PARUTION DU MAGAZINE ‘AUTODIVA’ N°30.

 

Au sommaire du N°30 du superbe Magazine AUTODIVA que nous propose Gérard Gamand, un fort passionnant sujet consacré à l’inoubliable et fantastique Porsche 908/03 !
Née en 1970 et dont l’ancien brillant pilote que fut Brian Redman et qui fit partie de la bande des Champion d’exception qui la pilotèrent, tels Gérard Larrousse, Derek Bell, Jo Siffert, Pedro Rodriguez, Herbert Müller, et autres Vic Elford, lâche :

Pour moi, ce fut sans aucun doute le premier vrai proto moderne…

En fait, la maison Porsche en partant d’une voiture ultra-légère et réservée aux courses de côte, déclina par la suite, une version circuit, absolument géniale et destinée aux deux circuits sinueux du Championnat du Monde d’Endurance, d’une part la redoutée et redoutable Targa Florio sur les routes escarpées et tortueuses à souhait de Sicile et d’autre part, la non moins terrible Nordschleife tracée au cœur des Monts de l’Eiffel, le terrible toboggan du Nürburgring…

 

La célèbre PORSCHE 908/03 Ici à la TARGA FLORIO aux mains du Finlandais Léo KINNUNEN en 1970

 

Autre article signé Guillaume Hardy, celui qui raconte l’aventure et l’histoire des Monoplaces Matra de F1 entre 1967 et 1972, au Grand Prix de Monaco. Un retour émouvant sur les exploits en Principauté de Monaco, de la firme basée à l’époque à Vélizy et dont le meilleur résultat demeure la 3éme place, obtenue le dimanche 10 mai 1970, derrière la Lotus de l’Autrichien Jochen Rindt et la Brabham  de l’Australien Jack Brabham et décrochée par le pilote tricolore Henri Pescarolo, au volant de la MS120, équipée de l’inoubliable moteur V1 Matra, conçu par l’équipe technique rassemblée autour de l’ingénieur Georges Martin. Quatre autres pilotes, outre Pesca, les ayant conduites à Monaco :

Les Français Jean Pierre Beltoise et Johnny Servoz-Gavin, l’Écossais Jackie Stewart et le Néo-Zélandais Chris Amon.

Parmi les autres sujets traités dans ce numéro 30, citons l’essai de la Martini MK7 de Formule 3, datant de 1971 et réalisé à la fin de l’été par Gérard Gamand, dans le cadre des ‘Grandes Heures de l’Automobile’ organisées par Franz Hummell sur l’Autodrome de Montlhéry.

Et l’histoire du Stéphanois David Velay, un brillant pilote autodidacte qui à la fin des années 80, parvient à se faire un nom sur les circuits en F3, F3000 et BPR et ce malgré le peu de moyens financiers dont il disposait !

Enfin, nous avons aussi naturellement particulièrement apprécié l’excellente enquête de Jean Luc Fournier, sur l’histoire des pilotes Français à Indianapolis. Et ce depuis le tout premier, un certain Charles Basle, lors de la toute première édition en 1911.

Avec des 1913, la victoire de Jules Goux au volant d’une voiture Française, une Peugeot.

Plus récemment et depuis 1984 et la tentative de l’équipe Ligier, plusieurs tricolores ont tentés leurs chances. Depuis Philippe Gache, en passant par Stéphan Grégoire, Franck Fréon, Olivier Grouillard, Nicolas Minassian, Laurent Redon, Nelson Philippe et ce derniéres années Sébastien Bourdais et Simon Pagenaud.

Ce dernier sacré en fin de saison 2016, à Sonoma, en Californie, Champion de la série Indycar, dont Indy 500 est l’une des manches et dont le prochain objectif, en cette année 2017, est bien de remporter ces 500 Miles d’Indianapolis, car dit-t-il

«Une victoire à l’Indy 500, vaut bien plu qu’un titre en Indy !»

 

Gilles GAIGNAULT

 

Magazines

About Author

gilles