PLUS VRAIMENT CINQUANTENAIRE, PAS VRAIMENT SOIXANTENAIRE : EMANUELE PIRRO SOUFFLE 55 BOUGIES.

 

 

Emanuele PIRRO

 

Né à Rome, le 12 janvier 1962, sous le signe du Capricorne, 3ème décan, Emanuele PIRRO
fait partie de cette dernière génération de pilotes au talent multiple que l’on qualifiait
de « Gentlemen Drivers » à une époque où Internet et les réseaux sociaux ne faisaient pas encore partie du quotidien.

De son signe astrologique on retiendra surtout que le Capricorne souhaite toujours obtenir
ce qu’il veut, est une personne de confiance, éminemment digne et adepte de la conformité, des valeurs dont il s’est manifestement inspiré au regard de sa carrière longue de trente ans.

Emanuelle raconta un jour son attrait pour ce sport qui est devenu son métier.

«L’idée de faire du sport automobile mon métier m’est venue dans ma plus tendre enfance un jour le soir en contemplant le ciel étoilé, et où à la vue d’une étoile filante, j’ai fait le vœu d’aller encore plus vite en devenant pilote de course !»

Aussi, dès l’âge de 11 ans, il écumera les pistes de Karting dans les environs de Rome et autres de la Péninsule avant de s’attaquer à l’automobile… au Championnat d’Europe de F3 à partir de 1981, terminant vice-champion un an plus tard à un seul petit point du Champion couronné, l’Argentin Oscar LARRAURI.

 

Emanuele-PIRRO-©-Manfred-GIET.

 

Après avoir à nouveau échoué pour le titre dans cette discipline face à son compatriote Pierluigi MARTINI en 1983, il décide de passer à la F2, série qui va vivre sa dernière édition, sur une MARCH 842-BMW du Team ONYX et avec laquelle il terminera 6ème au Championnat loin derrière le dernier Champion, le Néo-Zélandais, Mick THACKWELL.

 

Emanuele PIRRO-F2 en 1984-Onyx March-BMW-© Manfred GIET.

Emanuele-PIRRO-F3000-1985-March-85-B-Cosworth-à-SPA-©-Manfred-GIET.

 

En 1985  et 1986, il passera au tout nouveau Championnat F3000, lequel prend le relai de la défunte F2, toujours pour le Team ONYX et où il remportera trois victoires sur des MARCH 85B et 86B- COSWORTH, échouant toutefois à nouveau de justesse devant un autre compatriote, Ivan CAPELLI dans la quête du titre.

 


Emanuele-PIRRO-BMW-M3-Schnitzer-1986- 24 Heures de Spa-©-Manfred-GIET

 

On le retrouve également sur la BMW 635 CSI  victorieuse aux 24 HEURES DE SPA 1986 aux côtés de QUESTER-HEGER-TASSIN, mais finalement il ne prendra pas le départ.

On le voit alors passer aux voitures de Tourisme et parallèlement à la F3000 et à la CANAM, sauce japonaise, en ’87 avec comme point d’orgue une troisième place finale au Championnat Mondial Tourisme sur la BMW M3-SCHNITZER.

 

 

Emanuele PIRRO en 1989 à Estoril, au GP du PORTUGAL au volant de la Benetton B-189-©-Manfred-GIET.

 

L’année suivante le programme de l’élégant pilote Romain sera quasi identique, avant le franchissement d’un échelon nettement supérieur, en faisant son entrée en F1 chez BENETTON en remplacement du convalescent Johnny HERBERT en 1989.

Auparavant on avait déjà fait appel à ses services comme pigiste pour effectuer des tests pour  BRABHAM et Mc LAREN-HONDA  mais qui étaient restés lettre morte jusqu’à ce que Flavio BRIATORE ne fasse appel à lui.

Pour PIRRO, ce qui s’annonçait comme une mise sur orbite, s’avéra cependant comme un cadeau empoisonné puisque mis à part une 5ème place au GP d’Australie sous le déluge, il ne trouva jamais son bonheur à bord de la BENETTON B 189 et en fin de saison, il sera contraint de céder sa place au triple Champion du Monde, le Brésilien Nelson PIQUET.

 

Emanuele-PIRRO-BMW-M3-Schnitzer-vainqueur-avec-Roberto-RAVAGLIA-et-Fabien-GIROIX-au-24-Heures-du-Nürburgring-1989-©-Manfred-GIET

 

Son meilleur résultat durant cette même année 1989, restera finalement la belle victoire obtenue avec Roberto RAVAGLIA et Fabien GIROIX, aux très réputées 24 Heures du NÜRBURGRING en Tourisme, au volant de la BMW M3 de l’équipe SCHNITZER.

 


Emanuele PIRRO en 1990 à Estoril sur la BMS-Dallara-©-Manfred-GIET

 

En 1990, il trouve refuge auprès du Team italien BMS-DALLARA de la SCUDERIA ITALIA et avec une saison qui commence mal, suite à une hépatite qui l’empêche de participer aux deux premiers GP du calendrier, une saison qui sera un coup dans l’eau avec comme meilleur résultat une dixième place à Budapest.

L’année suivante, toujours au sein de la SCUDERIA ITALIA sur une DALLARA, Emanuele PIRRO vivra les affres de non-qualifications et au décompte final, il ne marquera qu’un seul petit point à Monaco, étant toujours dans l’ombre de son jeune équipier, JJ LEHTO.

 

Emanuele PIRRO en 1991 au GP de Monaco toujours avec la BMS-Dallara-©-Manfred-GIET.

 

Remercié en fin de saison par Giuseppe LUCCHINI, le patron de la SCUDERIA ITALIA,
il s’orientera vers les Championnats Tourisme et Super-Tourisme en Italie et en Allemagne.

Grâce à son éclectisme, l’élégant et éloquent Romain , qui est non sans rappeler le regretté Elio de ANGELIS, un autre Romain, malheureusement disparu trop tôt en mai 1986 au cours d’une séance d’essais avec sa Brabham de F1, trouvera des volants chez BMW.

Avant d’atterrir chez AUDI en 1994, dans le Championnat Allemand de super-tourisme  STW.

 

 

Emanuele-PIRRO en DTM avec une BMW M3-E30 DTM au Nürburgring en 1992-©-Manfred-GIET

 

Pour Emanuele et le constructeur aux anneaux, l’histoire d’amour durera au total… 17 ans !

Puisqu’après être passé et avec succès du pilotage des voitures de tourisme aux gros protos d’endurance, Pirro réussira à se transformer en Seigneur des Anneaux, pour être monté à neuf reprises consécutives sur le podium de l’épreuve d’Endurance de référence, les ’24 HEURES du MANS’ !

 

EMANUELE-PIRRO, au volant de l’AUDI RT 10 aux 24 Heures du MANS.

 

Dont… cinq fois comme vainqueur et en dix participations, avec comme moins bon classement, une sixième place finale. Un fait unique dans les annales d’AUDI SPORT
qui en a fait son ambassadeur à sa retraite en 2008.

A l’exception d’une pige non concluante aux ’24 Heures du Mans’ 2010 pour l’équipe DRAYSON RACING et quelques incursions dans le monde des épreuves historiques, Emanuele PIRRO se consacre depuis à ses hobbies et ses activités d’homme d’affaires.

 


Emanuele PIRRO, lors d’une épreuve historique sur une ALFA 33 ©-Manfred GIET

 

Après 35 années de sport-auto de haut niveau, il défie dorénavant son épouse Belge, Marie-Hélène aux fourneaux ou encore ses deux fils, Cristoforo et Goffredo, aux guidons de motos de cross et lorsqu’il n’y en a plus, il y en a encore en s’envoyant tout simplement en… l’air à bord de son avion monomoteur immatriculé N27LP.

 


Marie-Hélène et Emanuele PIRRO. Un couple heureux © Manfred-GIET

 

L’ennui, est un mot totalement absent de son vocabulaire en raison des nombreux hobbies et de sa vie familiale qui l’occupe dorénavant à temps plein !

Tanti auguri!
Bon anniversaire Emanuele !

 

Manfred GIET
Photos :
Publiracing Agency

Dessin :
Pierrick CHAZEAUD

 

Dessin Pierrick CHAZEAUD 2015- La MAISON de RETRAITE AUDI, avec CAPELLO-McNISH-KRISTENSEN-WERNER-PIRRO et BIELA.


Emanuele-PIRRO- Première participation au Mans pour Audi en Juin 1999 ©-Manfred-GIET

 

Sport

About Author

gilles