‘AFRICA RACE’ 2017 JOUR 6 AU MAROC : À MI-RALLYE À DAKHLA, BILAN ET SOUVENIRS…

L’ASSISTANCE 2WD DE MAGNALDI

 

On est en bord de plage et non de falaise comme je le pensais.

Sur cette presqu’île de Dakhla où l’on vient du monde entier pour ses spots de surf et ses surfaces de kyte, sa mer bleue azur, son temps genre «et toujours en été» comme chantait Nino Ferrer, le magicien des sons…

Ce jour de repos va surtout servir à refaire les autos et les motos à neuf dans les teams qui ont des assistances, à se refaire un peu la santé pour les pilotes et copilotes, et pour ceux qui n’ont pas d’assistance propre, l’orga a mis en place avec Motul des camions qui transportent du matériel.

Important car à partir de demain, on affronte le terrifiant et sublime océan de dunes et de sable qu’est la Mauritanie.

C’est l’occasion de faire une galerie d’images, merci encore à Alain Rossignol et Jorge Cunha de se lever à cinq heures du mat pour se mettre en place et de se coucher à deux heures du mat pour fournir tout le monde, et puis on verra avec Jean Louis Schlesser le bilan de cette première semaine.

L’image de la semaine restera, en ce qui me concerne, celle-ci : le 110 km haies/dunes entre le camion Kamaz de Karginov et le buggy de Serradori !

 

 

Je ne sais pas pourquoi, mais quand je vois un rodéo comme celui-ci ou comme ci-dessous un avion attaché à son mobil-home comme le cheval du shérif devant le saloon, le far west et le far south se mélangent un peu, ce qui tombe bien, je suis toujours dans mes rêves de gosse, comme d’ailleurs la plupart des gens qui courent en Rallye Raid…

 

 

Les chevauchées dans le désert sont un peu du même fantasme, Claude Lelouch est venu filmer sur un (vrai) ‘Paris-Dakar’, et si John Ford avait connu ça, il en aurait fait un de ses films cultes…

 

 

 

À cheval ou en chariot, l’aventure continue, la fascination pour le « stage coach » ne disparaît jamais.

 

 

Mais place à l’action, voici quelques photos que j’adore, je profite donc lâchement de cette journée dite de repos pour les publier.

Celle-ci par exemple, où l’on passe du western à la corrida !

 

 

Où la danse du sable n’a rien de classique…

 

 

 

Important dans les courses africaines, le déhanchement…

 

 

Une sorte de chef d’oeuvre de photo et de pilotage en même temps, sous la Renaissance on eût appelé cela… la Grâce !

 

 

« M’illumino d’immenso », autrement dit « je m’illumine d’immense », c’est un poème en deux mots de Giuseppe Ungaretti, qui me semble bien choisi pour les images ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

Tout ce rêve grâce à quelques hommes, dont René Metge et Jean Louis Schlesser, qui portent ce rallye à bout de bras depuis le début et le succès arrive.

 

JEAN LOUIS SCHLESSER

 

Jean Louis Schlesser, à qui je demande un bilan de première semaine.

« Le succès a commencé dès Menton, aux vérifs, où le parc était large, la foule nombreuse, les gens contents. Monaco, pour le départ, a été digne de son statut de ville cathédrale des sports mécaniques, ambiance de folie, public très nombreux.

Sur le podium, Adriana, qui était déjà là la veille aux vérifs, a fait un boulot exceptionnel, elle s’est complètement investie dans son boulot de marraine, a donné tous les départs et rêve de faire le rallye…

 

ADRIANA, LE PUBLIC, LE RALLYE EN EXTASE

 

« Sur le bateau entre Sète et Nador, il y a eu grosse fiesta pour le Réveillon, vraiment énorme, ils pouvaient dormir le lendemain matin, ils en ont profité… Le débarquement à Nador a été génial, les autorités, police et douane ont été formidables d’efficacité, il faut vraiment le dire parce qu’on est toujours prêts à râler quand on perd du temps mais là ça a été génial de précision et de gentillesse. » 

 

 

« Ensuite c’est la course, positif partout, pas de gros pépins sauf la blessure de Norbert Dubois, pas de soucis sur les chronométrages, les CP toujours en place, l’organisation bosse 24h/24 et tout fonctionne. On a eu un souci hier avec un oued totalement impossible à franchir, on a donc du raccourcir la spéciale de 100 bornes, mais elle était superbe quand même. 

Côté compète, on a la chance, c’est l’avantage de l’Africa Race, d’assister à la naissance d’un champion de 18 ans, il taxe les autres grave, il leur colle des des factures avec TVA très importante, mais, c’est l’autre face d’un vrai rallye raid, hier il s’est paumé grave et a perdu quarante minutes… On assiste aussi à la performance de l’Africa Twin, la nouvelle Honda, et on en est très fiers, elle est toute neuve sur le marché, ce n’est pas une moto de course au sens propre, et Ceci marche fortissimo! « 

 

L’AFRICA TWIN DE CECI

 

« En auto, comme prévu, Vasilyev roule très fort, mais il ya d’autres bonnes nouvelles, comme Magnaldi qui parvient à le battre deux fois, il a repris cinq minutes hier et il a vingt minutes de retard alors qu’on attaque la Mauritanie, autrement dit tout est possible. 

Autre nouvelle incroyable avec la troisième place de Karginov et son camion Kamaz, c’est un pilote phénoménal sur un engin phénoménal. 

Derrière, il ya dix concurrents sur une heure, autrement dit la Mauritanie peut tout changer. Bref, tout va bien » 

 

 

 

Je lui demande alors comment se répartit sa force aérienne…

Parce qu’il s’agit bien de cela, trois hélicos, trois avions…

« Les hélicos servent à la TV, au médical, pour René Metge et pour les photographes. Deux avions font les relais transmissions et ça marche du tonnerre, quant à moi, sur le troisième avion, je fais le PC aérien, je bosse aussi pour la TV, je ramasse les images TV au contrôle qui sert pour le carburant des motos et le kérosène des hélicos et des avions, j’apporte ça vite au bivouac où ils peuvent commencer les montages très tôt. Voilà, tout le monde est content les bivouacs sont luxueux et bien placés, on a une course superbe, je suis heureux. « 

What’else?

 

 

Pour terminer, quelques photos d’ambiance de cette journée « dite » de repos.

Une journée de repos qui on le voit commence très tôt…

 

RRRRRepos? Niet!

Le garage Vasilyev au bord de la mer

 

 

La prochaine fois qu’on voit la mer c’est à Dakar!

 

Vol au dessus d’un nid de pistards

 

Jean Louis BERNARDELLI


Photos :

Desert Runner/Alain ROSSIGNOL et Jorge CUNHA


Rappel des Classements 

http://www.africarace-live.com/index.php/fr/cla-etp5

 

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis