COUP DOUBLE POUR LOEB ET SON 3008 DKR QUI REMPORTENT LA SECONDE ÉTAPE ET PRENNENT LA TÊTE AU DAKAR.


 

DAKAR-2017-3008-DKR-de-SÉB-LOEB-

 

Victorieux de quatre étapes l’an dernier pour sa première participation au Rallye-Raid Dakar, Sébastien Loeb n’a pas tardé à se montrer cette année.

En effet, ce mardi au volant de l’un des 3008 DKR Peugeot, le pilote Français réalise en 2 heures 06’55, le meilleur temps de la seconde spéciale entre Resistencia et San Miguel de Tucuman, longue de 275 kilomètres chronométrés, perf qui lui permet de faire coup double et de s’emparer du commandement au classement général, devant la Toyota Hilux Overdrive du Qatari Nasser Al-Attiyah, vainqueur lundi de la première spéciale et ce soir second au général à 28 secondes !

 

DAKAR 2017 le TOYOTA OVERDRIVE de Nasser AL ATTIYAH et Mathieu BAUMEL.

 

L’Espagnol Carlos Sainz, lui aussi pilote de l‘équipe Peugeot, occupant la 3ème place du Général à 1’56″.

Suivent deux autres Toyota de De Villiers à 2’05 et de Nani Roma à 2’56

Heureux la veille avec sa superbe deuxième place à l’arrivée de la première étape au volant de son Ford Ranger, Xavier Pons est passé du rêve au cauchemar après seulement quelques dizaines de kilomètres de spéciale. L’Espagnol est sorti de piste et, roue arrachée, n’a eu d’autre choix que d’attendre son assistance pour espérer poursuivre la spéciale. Tous ses espoirs de bien figurer au Général se sont envolés sur la route de San Miguel de Tucuman.

 

Loeb et Price frappent fort !


DAKAR-2017-Le 3008 DKR de Sébastien-LOEB et Daniel ELENA

 

L’œil dans l’objectif…

Si les concurrents sont désormais dans un pays bien connu du Dakar avec une Argentine visitée pour la 9e fois consécutive et qui comporte encore de nombreux secrets telle que la région du Chaco qui n’avait encore jamais été explorée par le rallye. Les concurrents ont découvert des pistes étroites qui ont soulevé beaucoup de poussière dans un décor proche de la savane africaine où une attention particulière aux nombreux animaux sauvages et aux passages de gué inondés est de mise. La chaleur a de surcroit mis les organismes à rude épreuve pour cette première longue étape du Dakar 2017.

L’Alsacien et l’Australien ont remporté l’étape du jour, entre La Resistancia et San Miguel de Tucuman et en ont profité pour prendre la tête au Général.

Avant le départ de ce 39ème Dakar, Sébastien Loeb garantissait qu’il allait disputer la victoire finale. Il l’a démontré de la plus belle des manières ce mardi au cours d’une spéciale longue de 275 km sur les pistes poussiéreuses du Chaco Argentin, une région désertique, marquée par les fortes chaleurs : plus de 40°!

Le nonuple Champion du Monde des Rallyes a largement dominé la journée : il est passé en tête à l’ensemble des trois points de contrôle (way point) avant de s’imposer avec 1’23 d’avance devant Al-Attiyah.

 

DAKAR 2017 – SÉB LOEB.

 

« Au moins, j’aurais été une fois en tête! s’amuse l’Alsacien. C’est une étape très rapide, on a fait 90% de la spéciale à fond, ajoute-t-il, même s’il concède avoir « été ralenti lors des 70 derniers kilomètres à cause de la poussière soulevée par les concurrents qui le précédaient.

Le profil de cette deuxième spéciale faisait la part belle aux vitesses de pointe et les modifications aérodynamiques rendues possibles par l’adoption de la carrosserie de la 3008DKR ont permis de faire fructifier les efforts des pilotes, Sébastien bien sûr mais aussi Carlos Sainz, auteur d’un joli troisième chrono.

Stéphane Peterhansel et Cyril Despres ont malheureusement connu une étape plus difficile. Cyril a perdu l’antenne de son système Sentinel, censé prévenir les pilotes le devançant de sa remontée, et Stéphane a dû composer avec une position de départ peu favorable.

La victoire de Sébastien Loeb ne masque pas un constat implacable depuis le début de ce Dakar : la compétitivité des Toyota.

Ce mardi, trois d’entre elles se sont hissé dans le Top 5 !

Avec le Qatari Nasser Al-Attiyah, second ce mardi de l’étape du jour à 1’23 qui a démontré que le problème de surchauffe de la veille avait été bien réparé, Giniel  De Villiers le Sud Africain (4ème) et Nani Roma l’Espagnol (5ème).

 


DAKAR-2017-MINI-AL-RAJHI

 

C’est donc à un duel Peugeot-Toyota que nous assistons et suivons depuis le départ, les Mini semblant en ce début d’épreuve, légèrement en retrait !

La première d’entre elles, celle de Al Rajhi pointant actuellement au sixième rang, à 5’12! Et la seconde, que pilote l’ancien quadruple Vice-Champion du Monde des Rallyes, le Finlandais Mikko Hirvonen, occupant le huitième rang à 8’49 de Loeb.

 

DAKAR-2017-La-MINI-de-MIKKO-HIRVONEN

 

À retenir encore, l’excellente dixième place du Champion du Monde d’Endurance, l’Alésien Romain Dumas, également victorieux cette année des ’24 Heures du Mans’ et qui figure donc avec son 3008 DKR dans le Top 10, à 9’58

 

EN DIRECT DU BIVOUAC PEUGEOT

 

Bruno Famin, Patron de l’Équipe PEUGEOT Sport

«  Sébastien et Daniel ont réalisé une belle étape malgré une spéciale très compliquée et dangereuse, avec beaucoup de poussière. Sur ce genre de terrain, il vaut mieux partir devant. Cyril et Sébastien ont perdu du temps en fin de spéciale dans les poussières d’autres concurrents. Cyril s’est montré prudent au vu du problème de Sentinel qui l’a handicapé. Les 3008DKR fonctionnent bien. C’est notre premier scratch sur ce Dakar mais les écarts sont, à l’échelle d’un Dakar, vraiment minimes. »

 

Sébastien Loeb (PEUGEOT 3008DKR N°309)

Vainqueur de l’étape / 1er au Général

« C’était une spéciale très rapide, pas très intéressante au niveau pilotage. Il y avait de nombreuses lignes droites avec un virage de temps en temps. Ça s’est très bien passé pour nous. Nous n’avons eu aucun problème. Nous avons été gêné à la fin parce que nous avons roulé 70 kilomètres dans la poussière de De Villiers, parti devant nous. Nous avons donc perdu un peu de notre avance sur la fin mais rien de grave. Au moins, nous aurons pointé en tête de ce Dakar ! Cela dit, ce type de terrain n’est pas représentatif de ce que nous rencontrerons par la suite. Pour ce qui est de la chaleur, elle était supportable. J’ai même coupé la climatisation pour gagner un peu de puissance ! »

 

Carlos Sainz (PEUGEOT 3008DKR N°304)

3ème de l’étape / 3ème au Général

 « La journée s’est bien passée. Je n’ai pas pris trop de risque. J’ai juste eu un petit problème avec une alarme qui s’est déclenchée tout au long de la spéciale. Je n’ai pas eu à souffrir de la chaleur grâce à la climatisation que j’ai utilisée tout au long de la spéciale. »

 

Stéphane Peterhansel (PEUGEOT 3008DKR N°300)

7ème de l’étape / 7ème au Général

 « L’exercice n’était pas facile. C’était une spéciale avec peu de pilotage, mais plusieurs gros freinages qui nous faisaient passer de 200 Km/h à 50km/h. Nous avons perdu beaucoup de temps dans la poussière des autres concurrents. Nous allons bien et la 3008DKR fonctionne parfaitement. Demain, nous serons confrontés aux premières portions en altitude, avec une navigation probablement plus compliquée. Nous devons encore être patients. Nous allons nous repositionner doucement au classement général. Bravo à Sébastien et Daniel, ils sont clairement dans le coup. Nous n’en doutions pas. »

 

Cyril Despres (PEUGEOT 3008DKR N°307)

12ème de l’étape / 11ème au Général

« Nous avons préféré assurer après la perte de l’antenne de notre Sentinel. Sur les quarante derniers kilomètres de la spéciale, nous ne pouvions pas prévenir les motards que nous étions juste derrière eux. Nous avons passé beaucoup de temps dans leur poussière. Nous en avons doublé certains, en prenant un minimum de risque. Les pistes étaient sinueuses, avec parfois des troncs, qui nous empêchaient de doubler. Avoir 10 minutes de retard à ce stade du rallye n’est pas irrémédiable. Ce que nous avons fait jusqu’alors n’est rien comparé à ce qu’il nous attend. Le Dakar, n’est pas comme un contrôle écrit quotidien. C’est sur la totalité de l’épreuve qu’il faut tirer des enseignements.  »

 

 

En moto, après une journée d’observation lors du prologue de la veille, les favoris ont décidé de passer la vitesse supérieure. Si Juan Barreda Bort le pilote Honda, a été légèrement ralenti en fin de spéciale, le tenant du titre, Toby Price au guidon de sa KTM, a fait la démonstration de son talent.

L’Australien s’est imposé avec 3’22 d’avance sur son coéquipier Matthais Walkner, seul à tenir le rythme.

 « C’était très exigeant pour les hommes comme pour les machines », explique le vainqueur du jour.

Précisant :

Les conditions étaient difficiles avec une forte chaleur et beaucoup de poussière. »

 

DAKAR-2017-La YAMAHA-de Xavier de SOULTRAIT.

 

Derrière, le Français Xavier de Soultrait avec sa Yamaha, continue d’impressionner. Au lendemain de sa victoire d’étape entachée par une pénalité d’une minute, pour excés de vitesse dans une traversée de village, le Vicomte signe la quatrième place à 4’06, ce qui lui permet d’être présent dans le Top 5 au général à 3’41.

La victoire du jour revient donc au tenant du titre, Toby Price le pilote KTM. L’Australien s’offre sa septième victoire d’étapes avec 3’22 d’avance sur son coéquipier, l’Autrichien Matthias Walkner. Et 3’51 sur le Portugais  Paulo Goncalves

Au classement général, l’Australien se retrouve avec 2’39 d’avance sur Walkner et 2’54 sur Goncalves. Suivent Sunderland à 3’23 et de Soultrait à 3’41 suivi du Chilien Quintanilla à  4’26 et de l’Américain Brabec à 4’29

À noter le 12ème rang pour la Yamaha du second pilote Français classé, Van Beveren à 7’52

 

DAKAR 2017 – Le RENAULT TRUCKS de Martin VAN DEN BRINCK

 

Quant à la course camion, Martin Van Den Brink aux commandes de son Renault Truck, qu’il avait ‘rodé’, lors du Silk Way l’été dernier, s’est imposé lors de la spéciale du jour devant un trio Kamaz avec en leader Dmitry Sotnikov au volant, à 2’03, alors que Gerard De Rooy, grand favori, n’est que 5éme à 3’3!

Au Général provisoire, Van Den Brink et Sotnikov se partagent les deux premières places alors que De Rooy pointe au quatrième rang.

Chez les amateurs, la course a été très éprouvante à cause des fortes chaleurs et de la poussière qui leur obstruait la vue. Dix motards ont abandonné au cours de cette seconde journée et plusieurs hélicoptères de l’organisation de la course ont été réquisitionnés pour porter assistance à certains de ces pilotes en difficulté.

Les rescapés de ce 38ème Dakar auront peu de temps pour souffler.

Dès demain mercredi, ils retrouvent la piste avec 364 km de secteur sélectif entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy, et mêlant hors-piste et premier col en altitude, à 3.500 mètres…

Celà s’annonce chaud bouillant devant !

 

Antoine GRENAPIN

Photos :
ASO-DPPI-PEUGEOT-RED BULL

 

Rallye-Raid

About Author

gilles