MOTOGP 2017 : CHEZ HONDA HRC., L’ANGOISSE DU MOTEUR DURERA JUSQU’AU BOUT…

 

On espérait chez Honda que la crise de confiance vis-à-vis des moteurs fournis par le HRC. serait terminée fin 2016, elle avait d’ailleurs déjà pollué 2015, mettant Marc Marquez à des lieues du titre, et pourtant les teams sont à nouveau aux abois.

Qu’il s’agisse des teams satellites ou usine.

Cela fait donc deux ans que le fabricant et ses pilotes de battent pour faire fonctionner correctement ces moteurs. En fait, le titre de 2016 obtenu par Marquez est une sorte de camouflage, c’est l’extrême talent de Marquez qui a gagné ce titre, ajouté aux anti-performances de Lorenzo et aux chutes et casses moteur de Rossi.

Cette année, Honda est passé de son traditionnel Screamer à une sorte de Big Bang, l’allumage est différencié part rapport au Screamer et donne de la souplesse, en tous cas il en atténue la brutalité, l’agressivité, et les levées de roue avant à l’accélération.

Pourtant, à Sepang, Marquez admettait que le problème était loin d’être résolu.

 

 

Ce qu’en dit Marquez : « Il semble qu’aux bas régimes, le nouveau moteur soit vraiment différent. Il est un peu moins violent mais le temps au tour est le même. C’est que nous avons toujours les problèmes en sortie de courbe, le grip et plein d’autres choses ne sont pas satisfaisants, dans les bouts droits on va peut-être un peu plus vite mais ce n’est toujours pas exceptionnel. Nous ne sommes toujours pas capables de comprendre et d’intégrer le potentiel du moteur. Il est vrai que j’ai gagné le titre en 2016, mais nous avons eu un tas de problèmes durant la saison. J’ai gagné mais j’étais loin d’être le plus rapide sur certains GP. En plus, Sepang est un des circuits où nous battons le plus et au vu des résultats, nous avons beaucoup de boulot devant nous. Nous savons où est le problème, le régler n’est pas facile on tourne autour pour essayer de corriger le tir ».  

Pire, Marquez a indiqué qu’avec tout ce qu’il ya à tester sur le nouveau moteur, l’option finale ne sera décidée que lors des derniers tests officiels de pré-saison au Qatar.

Ce qui, selon un confrère anglais, donnera en tout et pour tout deux semaines au HRC. pour fabriquer les 35 moteurs, sept pour chacun de ses cinq pilotes, qui devront être mis sous scellés avant le premier GP.

Confrère, vous forcez un peu le trait me semble-t-il… ?

D’abord parce que Miller et Rabat n’auront pas de moteur 2017, ce qui fait quatorze moteurs de moins à fabriquer.

Ensuite parce que le HRC. peut très bien monter 35 moteurs en quinze jours, on n’a rien à fabriquer, ce qui m… est un problème de réglages, pas de structure.

Enfin ce qui est obligatoire c’est de déposer les plans avant le premier GP. qui devront être respectés pendant la saison, il n’est pas nécessaire de construire ces moteurs avant la course, ce n’est pas un plombage classique de pièces !

Donc sur ce point pas de problème en fait.

Reste que le Honda ne fonctionne pas comme le veulent ses pilotes, Crutchlow disait aussi être complètement paumé.

 

CRUTCHLOW TOTALLY PAUMED

 

Marquez ajoute que le test du Qatar est important, les longs bouts droits et les accélérations énormes typiques de ce circuit leur permettront de comprendre les points où le moteur leur fait perdre du temps.

Je sais, cela paraît incroyable que pour la troisième année, les motoristes d’Honda soient incapables de sortir un moteur performant.

Mais là n’est pas exactement le problème.

Le problème est que la force d’Honda était son électronique, qui coûtait à elle seule la moitié de la moto, et que l’obligation d’ECU. unique pour tous les pilotes est une tragédie, Honda ne parvient pas à faire fonctionner les deux en bonne harmonie.

Alors que Ducati a travaillé avec Magneti Marelli depuis longtemps, que Yamaha a eu une année de plus pour se faire à ce logiciel, avec une équipe satellite de plus, Honda est vraiment dans la mouise, en plus le temps dégueulasse qu’il a fait à Sepang a quasiment diminué de moitié le temps disponible pour les tests, cela n’a rien arrangé.

 

SUR L’ELECTRONIQUE,DUCATI EST PEINARD

Ce serait tellement dommage de se priver de la lutte pleine de frisson que l’on prévoit entre Vinales, Rossi, Marquez, Dovizioso et Lorenzo à cause d’une règle à la con visant à faire baisser les coûts, ce qui est faux, elle donne largement plus de boulot aux teams et leur fait perdre un temps colossal.

De toute façon, un sport majeur, qu’il s’agisse de la F1., du MotoGP., du WSBK., qui se donne à un seul fournisseur, de moteurs, de pneus, d’électronique ou d’autre chose détruit un peu son image de sport majeur.

La F1. en paye le prix, avec des audimats en baisse et des circuits qui n’en veulent plus, combien faudra t’il de règlements absurdes qui tirent tout vers le bas pour que le MotoGP. suive la même pente ?

La compétition moto a toujours été un sport de riches pratiqué par les pauvres, la phrase est de Jacques Bolle, Président de la FFM., la faire devenir un sport de pauvres est une ineptie…

En attendant, chez Honda on cherche, mais la date fatidique s’approche…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :
MotoGP

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis