DES NOUVELLES DU PROCHAIN ‘SILK WAY RALLY’ EN JUILLET 2017.

 

 

À quelques jours de la présentation officielle du ‘Silk Way Rally’ 2017, le jeudi 2 Mars à Paris, rencontre avec Fred Lequien, le bras-droit Français du Russe Vladimir Chagin, le patron de l’épreuve qui s‘élancera depuis Moscou, le 7 juillet prochain de la célèbre Place Rouge, aux pieds de l’imposant et majestueux Kremlin.

 


SILK WAY RALLY – LUC-ALPHAND, Ambassadeur de l’épreuve avec FRED LEQUIEN et VLADIMIR-CHAGIN -Photo : AutoNewsInfo

 

Où en est la préparation du Silk Way 2017 ?

 « Tout se passe bien. Nous avons terminé le parcours, on doit le valider une dernière fois et écrire le road- book, lors de la dernière reconnaissance qui se déroulera au printemps. »

 

À quoi ressemblera l’Édition 2017 ?

 « Elle sera pleine de surprises, de paysages à couper le souffle, avec des terrains très variés, de la piste, du hors-piste, du sable et des dunes… Le cahier des charges donné à l’équipe de reconnaissance est assez simple : on veut donner du plaisir aux équipages, tous les jours! Nous avons également diminué les liaisons routières, sur certaines étapes on pourra avoir jusqu’à deux spéciales… »

 

Allez-vous à l’instar du ‘Dakar ‘compliquer la navigation ?

« Non. Aucun intérêt. Le Silk Way offre un terrain qui est naturellement ‘intéressant’ en navigation, avec beaucoup de hors-pistes par exemple. On ne souhaite donc pas compliquer artificiellement la navigation. »

 

Comment expliquez-vous le succès de ce rallye ? (pour info, il y avait plus de voitures au départ du ‘Silk Way Rally’ édition 2016 que sur le ‘Dakar’ 2017)

« Il y a plusieurs facteurs je crois… Le parcours bien entendu, un rallye en ligne sur 10 000 km à travers la Russie, le Kazakhstan et la Chine, avec de vraies notions de découverte et surtout de plaisir pour les concurrents, et des spéciales qui seront très intéressantes en pilotage. Et la course est bien médiatisée, c’est important pour les équipes. Le potentiel est immense, nous devons juste bien travailler, continuer d’être proches des concurrents, à l’écoute. Et bien sûr, l’ambiance, l’atmosphère sur le bivouac… Le Silk Way est assez unique en ce sens! »

 

Comment analysez-vous la couverture médiatique de la course ?

 « Le ‘Silk Way’ est clairement passé dans une autre dimension médiatique. En Chine, par exemple, nous sommes tous les jours sur les trois plus importantes chaines du pays*, on parle quand même d’un «reach» qui approche le milliard d’individus….Sur la Russie, la couverture est aussi exceptionnelle. En totalité les images du rallye lors de l’édition 2016, ont été diffusées sur 196 pays, c’est un super résultat, les programmes sont modernes, spectaculaires et ils font de l’audience. Le mix d’images sportives et de paysages exceptionnels font du ‘Silk Way Rally’,  un évènement très télégénique. Sur l’Europe on a clairement choisi une stratégie de couverture pan européenne, notamment avec un accord de partenariat avec Eurosport Discovery mais aussi avec Euronews. Nous avions en juillet dernier, 145 journalistes permanents accrédités pendant la compétition, on commence à atteindre des niveaux de médiatisation d’un évènement sportif de premier ordre. »

 

Les constructeurs sont intéressés par ces marchés ?

« Oui bien sûr, ce sont des marchés importants, vous connaissez beaucoup d’évènements où vous pouvez offrir à un constructeur automobile une visibilité quotidienne pendant quinze jours, avec un potentiel de  1 milliard de téléspectateurs ?  L’exposition médiatique offerte aux constructeurs par le Silk Way sur ces marchés clefs que sont la Russie, le Kazakhstan et la Chine, est sans doute sans équivalent. »

 

Une idée du plateau 2017 ?

« Oui, il sera encore plus étoffé que l’année passée, à la fois chez les pros et chez les amateurs. Peugeot le vainqueur sortant, devra faire face à une concurrence plus soutenue, c’est bien pour tout le monde. »

 

Comment vous situez vous vis-à-vis du ‘Dakar’ ?

« Nous sommes complémentaires, ce sont deux belles épreuves, mais totalement incomparables de part notamment les pays, les cultures et les terrains rencontrés. La discipline a besoin de plusieurs rendez-vous dans la saison, il en va de la survie des équipes. Un Dakar fort est une bonne chose pour le ‘Silk Way Rally’. Le contraire est aussi vrai. »

 

Et l’Africa Eco Race ?

« Une course magnifique qui se déroule en Afrique, c’est un autre esprit, peut être un plus ‘vieille école’, avec des concurrents différents, surement plus attachés à ce côté authentique… »

 

Le rallye-raid une discipline d’avenir ?

« Je le pense oui, le potentiel de participants est immense et à l’instar du cyclisme, c’est un des rares sports qui permet vraiment de montrer aux téléspectateurs, les paysages inouïes des contrées traversées. De part ces côtés ‘hors stade’ et itinérant, le rallye-raid, est un bel outil de promotion touristique. »

 

Et Fred Lequien conclut :

« Il ne faut surtout pas s’arrêter à une vison Franco-Française de la discipline, dans bien des pays, le rallye- raid est tout aussi, voire plus populaire que la Formule 1. C’est la magie de ce sport, qui mêle amateurs et professionnels sur le même parcours. Et c’est cela qui fait encore rêver le public et bon nombre de concurrents !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : SILK WAY-DPPI et AutoNewsInfo

 

*  CCTV, HUNAN TV, SHANGAI TV, LETV

 

‘SILK WAY RALLY’ 2016 – VICTOIRE à PÉKIN pour le 2008 DKR PEUGEOT de Cyril DESPRÈS et David CASTERA.

 

Rallye Raid SILK WAY Tout Terrain

About Author

gilles