MOTOGP 2017, TESTS EN AUSTRALIE, JOUR 3 : VIÑALES, MARQUEZ, PEDROSA PREMIERS DE LA (GRANDE)CLASSE.

MARQUEZ/VS/VIÑALES, DUEL ATTENDU SUR L’ANNÉE

 

Temps clair, dix neuf degrés le matin, pas de vent avant 16 heures, les trois journées australiennes auront accordé aux pilotes une session généreuse dont ils avaient bien besoin, après le désastre de la piste de Sepang gorgée d’eau comme une éponge. Et pas une goutte de pluie durant trois jours !

Viñales et Marquez, d’après Crutchlow et quelques autres seront les deux pilotes à suivre cette année, il semble que cette nouvelle séance d’essais préliminaires en Australie leur donne raison.

Marquez fête aujourd’hui son anniversaire, 24 ans et de grosses dents , contraste avec Rossi qui a eu 38 ans la veille et pas vraiment de cadeaux…

BELLE JOURNÉE

PEDROSA REJOINT LE CLUB DES GRANDS

 

Une journée d’essais c’est assez simple finalement, le matin, quand il fait beau, ce qui est le cas, il ya du grip et donc on essaie de faire un temps canon, ce qui en plus est bon pour le moral de la très longue journée de huit heures qui s’ensuit avec pour certains presque 100 tours de circuit à emmancher.

Puis il fait un poil chaud pour envoyer du lourd et surtout, les ingés attendent  pour tester beaucoup e matériel, y compris les pneus arrière de Michelin que Honda n’a pas pu tester la veille.

C’est donc pendant la première heure que se font les chronos, et ce sera le cas pour Viñales et Marquez, revenu à deux gros dixièmes du jeune pilote Yamaha, qui a ui aussi amélioré son temps de la veille mais pas autant que Marquez.

 

VIÑALES RESTE LE TAULIER

 

Viñales est aussi celui qui a fait le plus de tours dans la journée, 101, soit largement plus de trois fois la longueur d’un GP.

Et qui a pu comme Marquez faire une jolie simulation de course, il faut bien que lui aussi commence à se mettre en mode GP!

 

MARQUEZ EST DÉJÀ EN MODE GP

 

Comme le soir, le vent forcit il est plus compliqué de faire un chrono, Marquez et Vinales ne ressortiront pas pour cela, en plus, trois jours à ce rythme et ils sont crevés.

C’est Pedrosa, il est le seul, qui reviendra comme une bombe vingt minutes avant la fin pour clore le trio de tête de cette journée et celui du combiné des trois jours.

AUTRES HEU-REUX

LA TRÈS GRANDE CLASSE DE FOLGER

 

Il ya quelques autres pilotes  pour qui la journée va être belle et leur permettre de repartir d’Australie avec la banane.

D’abord Jonas Folger, du team satellite Tech3, qui aura fait un coup d’éclat chacun des trois jours, et un coup sublime le troisième, façon botte de Nevers (Film Le Bossu, si vous ne l’avez pas vu, il ya en a un nouveau tous les dix ans, c’est que vous n’aimez pas les combats à l’épée et les belles histoires…). Il a été longtemps troisième au général avant de se faire piquer la place par Pedrosa, il est à cinq dixièmes de Viñales, sur une moto sans développement, c’est juste formidable et Hervé Poncharal, le boss du team, est évidemment aux anges.

Il ya Crutchlow, lui aussi sur une moto satellite, qui a été dans le coup tout le temps (on rappelle qu’il a gagné ici l’an dernier) qui est cinquième à cinq dixièmes de Vinales, le pilote angliche était sur un nuage…

 

CRUTCHLOW ADORE L’AUSTRALIE QUI LE LUI REND BIEN

 

Il ya Alex Rins, lui aussi rookie comme Folger en MotoGP, qui est sixième temps et qui tape largement son coéquipier plus capé dans la cylindrée, Andrea Iannone, excellent le premier jour et très discret ensuite…

 

RINS SUPERBE ENTRÉE EN MOTOGP

 

Jack Miller, le local de l’étape, est neuvième, il a roulé 93 tours, complète une sorte de triomphe Honda qui place ses quatre motos dans le top ten.

Il ya encore douze pilotes sur une seconde, ce qui est beaucoup, et ce qui n’empêche pas quelques uns d’entre eux de partir frustrés d’Australie.

(MAL) HEU-REUX

LORENZO NE TROUVE PAS LE TRUC POUR ALLER VITE EN COURBES, SON POINT FORT

Ce sont les rouges qui repartent insatisfaits.

Dovizioso sept, Lorenzo huit à huit dixièmes, il a certes amélioré depuis le premier jour mais il disait la veille encore qu’il n’a pas trouvé le truc pour être rapide en courbes, ce qui est son point fort, freinage et ré-accélération sont un peu compliqués, en revanche il reprend du temps dans la ligne droite mais estimait qu’il perdait du temps sur 95% du circuit, le problème étant qu’il n’a plus qu’une seule séance d’essai au Qatar pour trouver la solution, le nouveau carénage qui sera enfin dévoilé  sera peut-être un gros appui.

 

ALEIX ESPARGARO EN RETRAIT MAIS ENCORE EXCELLENT

Aleix Espargaro, sur l’Aprilia, n’est que dixième, c’est pas mal mais il est en retrait par rapport à ses deux premiers jours.

Ce cas d’espèce là est rare, dans les autres teams, Yamaha, Suzuki, les jeunes ont pris le pouvoir sur les anciens, chez Aprilia en revanche Espargaro pulvérise Lowes, qui, il faut le préciser, pilote une moto de 2016, dont on se souvient qu’elle était loin d’être rapide.

Iannone justement, est à une seconde de Viñales quand son jeune coéquipier Rins est à la moitié, cinq dixièmes, Viñales, Folger, Rins, que de jeunes effrontés mais tellement talentueux que c’est un vrai plaisir de les voir arriver en si bonne position.

Bon, certains vieux font la gueule, la liste n’est pas finie.

 

ROSSI FORCÉMENT PAS CONTENT

Rossi par exemple, est à neuf dixièmes de Viñales, largement derrière la Tech3 de Folger, l’Australie ne sera pas un bon souvenir, certes il a fait un deuxième temps le premier jour, mais en passant un train de pneus neufs quand les autres restaient en pneus usés.

Rossi n’a carrément pas trouvé le truc, on sait qu’il déteste l’exercice des essais, mais en principe il améliore, ce qu’il a fait mais pas assez.

S’il sait pourquoi, ce n’est pas grave…

 

ZARCO ATTENDAIT PROBABLEMENT MIEUX

Reste le cas Zarco, qui  eu un joli coup d’accélérateur en première heure, mais qui est repassé quatorzième à une seconde et un dixième de Vinales, d’autant plus frustrant que son coéquipier Folger est sur un sommet d’extase, dix places devant lui, et six dixièmes de seconde à la clé. Pas le grand fun, cela dit, Zarco n’aime pas le circuit australien, il n’y est jamais à l’aise, et cela ne risque pas de s’améliorer en changeant de cylindrée.

Bon l’objectif était de finir à une seconde du leader, il l’a dépassé d’un dixième, positiver est très important quand ce n’est pas de la mauvaise foi.

Même les KTM,n qui se sont traînées en fin de feuille de chronos, sont passées de deux secondes de retard à une seconde trois pour Pol Espargaro, une seconde quatre pour Smith, peuvent avoir un petit motif de satisfaction, mais on est encore seize et dix huit sur 22 classés.

Loris Baz est dix sept, deux dixièmes derrière son coéquipier Barbera, pas terrible.

 

LOWES DOIT EN AVOIR MARRE DE SA VIELLE TRAPANELLE DE 2016

 

Enfin pour Lowes, on a dit que sa vint et unième place à une seconde six de Viñ

ales est explicable puisqu’il roule sur ce modèle 2016 qui était carrément lent.

ET MAINTENANT…

LE CIRCUIT DU QATAR VU DE JOUR POUR UNE FOIS

 

Prochain rendez vous en essais de pré-saison au Qatar du 10 au douze mars au Qatar, les Moto2 et Moto3 feront trois jours à Jerez du 8 au 10 mars, puis du 17 au 19 mars au Qatar.

Premier GP au Qatar le 26 mars.


Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
MotoGP

Résultats des trois jours d’essais préliminaires de février en Australie

http://www.motogp.com/fr/TestResults/MotoGP+Phillip+Island+Test+2017

Résultat combiné sur trois jours d’essais préliminaires de février en Australie

http://resources.motogp.com/files/testresults/2017_MotoGP_Test__Phillip_Island_combined_3.pdf?version=1487314613

 

 

 

Moto Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis