MOTO : TEST VESTE HIVER/PRINTEMPS -SOHO- DE ‘BERING’. UNE AMIE «URBAN» QUI VOUS VEUT DU BIEN.

 

 

Bering, c’est une marque française qui a d’abord fabriqué des vêtements pour les pêcheurs du «Grand Métier», ceux qui bossent dans des conditions terrifiantes aux confins de l’Arctique.

Si vous avez vu ce sublime film qu’est «Le Crabe Tambour», il donne une idée assez exacte de cette chienne de vie sur les bancs de Terre Neuve et du bonheur d’avoir des vêtements chauds et protecteurs.

Ce qui nous donne un point commun, la moto n’est pas une chienne de vie mais peut le devenir rapidement «Quand la bise fut venue» comme l’écrivait Jean de La Fontaine.

Commercialement parlant, le nom et le logo de la marque sont assez bien trouvés.

Le Détroit de Bering entre l’Alaska et la Russie, voilà un beau symbole pour la marque, plus le logo de l’ours blanc qui est un athlète que rien ne rebute, froid, eau, glace, humidité.

 

 

Aujourd’hui, la marque est une sorte de ‘Rolls’ du vêtement de moto, portée par les routards et pratiquants à haute dose de motos souvent haut de gamme, sa dernière création, la veste Soho en est une preuve supplémentaire.

C’est d’abord, surtout durant les mois que nous avons vécu en janvier et début février, une veste d’hiver, avec une vraie veste polaire additionnelle, amovible, qui permettra une utilisation  au retour de la belle saison.

 

 

Inconvénient de cette veste (il y en a fort peu) il n’y a pas de trous de transpiration sous les aisselles, je sais, c’est un détail dégueulasse, mais la moto, en ville et quand il fait plus de 20 degrés, avec la mode des énormes moteurs qui ont grossi comme des obèses sur tous les modèles, on est vite, au feu rouge au hasard, ou en circulation lente, en état de hammam mobile…

Bon, l’intérieur de la veste est dit étanche et respirant par le constructeur, étanche c’est vrai, nous avons pu le vérifier, mais respirant, il faudrait refaire le test quand les cerisiers sont en fleurs !

En revanche, quand il fait frisquet voire glacial, la veste polaire, c’est top.

LA VESTE POLAIRE AMOVIBLE, TOP.

Plus que top, une amie qui vous veut du bien.

Côté confort, un vrai nanan, la veste extérieure a des poignets de serrage (Velcro, beaucoup plus pratique que des boutons pressions) et donc les gants viennent par-dessus, ne laissant pas le vent s’engouffrer par les manches.

Un délice…

 

POCHES BASSES LATÉRALES AVEC FERMETURE À ZIP, TOP.

 

Dans les bonnes idées, les poches basses, latérales, les plus pratiques pour un motard, se ferment avec un zip, du coup le téléphone, les papelards, les clés de la maison restent dans la poche au lieu de voler au gré de la malchance…

Toujours dans les bonnes idées, la capuche, très élégante avec couronne de fourrure (fausse rassurez vous… chez les motards on ne flingue pas un animal sauvage ou d’élevage pour être élégant) mais qui ne sert à rien quand on roule, peut être soit ôtée, elle est zippée, soit roulée et bloquée par  un bouton dans le haut du dos de la veste, ce qui l’empêche de claboter dans le vent.

Du coup, quand vous descendez de moto, la capuche est aussi un vrai doudou…

 

ICI L’EAU N’ENTRE PAS

 

Les poches extérieures verticales ferment par bouton pression et disposent d’un rabat, ici, l’eau n’entre pas.

Et elles sont grandes, là encore on sent que les mecs qui ont dessiné et mis cette veste au point sont des motards qui roulent.

Je sais bien que le GPS a foutu en l’air le savoir-lire les cartes routières, je fais partie des dinosaures qui adorent ce type de document, qui me parle, me montre vraiment où je suis, dans quel environnement, à quoi ressemble le pays où je roule.

Je n’aime pas le sac sur le réservoir…  alors la carte est mise dans une poche devant, pliée sur l’itinéraire, sortie facilement si j’ai un doute à un carrefour, du coup je vis pleinement le voyage, sans avoir le nez sur le smartphone, on apprend d’ailleurs à lire et prévoir le terrain quand on a le nez en l’air…

Cela dit, on est à moto et on sait qu’il est toujours possible de se mettre une taule…

 

PROTECTIONS CERTIFIÉES ET AMOVIBLES

 

Pavés gras en ville (saloperie de Champs Élysées !), feuilles mortes sur la route (qui vous envoient vous ramasser à la pelle, j’ai un peu modifié le texte de Prévert, gravillons au milieu de la petite route d’été, routes glissantes du petit matin etc…

La veste est donc munie de protections aux coudes, aux épaules et dans le dos, bon, si vous avalez le rail central de l’Autoroute à 130 la grande faucheuse a quand même de bonnes chances de vous compter parmi ses invités, mais en cas de petite mise au tas, ce genre de protection peut vous sauver de mois d’hosto, d’opérations douloureuses et de séquelles qui ne vous oublient jamais.

 

AUX COUDES ET AUX ÉPAULES, LES PROTECTIONS SONT UN PEU COMPLIQUÉES À ÔTER

 

Ces protections sont certifiées CE, pas une raison pour vous prendre pour un cascadeur mais le coude, l’épaule et le dos sont des zones où les chocs sont parfois très compliqués à réparer…

Ces protections peuvent être ôtées.

Comme pour enlever la veste polaire en été, la manip est un peu compliquée la première fois, surtout pour les épaules et les coudes, celle du dos s’enlève fastoche, et du coup le blouson devient un vrai vêtement de ville, chic, voire smart.

 

LE « DOUDOU » S’ENLÈVE EN ÉTÉ

 

Je vois ça genre ballade du soir sur  les plages de Deauv’, de Carnac ou de l’Île de Ré, mais ça le fera dans bien d’autres situations, y compris quand l’averse menace au moment d’aller chercher le pain…

Bon, j’ai dit qu’il y a avait peu de défauts sur cette veste, il y a en a deux, dont un assez mal vu.

Quand on porte cette veste avec la doublure polaire, il y a une poche directe dans la polaire, c’est bien.

L’autre, elle est dans la veste extérieure et il y a une fente dans la veste polaire pour y arriver, ça c’est mal vu, genre Labyrinthe du Minotaure, créé par le fameux Dedalou, qui a donné son nom à un quartier d’Athènes où on devait se paumer très facilement…

Je m’éloigne pardon, le goût du voyage qui recommence à me tarabuster à l’approche des jours vivables et rouables…

 

VESTE LADY BLONDY, UN POIL PLUS CHÈRE

 

Bon, pour tout le reste, cette veste Soho est top.

Elle s’appelle Lady Blondy en version féminine, elle est urbaine (Bering l’inclut dans sa gamme «Métro»),  elle passe aussi bien sur une BMW 1200 que sur un scooter, côté élégance, c’est important dans notre milieu, elle est très bien vue, «Cut Regular Fit»

Elle existe du «S» au  4XL», attention, la veste que nous avons testée était un poil serrée, il semble que la marque taille petit.

La couleur unique est le noir, qui va avec tout c’est connu, elle coûte 280 € mais on sait bien qu’en cherchant un peu sur le Net, on va trouver moins cher, mais si vous achetez par correspondance, faites gaffe à la taille !

Info :
bering.fr

On récapitule…

  • Veste textile en Urban Tech.
  • Coupe : Regular Fit.
  • Serrage poignets par pattes Velcro.
  • Capuche amovible.
  • Insert 100% étanche et respirant.
  • Doublure amovible Alu « Sweetside« .
  • Protections coudes, épaules et dorsale homologuées CE.
  • Protections coudes réglables en hauteur.
  • Grandes poches avant.
  • Poche intérieure.
  • Poche portefeuille.
  • La veste Soho est certifiée CE.

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
Antoine B.

 

Sport

About Author

jeanlouis