AU DAKAR, REBONDISSEMENTS EN PAGAILLE CE 5 JANVIER. DESPREZ ET BORREDA PRENNENT LA TÊTE.

 


DAKAR 2017  – Le 3008 DKR de Cyril DESPREZ et David CASTERA sur les pistes BOLIVIENNES

 

Rebondissements en pagaille sur le Dakar, ce jeudi 5 janvier 2017 !

Alors que l’un des principaux favoris, victorieux de la 1ère étape en auto, avec l’un des très rapides Toyota Hilux du Team Overdrive, le Qatari Al Attiyah et aussi le vainqueur de l’an dernier en moto, l’Australien Toby Price le pilote KTM, ont été contraints d’abandonner, Cyril Despres, lui, s’est offert sa première victoire sur ce Dakar 2017, alors qu’un autre des quatre 3008 DKR de la Dream Team Peugeot, celui de l’ancien vainqueur et double Champion du monde des rallyes, l’Espagnol Carlos Sainz, a été accidenté.

L’œil dans l’objectif…

Les concurrents entament une série de cinq étapes sur le haut plateau bolivien Altiplano, 2e plus haut plateau du monde après le Tibet. Une rapide acclimatation à l’altitude est donc requise, avec des spéciales comprises en 3.500 et 4.000 m. Une altitude où l’on n’est pas habitué à trouver des dunes, mais c’est pourtant le défi qui attendait les pilotes aujourd’hui. Ajoutez à cela une fin d’étape marquée par une navigation délicate, le tout après 400 km de spéciale.

 


DAKAR-2017-Le-TOYOTA-Hilu-OVERDRIVE-de-Nasser-Saleh-AL-ATTIYAH

 

Avant que cette édition du Dakar Sud-Am ne prenne son envol depuis Asuncion au Paraguay, les organisateurs laissaient entendre et claironnaient qu’il s’agirait du Dakar le plus difficile depuis qu’il se déroule en Amérique latine.

Après quatre étapes, tous en sont désormais intimement convaincus, favoris, amateurs ou suiveurs.

Ce jeudi, les fortes chaleurs du début de rallye-raid ont laissé place aux aléas de l’altitude car les 416 km de la spéciale du jour, entre Jujuy en Argentine et Tupiza en Bolivie, se sont en effet effectivement disputés à plus de 3500 mètres dans des paysages désertiques, souvent caillouteux et jalonnés de passages de dunes.

Hier, le premier leader, Nasser Al-Attiyah, avait achevé la spéciale avec plus de deux heures de retard sur Peterhansel, le vainqueur du jour et ce à cause d’une roue arrière droite arrachée, lors d’un passage de gué. Dépité à l’arrivée, le Qatari a dû se résigner à admettre que le Dakar 2017 était déjà perdu et il a finalement officialisé son abandon ce matin au bivouac, ne prenant donc pas en fin de matinée, le départ de la quatrième étape !

Jean-Marc Fortin, le patron de l’écurie Overdrive qui aligne les Toyota, lançait alors à la cantonade :

 « Peugeot vient de perdre son principal rival »

Pourtant, chez Peugeot, malgré l’excellent triplé de la veille, tout le monde préférait rester humble et demeurer sur ses gardes.

Et on a vite compris pourquoi, puisque des quatre pilotes de la marque au lion, aucun n’a été épargné, ce jeudi avec plus ou moins de conséquence !

 

DAKAR-2017-Le-3008-DKR-de-Stéphane-PETERHANSEL

 

Ainsi l’expert Peterhansel a dû… jardiner :

«On s’est pas mal perdu avant d’être dans un hors-piste où on est tombé dans un ruisseau. Ca a endommagé la roue avant et la direction. On est bien resté planter un bon quart d’heure»

Et s’ils n’ont pas fait d’erreur de navigation, le duo Loeb-Elena, a été confronté, lui, à un problème de turbo qui les a bloqué une vingtaine de minutes !

 

DAKAR-2017-Le-3008-DKR-Sébastien-LOEB

 

Le nonuple Champion du Monde expliquait :

« C’est arrivé dans les dunes. J’ai dû mis prendre à plusieurs fois avant de les franchir ».

Enfin, en toute fin de spéciale, c’est Carlos Sainz qui s’est immobilisé après que son 3008 DKR, ne soit lui  tombé dans un ravin !

Le coup dur du jour !

Après l’abandon de Nasser Al-Attiyah, c’est au tour de Carlos Sainz de connaitre la même déconvenue. Il ne restait que 8 km à parcourir à l’Espagnol pour reprendre un précieux terrain à ses principaux adversaires avant d’être victime d’une sortie de piste qui s’est terminée dans un ravin. Fin des ambitions du vainqueur de l’épreuve en 2010 sur le Dakar 2017, potentiellement son 5éme abandon consécutif !

Incident qu’analysait après l’arrivée Cyril Despres, le seul des mousquetaires de la Dream Team Peugeot a s‘en sorti, parvenant en tête au terme de cette incroyable et dantesque journée.

« Carlos a fait une micro-erreur et à cette vitesse-là, on le paie cash »

 

 

DAKAR-2017-Le-3008-DKR-de-Carlos-SAINZ

 

L’Espagnol a fini par pouvoir repartir certes mais il a franchi la ligne d’arrivée avec la bagatelle de 2 Heures et 19 minutes de retard sur le vainqueur du jour, son équipier Desprez le vainqueur du Silk Way Rally l’été dernier entre Moscou et Pékin.

Cyril Despres, même s’il a connu et rencontré un petit souci de navigation, s’est donc offert sa première victoire en spéciale en auto au Dakar pour sa seconde participation.

Lauréat à cinq reprises du classement moto, il confiait :

« Finalement, on a fait moins d’erreurs que les autres »   

Soulagé, il s’empare du même coup de la tête du Classement Général Provisoire :

« Si on m’avait dit quand j’ai débuté en auto (l’an dernier) que je vivrais ça, je ne l’aurais pas cru ! Le travail paie, même si c’est toujours difficile de connaître la marge qu’il nous reste sous la pédale. »

 

DAKAR-2017-La-MINI-X-Raid-de-Mikko-HIRVONEN

 

Derrière, c’est Mikko Hirvonen qui impressionne. L’ancien quadruple Champion du Monde des Rallyes WRC, qui participe à son deuxième Dakar seulement, est parvenu à terminer second de l’étape du jour à dix minutes cinquante et une secondes, une belle performance qui lui permet de pointer à la troisième place au Général.

Quant à l’Espagnol Nani Roma, troisième lui ce jeudi, il a lui hissé son Toyota Hilux d’Overdrive dans le Top 3, à douze minutes et cinquante et une secondes.

Suivent et dans l’ordre, Peterhansel à 16 minutes, Loeb à 23 minutes et de Villiers à 24 minutes

 


DAKAR-2017-Le-TOYOTA-Hilux-de-Giniel-de-VILLIERS

 

Certains n’ont pas eu le même succès. Tel le Champion du Monde d’Endurance WEC 2016, le vainqueur des ’24 Heures du Mans’, l’Alésien Romain Dumas, ‘porteur d’eau’ de luxe pour l’équipe Peugeot, ayant été retenu par des problèmes mécaniques survenus sur son 3008 DKR privé et qui a concédé 1 Heure 53

Alors que l’un des autres pilotes du Team X-Raid et jusqu’alors bien placé –il pointait au sixième rang– Yazeed Al-Rajhi ,a lui aussi été contraint d’abandonner.

Quand on vous disait au début de ce compte-rendu que cette journée d’entrée en Bolivie, avait été celle des rebondissements !

Ce soir au premier bivouac en Bolivie, le 3008 DKR de Cyril Desprez mène en 11 Heures 33 minutes 16 secondes, précédant un autre 3008 DKR, celui de Peterhansel, second à 4 minutes huit secondes en 11 Heures 37 minutes 24 secondes, et la Mini X-Raid de Mikko Hirvonen, troisième à 5 minutes 04 secondes en 11 Heures 38 minutes 10 secondes.

Le Top 5, étant complété par le 3ème des quatre 3008 DKR, celui de Loeb en 11 Heures 40minutes 04 secondes et par le premier des Toyota Hilux de Nani Roma en 11 Heures 43 minutes 46 secondes.

Plus loin, on pointe la Mini du Polonais Przygonski en 12 Heures 09minutes 51secondes, puis le second Toyota Hilux de Giniel de Villiers en 12 Heures 17 minutes 15 secondes

 

 EN DIRECT DU BIVOUAC

DAKAR 2017 Le 3008 DKR de Cyril DESPREZ sur les pistes BOLIVIENNES.

Bruno Famin, le Boss de l’Équipe PEUGEOT Sport :

« Cyril Despres et David Castera ont réalisé un sans- faute aujourd’hui. Ils en sont récompensés en prenant la tête l’épreuve et en signant, au passage, leur première victoire en auto sur le rallye Dakar. Mais nous savons bien que la course se joue sur deux semaines et qu’elle va encore réserver de très nombreux rebondissement tels que ceux qui interviennent depuis deux jours. Les problèmes rencontrés aujourd’hui par Carlos, Stéphane et Sébastien, qui occupaient hier les premières positions du classement général sont là pour nous le rappeler. Rien n’est acquis, nous restons plus mobilisés que jamais. »

Cyril Despres (PEUGEOT 3008DKR N°307)
Vainqueur de l’étape / 1er au Général
« Les premières portions de la spéciale étaient compliquées avec beaucoup de végétations et des traces difficilement visibles. David a fait du très bon travail, il n’a commis aucune erreur. Nous avons ensuite roulé derrière Carlos pendant une grande partie de la journée, ce qui nous a permis de garder un bon rythme. Nous sommes très contents. Cette victoire a une saveur particulière après deux ans et demi passés à apprendre le métier de pilote automobile. »

 

DAKAR 2017 Le 3008 DKR de Stéphane PETERHANSEL sur les pistes BOLIVIENNES.


Stéphane Peterhansel (PEUGEOT 3008DKR N°300)
4ème de l’étape / 2ème au Général
« La spéciale n’était pas particulièrement difficile en franchissement. Les dunes étaient porteuses. Nous nous sommes perdus à la dernière note, juste avant de basculer sur des parties plus roulantes. En essayant de rattraper la bonne piste, nous sommes tombés dans un trou. La direction de la voiture a été endommagée et la roue avant cassée. Cette petite erreur de navigation nous coûte beaucoup de temps. La course n’est pas terminée, il reste beaucoup de kilomètres. Certes nous ne sommes pas en tête du Dakar, mais nous ne sommes pas loin. »

 


DAKAR 2017 Le 3008 DKR de Sébastien LOEB sur les pistes BOLIVIENNES.

Sébastien Loeb (PEUGEOT 3008DKR N°309)
5ème de l’étape/4ème au Général

« Ce fut une journée très compliquée. Au final, je suis content d’être à l’arrivée. C’est une bonne surprise de constater que c’est Cyril qui fait le scratch. C’est celui qui avait le plus de retard sur nous donc cela nous permet plus ou moins de rester dans le match malgré les problèmes que nous avons rencontré. Nous sommes en effet restés arrêtés au total une demi-heure dans la spéciale. Daniel s’en était bien sorti sur la première navigation et, d’un seul coup, la voiture n’avançait plus. J’ai fait des resets. Elle repartait puis s’arrêter à nouveau. Nous avons retiré le capot arrière, essayé plusieurs choses et, finalement, un coup de dégrippant a permis à la voiture de repartir. Nous limitons ma casse.  Je suis forcément déçu par déconvenues mais content tout de même de garder le contact. » 

 

DAKAR-2017-La-KTM-de-WALKNER.

Victoire pour Walkner en Moto mais abandon pour le vainqueur sortant Toby Price

 

En Moto, la spéciale s’est longuement concentrée en un duel de chaque instant entre le leader, le pilote officiel Honda Juan Barreda Bort, chargé d’ouvrir la piste en tant que vainqueur de l’étape de la veille, et le Champion du Team KTM, le vainqueur sortant, Toby Price.

Mais en fin d’étape, c’est le coéquipier de ce dernier, l’Autrichien Matthias Walkner qui s’imposait, tout surpris de sa victoire :

« J’ai eu du mal en navigation en début d’étape. J’étais loin de penser que j’allais gagner la spéciale. »

L’Australien Toby Price, lui, n’aura hélas et malheureusement pour lui, pas connu la joie de franchir la ligne d’arrivée. Le tenant du titre a lourdement chuté à quelques kilomètres de l’issue de la spéciale.

Secouru rapidement et relevé avec une fracture au tibia gauche, cette vilaine blessure l’a obligé a être hélitreuillé pour rejoindre l’aéroport le plus proche.

 

DAKAR-2017-Le-CHILIEN-QUINTANILLA

 

Rarement Juan Barreda Bort, qui compte désormais dix-huit minutes et dix neuf secondes d’avance sur son premier poursuivant, le pilote Chilien  du Team Husqvarna, Pablo Quintanilla, n’a été aussi bien placé pour l’emporter. Walkner se retrouvant troisième à vingt minutes et vingt six secondes et Sunderland quatrième à vingt quatre minutes trente six secondes

Il nous confiait :

« C’est vraiment le type d’étape où il faut en profiter pour creuser l’écart. Ensuite, il faudra garder un rythme conséquent, sans prendre de risques. »

Et veiller aussi et surtout à ne pas faire d’erreurs sur des terrains toujours plus compliqués et accidentés !

 


DAKAR 2017 – Xavier de SOULTRAIT, lors de l’étape qui mène en BOLIVIE

 

Nouvel exploit ce jour aussi pour Xavier de Soultrait qui a été très solide aujourd’hui! Sur une spéciale de 5 Heures, le privé Français, termine 4ème à moins de six minutes de la victoire !

Il n’a pas fait d’erreurs, à part une petite approximation de navigation au début de spéciale, mais il s’est repris et a gagné du temps sur la tête de course, au fil de la journée ! Il a réussi à aller vite tout en évitant les pièges…

Il se retrouve ce soir à la 7ème place du Général à 30 minutes de Barreda.

Ainsi dès demain vendredi, 447 km de spéciale attendent les concurrents au cœur de l’Altiplano Bolivien.

Un parcours une fois encore truffé de pièges…

 

Antoine GRENAPIN

Photos :
ASO DPPI – PEUGEOT RED BULL

Rallye-Raid Sport

About Author

gilles