terminant 6ème dans les rues de la principauté, inscrivant du coup son seul point jamais récolté en F1 mais dans le plus prestigieux des Grands Prix !

1990 et 1991 le verra toujours actif pour le Team AGS, manquant de plus en plus de moyens financiers et sans espoir d’évoluer et qui malgré tous les efforts produits par Tarquini pour arriver à sortir l’AGS de temps à autre des pré-qualifs, ne put échapper au naufrage en fin de saison lorsque Cyril de Rouvre qui en avait pris les commandes décida d’arrêter les frais.

 


Gabriele TARQUINI Team F1 FONDMETAL © Manfred GIET

 

Entretemps, Gabriele Rumi, le patron de FONDMETAL et du Team éponyme, avait débauché Tarquini de chez AGS afin de le faire rouler chez lui pour les troi derniers Grands Prix de la Saison 1991.

Si la FONDMETAL se montra nettement plus véloce que précédemment l’AGS, les espoirs d’une bonne saison ’92 semblaient se préciser.

Malheureusement pour Gabriele, la déception fut plus grande que l’espérance surtout qu’après le GP d’Italie à Monza, le glas sonna pour le Team FONDMETAL, qui après les épisodes malheureux qu’il avait déjà connu chez COLONI et AGS, donnera tout son sens à l’expression « jamais deux sans trois »!

F1-Gabriele-TARQUINI-TyrRell-023-1995-©-Manfred-GIET

 

Il refera néanmoins encore une fois un mini ‘come-back‘ chez TYRRELL pour relayer le Japonais Ukyo Katayama, blessé, en 1995 lors du GP d’Europe au Nürburgring et où il se classera 14ème pour sa dernière sortie en F1, course qui restera son 38ème GP en 78 tentatives de participations.

À l’âge de 33 ans, l’âge du Christ, gants et casques toujours à sa pointure, il opta alors pour une reconversion vers les voitures de Tourismes qui lui permirent de véritablement revivre après les années de galère en F1.

Animé d’un esprit combatif, jamais avare lorsqu’il s’agit de faire voler les copeaux sur les différents Championnats anglais, italiens, allemands ou mondiaux qu’il a disputé ou dispute encore sur un large éventail de marques différentes, Gabriele Tarquini y est devenu une figure emblématique depuis maintenant… 24 ans et qu’il s’apprête à remettre une couche pour ce qui sera sa 25ème saison dans une discipline qu’il affectionne et marqué de son empreinte.

 

Gabriele-TARQUINI-ETCC-Champion-2003-avec-lAlfa-Romeo-156-GTA-©-Manfred-GIET.

 

Son palmarès en catégorie Tourisme affiche quelques 52 victoires à son actif avec un titre ETCC. (European Touring Car Championship) en 2003 et un autre de Champion du Monde WTCC. (World Touring Car Championship) en 2009 ainsi que trois places de dauphin, Gabriele étant sacré vice-champion en 2008, 2010 et 2013.

Depuis ses débuts tardifs en sport-auto à 22 ans, il a disputé jusqu’à présent la bagatelle de… 647 épreuves, avec à la clé 66 victoires, 174 podiums, 36 poles et 70 tours les plus rapides à son actif, performances qui lui confèrent le titre honorifique de citoyen le plus célèbre de Giulianova, où il adore retourner pour se ressourcer .

Buon Compleanno Gabriele!

 

Manfred GIET

Photos :
Publiracing Agency- DPPI et Jean François THIRY

 

WTCC-Gabriele Tarquini sacré CHAMPION du Monde en 2009 à MACAO


GABRIELE-TARQUINI-2012-

TARQUINI-en-ITC-en-1996-avec-lAlfa-Romeo-©-Manfred-GIET


F1-TARQUINI-en-1991-au-volant-de-lAGS-JH-25-©-Manfred-GIET


Gabriele-Tarquini-Tom-Kristensen-Philipe-Tollenaire-24-Heures-de-Spa-2000-Honda-Accord-©-Manfred-GIET

TARQUINI avec l’ALFA en DTM


WTCC-Imola en 2008 Gabriele Tarquini

WTCC-2014-La-HONDA-CIVIC-de-Gabriele-TARQUINI.


WTCC-Gabriele-TARQUINI-et-la-LADA-en-2016

Sport

About Author

gilles