DÉCÈS DE JACQUES GREDER (25 SEPTEMBRE 1926-1 JANVIER 2017).

Notre ami Robert Sarrailh, nous informe de la triste et soudaine disparition de Jacques Greder à l’âge de 90 ans.

Frère ainé du célèbre pilote Henri Greder (Titi), Jacques nous a quitté subitement le jour du Nouvel An. Il coulait des jours heureux à Nancy, ville où il faisait parti de la célèbre bande des pilotes des Terrasses de la Place Stanislas.

Henri Greder au volant… et son frère Jacques Greder au pointage…

C’est ainsi qu’on les appelait, car réunis dans les cafés de la place Stanislas, ils refaisaient le monde en rêvant tous des voitures de courses qu’ils n’avaient encore pas. Mais ça viendra un jour pour certains, comme Jo Schlesser, Henry Greder, André Vigneron et quelques autres noms bien connus des Nancéiens.

D’ailleurs, amoureux aussi de la course automobile, un journaliste de l’Est Républicain, chroniqueur sportif et romancier, Georges Dirand, signe un livre très intéressant articulé autour de la vie trépidante de Jo Schlesser et de ses coulisses. Il y raconte l’existence de ces jeunes passionnés de vitesse dans les années cinquante, qui se tiraient la bourre autour de la place Stanislas, il est même arrivé à Jo Schlesser de se payer un lampadaire.

Jacques Greder  a été pendant de nombreuses années le co-pilote de Jo Schlesser, d’Henri Greder et de bien d’autres également, remportant de nombreux succès en rallyes.

Jacques Greder (pullover noir) avec Jo Schlesser – Place Stanislas (Rallye de Lorraine 1965)

Après s’être sagement rangé des voitures, on retrouve Jacques Greder à la tête de son restaurant la « Gentilhommière » (toujours en activité à Nancy).  En tandem avec son épouse, ils tiendront cette maison pendant plus de 30 ans.

Et durant toute cette période, le romantisme était particulièrement soigné et on y venait dîner aux Chandelles.

Restaurant « la Gentilhommière » – Nancy

Note croustillante de la bouche même de son neveu Jean-Pierre Schlesser, lors d’un dîner réunissant Lysiane & Johnny Rives, Jacqueline & Jean-Pierre Beltoise , Jean-Claude Andruet et le… Nancéien Michel Hommel : «Pour la petite histoire, depuis déjà de nombreuses années, Jo m’avait promis une place pour le co-piloter lors d’une épreuve locale. En fait, je devais participer au Rallye de Lorraine avec Jo en 1965 ; initialement, il devait être au volant d’une Ford Cortina-Lotus. Mais comme il était impératif de gagner cette course pour être couronné Champion de France des Rallyes, Ford-France lui avait exceptionnellement confié une Ford AC-Cobra pour augmenter ses chances de victoire. Jo m’a alors proposé de faire un test d’évaluation de co-pilote dans cette auto ! Nous sommes donc partis sur des petites routes à l’extérieur de Nancy afin de vérifier mes aptitudes. Mais dès que la puissance a été libérée, j’ai été tellement visiblement terrorisé que Jo m’explique clairement mais gentiment que je n’allais pas vraiment pouvoir l’aider dans cette lourde tâche. C’est donc Jacques qui a pris ma place, et ils ont remporté la course et le titre ! »

Jacques Greder co-pilote et Jo Schlesser au volant de la fameuse Ford AC-Cobra en 1965

Tous les amateurs de Rallyes, auront plaisir à retrouver leur idole et ses copains dans le livre de Georges Dirand, « Une Histoire d’homme » Jo Schlesser. Il est sûrement probable de dénicher ce joli ouvrage en chinant dans les allées de Rétromobile, du 8 au 12 Février 2017, sinon, il serait question de le rééditer.

L’année 2018 serait une élégante façon de rendre un bel hommage au tragique disparu lors du Grand Prix de France de F1, à Rouen le 7 juillet 1968, afin de commémorer dans la plus belle dignité ce funeste cinquantième anniversaire.

Jo Schlesser « Une Histoire d’Homme » de Georges Dirand (Édition Sport-Auto)

En attendant, RIP Jo, RIP Titi, et RIP Jacques.

 

Nancy Juin 2006 : Henri Greder, Robert Sarrailh et Jacques Greder

 

Jacques SamAlens (StrategiesAutoMotive Communications)

Images :
Collection Conrath, Nancy, propriété du Groupe Michel Hommel

 

NOTRE ARTICLE SUR LA MORT DE HENRI ‘TITI’ GREDER

 

HENRI GREDER NOUS A QUITTES…

 

Nécrologie

About Author

Jacques SamAlens