‘AFRICA RACE’ 2017 : JOUR ONZE EN MAURITANIE – SELLA ET SABATIER, CONQUÉRANTS DE L’INUTILE.

SABATIER ET ULLEVALSETER HOMMES DU JOUR

JEUDI 12 JANVIER 2017
AKJOUJT/AKJOUJT

Étape : 482 kms
Liaison BIVOUAC/AKJOUJT : 29 kms

Secteur Sélectif AKJOUJT/AKJOUJT : 424 kms

Liaison AKJOUJT/BIVOUAC : 29 kms

 

La veille au soir ; 25 degrés, pas terrible pour l’endroit, et du vent.

Il est comme ça le désert, parfois serein, parfois bougon, parfois en colère et il faut vivre avec sous peine de souffrir, voire de mourir.

 

RENÉ METGE

René Metge décrit l’étape du jour.

« Ce sera la seconde boucle de l’AFRICA ECO RACE® 2017. Le départ sera donné à 23 kilomètres d’Akjoujt. La piste vraiment rapide du début conduira les concurrents jusqu’à la Vallée Blanche puis jusqu’à la fameuse passe d’Amodjar qui est toujours aussi magnifique. D’ailleurs, nous y placerons une caméra. Une partie bien enrochée en haut de la falaise sera un peu trialisante pour arriver au village de Maden après lequel sera placé le ravitaillement essence. Ensuite, dans la descente de la falaise, le panorama qui va s’offrir aux participants est un des plus beaux de Mauritanie avec des dunes en contrebas à perte de vue. Suivant les conditions météo les mois ou les semaines précédents, les dunes seront faciles ou pas. L’avantage est que le rallye empruntera cette partie relativement tôt dans la matinée et ça devrait donc bien se passer, surtout dans cette direction sur cette partie très ensablée. La piste ira jusqu’à la sublime passe de Hnouk qu’elle empruntera en slalomant entre les falaises. Là encore, un régal pour les yeux mais une portion pas vraiment facile entre les cailloux. Ensuite, le tracé serpentera entre les dunes avant d’arriver sur un nouveau franchissement pas facile, juste avant le Rocher Percé qui sera une marque de passage bien reconnaissable. Après encore deux cordons de dunes à franchir, la passe d’Izigui constituera la dernière petite difficulté de la journée avant de passer le CP3 et de filer rapidement vers l’arrivée. A n’en pas douter la spéciale la plus spectaculaire du rallye au niveau des paysages. »

Avant toute chose je veux réparer une injustice, Guillaume Gomez a été de bien des batailles durant ce rallye, sur son buggy MD, il a magnifiquement terminé hier, mais quatrième, et je me suis contenté de parler  des trois premiers au scratch.

GUILLAUME GOMEZ

Pour me faire pardonner, une magnifique photo de son auto et on le retrouvera, j’espère, an bagarre quand les autos auront été lâchées, pour l’instant, ce sont les  motos qui ouvrent la piste.

8 h 25 «local time», Sella est parti, suivi deux minutes plus tard de Ullevalseter et Ceci.

J’ai envie de dire que la course se joue ici, mais elle s’est jouée l’avant-veille quand Ulle a eu la délicatesse de s’arrêter pour ravitailler Sella qui était tombé en panne d’essence.

Il en est ainsi, en principe le beau geste magnifie l’affrontement sportif, là i y a mis une sorte de fin.

 

MOTOS : MÊME INUTILE, LA VICTOIRE EST BELLE

Inutile parce que Sella ayant dékà largement partie gagnée, cette victoire dans la spéciale la plus dure du rallye est superbe mais ne change rien aux choses.

Mon titre « les Conquérants de l’inutile » est emprunté à l’alpîniste Lionel Terray et je le trouve très beau.

Ceci est parti le mors aux dents, à, plus de 142 km/h, c’est sûr que le matin ça met en forme mais avec les muscles à froid c’est osé. Enfin, cela montre qu’il a envie de donner.

Suivent les deux slovaques Zatco et Benko, qui bénéficient des gros pépins des gens de devant Ceci et Gabari.

Mais l’acrobate surdoué et surjeune qu’est Gev Sella est en tête, on a compris la veille, qu’il voulait gagner et c’est tout, sans même vraiment s’aider de traces dans les dunes où justement il fait la sienne.

La chose incroyable est qu’Ullevalseter aura servi de chasseur durant tout le rallye, en gagnant  parfois mais tellement chichement que l’écrasante supériorité  du pilote israélien n’a jamais été écornée !

Ullevalseter fait, bien d’ailleurs, la course de trop, mais heureusement qu’il était là sinon, comme le disait Wellington au soir de Waterloo, «La victoire est laide»

Ici, c’est le contraire, même la défaite est belle, miracle de la Mauritanie, de sa lumière, de ses couleurs de sable et de rochers.

Ce que me raconte Thierry, l’homme des RP du rallye, qui est très au courant de ce qui se passe sur la piste, c’est que Sela est littéralement chouchouté par Ullevaseter.

La veille, le gamin est allé quatre ou cinq fois par terre, à chaque fois le viking l’a aidé à se remettre en selle.

C’est une transmission de pouvoir, mais à l’échelle d’un Tolstoï…

 

TABLEAU DE BORD INSENSÉ SUR CES MOTOS DE RALLYE RAID !

Dehors, la fameuse Vallée Blanche se déroule sous les yeux de ceux qui ont le temps de regarder, un tableau de bord de moto de rallye raid, comme celui qui est photo ci-dessus, c’est un vrai cockpit d’Airbus !

Au premier contrôle, à 50 km du départ, j’avais bien vu qu’il avait des envies de tordre la poignée de gaz, Ceci passe le premier, huit secondes devant Sella, quatre minutes devant Ullevalseter, on roule toujours très vite, plus de 130 km/h.

Les dunes c’est plus tard…

CECI EST PARTI FORT !

 

Ce qui est clair au fil des relevés GPS, c’est qu’Ullevalseter est distancé, Ceci et Sella règlent leurs comptes  tous seuls devant.

Laurent Webel, le premier français est dixième  à quinze minutes du leader.

 

LAURENT WEBEL

Au km 150, où se trouve le CP2, Sella est six minutes devant Ceci, à 13 minutes d’Ullevalster, les Slovaques Zatco et Benko sont à plus de 26 minutes.

Cette fois-ci, c’est ce que l’on pourrait appeler l’hallali…

 

BENKO ET ZATCO

 

Au carrefour de la route de Chinguetti se trouve le point ravito, j’aimerais être une petite souris pour savoir ce que de disent  ceux  que la chanson désigne comme «L’ancien et le Nouveau»…

C’est à peu près à la mi course que, c’est la première fois que ça arrive, l’auto de tête s’apprête à passer les premières motos.

Mais la 199 du russe Vasilyev s’arrête.

Les motos ont donc encore un sursis.

René Megtge parlé de terrain trialisant, il set certain que si l’on est dans du caillou qui roue (des rolling stones ?) les autos seront plus faciles à maîtriser.

Au bas de la rivière de sable, on reprend plein ouest, on est au bout de la boucle, on rentre à la maison !

Ceci roule, mais largué, l’Africa Twin n’est pas non plus le genre de moto idéale pour le trial.

Mais voilà le sable, on va peut être pouvoir se refaire une santé.,

Ullevalster, c’est logique, la descente était très compliquée, a repris 1 minute 47 à Sella, et il n’a pas l’intention de lâcher le morceau.

 

ULLE BATTU MAIS IL A DÉSIGNÉ SON SUCCESSEUR

 

Même si c’st symbolique, il veut rester devant.

Il faut avant d’arriver traverser une grosse étendue de sable qui se termine par une sorte de col de sable, endroits magique que René emprunte depuis plusieurs années.

C’est pratiquement côté à côte que les deux garçons vont le grimper, mais au bout le verdict est terrible, Sella a largué son ennemi/ami de plus de dix minutes.

Ceci est troisième à trente deux minutes.

Bien entendu, le général ne change en rien, Sella est maître du jeu de 54 minutes et quarante trois secondes.

 

SELLA… NOUVELLE STAR !

«A star is born…» Une étoile est née…

 

 

 

AUTOS :
SABATIER AU BOUT D’UNE BAGARRE INFERNALE

 

Inutile mais cette fois parce que Sabatier est loin au général et que devant les choses ne changeront pas de son fait.

Départ: Chacun son Russe et/ou son Kazakh et/ou son hongrois !

À chaque buggy ses monstres !

Sireyjol est encadré par le Russe Vasilyev (dont la Mini est un maxi engin)  et Zapletal le Hongrois et son Hummer.

 

SIREYJOL SUIVI DE PRÈS

 

Gomez a devant lui Zapletal et derrière lui le Pick Up du Kazakh Cherednikov.

Bref la matinée va être bruyante et exaspérante.

Sireyjol rattrape vite Vasilyev, on l’a dit, le Russe a été tellement dominateur en première semaine qu’il ne prend plus les risques de gagner des spéciales, Sireyjol est loin de le menacer au Général !

Mais encore une fois, les départs différés cachent ce que l’on constate au sol et surtout sur les GPS mouchards, une meilleur parcours peut venir de l’arrière et c’est Serradori, qui a cassé la veille et a donc pris des heures de pénalité, qui a réparé cette nuit et est rapide  comme la foudre pour la gloire et passe devant  Vasilyev au CP 1, de quatorze secondes c’est dite si on se bat à distance.

SERRADORI PREMIER LEADER DE LA JOURNÉE

 

Au sabre aussi, Zapletal est  15 secondes derrière le russe, Gomez est à 58 secondes, Zapletal à plus de deux minutes.

On attend bien sûr le passage de Housieaux, second au général le matin, et celui des camions, les deux Russes doivent être très en colère après une journée cata, qui a vu  Karginov passer six au Général !

Karginov est entre Gomez et Zapletal, quant à Housieaux, il est douzième mais les écarts sont infime, pas comme à moto, il ya 21 voitures sur in minutes.

Physiquement, Vasiliev est devant Gomez et Cherednikov, c’est assez dur à suivre, ils ne courent pas le même lièvre mis tous sur la même piste !

 

GOMEZ TOUJOURS TRÈS COMBATIF

 

Au CP2,Vassilyev est passé en tête, devant 2minutes 20 devant Gomez, sept minutes devant Cherednkikov, Sabatier et Housieaux sont devant Zapletal, manque Serradori.

Les choses vont peut-être changer, Vasilyev s’arrête, on est dans un bout de sable, il n’a peut être pas dégonflé ou cela peut-être gros pépin.

Une rivière de sable d’ailleurs, peut être la descente fabuleuse promise par le boss au briefing.

Vasilyev repart, c’est Cherednikov qui s’arrête, les terrain sableux, pas leur truc au 4X4 .

Mais on s’arrête peu, juste le temps de gonfler car le sable arrive et on renvoie la bombe !

Thomasse aussi est tombé dans le piège, il s’arrête, c’est limite Berezina !

Plus haut au CP2, pas de nouvelles  de Serradori, ni de Thomasse.

Ce qui sent le très mauvais plan !

Au même CP 2, Le Tatra des Tomececk est passé en tête des camions, devant l’autre Tatra de Valtr, Le Scania de Kovacs, Karginov est cinq à 16 minutes du leader tchèque.

 

SUPERBE TOMECEK

 

Pas terrible les Russes aujourd‘hui ?

Puis, à ce moment de la course, c’est Sabatier qui passe en tête !

Parti sept, il est neuf au CP1, puis quatre au CP2, derrière Vasilyev, Gomez et Cherednikov,.

Puis, on l’a dit, Vasilyev et Cherdnikov, qui arrivaient dans le sable, se sont arrêtés, Sabatier prend le lead devant Vasilyev, Zapletal et Cherdnikov, un buggy contre trois mastodontes de 4X4, cela ne sera pas facile mais on est sur su sable, le buggy va bien, assez pour garder le tête à l’arrivée,  en collant 15 minutes trente et seize minutes quarante à Zapletal.

En camions, rien n’est terminé mais Tomecek possède encore cinq minutes d’avance sur Valtr et dix huit minutes sur Karginov.

Vasilyev qui au général plus de deux heures d’avance sur le deuxième !

 

VASILYEV INTOUCHABLE AU GÉNÉRAL

 

Il ne risque pas de perdre du temps sur Serradori et Thomasse qui sont arrêtés avant le CP2.

Mais Zapletal a délogé Hiousieaux de la deuxième place au général, qu’il lui prend pour sept minutes, c’est rageant mais c’est la «life».

Guillaume Gomez a terminé cinquième du scratch et se retrouve quatre  au général, c’est très bien joué.

 

GOMEZ, UN DES RARES BUGGIES À RÉSISTER À LA FOLIE 4X4

 

Il mérite les éloges de début de papier, récoltant de jolis points en sa battant tous les jours devant.

 

HOUSIEAUX : LE PODIUM, LE PODIUM !

 

Housieaux perd la deuxième place chèrement acquise,  il termine six et est trois au général, un Français sur le podium, ce serait bien.

Le premier camion arrivé est Tomecek, devant Valtr, on connaîtra leur position exacte au général quand les Russes seront arrivés.

Voilà finalement, c’est génial d’avoir un Sella en moto, un Vasilyev en auto, mais depuis  le début du rallye, on se bat formidablement mais derrière eux…

Demain, le rallye passe au Sénégal, la spéciale, on part du bivouac, 238 km de spéciale puis 338 km juqu’à cette ville magique qu’est St Louis du Sénégal.

 

Jean Louis BERNARDELLI


Photos :
Alain ROSSIGNOL-JORGE CUNHA

 

RÉSULTATS ET CLASSEMENT GÉNÉRAL
DE
L’AFRICA RACE 2017 À DEUX JOURS DE DAKAR

http://www.africarace-live.com/index.php/fr/cla-etp10

 

Sport

About Author

jeanlouis