UNE SAISON 2017 PLUS OUVERTE QUE JAMAIS EN ‘MONDIAL RALLYE WRC’.

 


WRC-2017-MONTE-CARLO-Photo-Jean-François-THIRY

 

Quels sont les premiers enseignements des prés-tests du prochain Rallye de Monte Carlo qui préfigurera ce que pourrait être la campagne 2017 en Championnat du Monde des Rallyes WRC ?

 

 


WRC 2017 Éric CAMILLI en essai avec la future FORD FIESTA RS –

 

M-Sport se présenta en premier sur les routes du Rallye de Monte Carlo, avec sa nouvelle Ford Fiesta WRC, version 2017. Ils ont débutés par deux journées en altitude dans des conditions hivernales, la neige s’était même invitée dès le samedi, puis en milieu de semaine. Lors de cette semaine de tests quatre pilotes ont peaufiné leurs propres réglages au volant de la Fiesta. Elfyn Evans, Mads Ötsberg, Ött Tanak et l’espoir Français, Éric Camilli.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle réglementation a permis aux ingénieurs de tenter des paris audacieux! Dont celui sur l’aérodynamique où chacun semble avoir pris exemple sur la F 1, avec une multitude d’appendices, que ce soit sur le bouclier avant, sur les ailes, portières ou sur les ailerons arrière! On note aussi le retour des jupes sous les bas de caisses, ainsi que des extracteurs d’air sous l’échappement. Mais on regarde surtout en direction du gain énorme, en termes de puissance et motricité.

Lequel nous rappelle presque les impressionnantes et surpuissantes groupes B, avec un moteur offrant  environ 80 chevaux supplémentaire, grâce à une bride au turbo, passant de 33 à 36 mm.

Mais c’est pas sans contrepartie, chacun recherchant la fiabilité, jouant la course contre-la-montre, avant la limitation des tests qui seront comptabilisés par la FIA. dès le premier janvier 2017.

En plus de cela, c’est aussi le nombre de pièces de rechanges qui semblent faire défauts pour le moment et cette carence semble bien commune à tous les Teams !

 

WRC-2016-Test-de-la-nouvelle-FORD-FIESTA-RS-dans-le-sud-est-de-la-FRANCE-Photo-Éric-DOBROWOLSKY

 

M-Sport donc a connu son lot de petits soucis de jeunesse, entre un moteur qui fume pas mal, turbo, différentiel, boite à vitesses, transmission, direction et même des soucis de freins le dernier jour ! Mais tout ceci est sans doute dû au retard pris pour entamer les tests.

Le team de Cumbrai s’étant surtout axé sur le travail en soufflerie, associé à un gros travail de préparation par ordinateur, avant de s’élancer dans les premiers tours de roues de sa nouvelle Fiesta WRC.

Malgré tous ces petits soucis de jeunesse, la Ford Fiesta WRC 2017, de l’écurie de Malcolm Wilson, démontre un fort potentiel, avec une voiture visiblement très maniable, voire bestiale par moment. Le problème aujourd’hui avec ce type de voiture de compétition, vient surtout d’une usure prématurée des gommes.

Lesquels pneumatiques, le moins que l’on puisse dire souffrent du gain de puissance et de motricité supplémentaires !

Mais cela vient surtout du fait que la réglementation sur les pneumatiques, n’a pas suivi, elle, les mêmes évolutions que celles du WRC…

Ce qui parait même et selon les pilotes, un non-sens de la FIA., autorisant plus de liberté pour les nouvelles WRC, en roulant avec des pneus prévus pour les anciennes WRC.

Les pilotes vont devoir s’adapter pour gérer au mieux leurs gommes, au risque de voir leurs espoirs de chances de victoires anéantis… Michelin prépare sans doute de son côté des gommes plus résistantes, en attendant, il faudra c’est une évidence, faire avec pour le début de la saison.

 

WRC-2017-HYUNDAI en test avant le MONTE CARLO -Photo : Éric-DOBROWOLSKY

 

Hyundai Motorsport lançait de son côté son nouveau coupé i 20 WRC, sur deux semaines différentes, une semaine basée entre l’Ardèche et le Vercors. Avec le Vice-Champion du Monde, Thierry Neuville et l’ibérique Dani Sordo. Hayden Paddon était lui aussi convié aux tests, mais un début d’incendie sur la i 20, le priva de rouler, l’auto n’étant pas réparable sur place, ensuite le Néo-Zélandais, n’était pas présent pour la deuxième série de tests, retenu par des obligations antérieures  aux antipodes, chez lui dans l’hémisphère Sud.

On notera très peu de roulage pour le nouveau coupé i20, avec un seul modèle disponible pour ces tests, un autre se trouvant en cours de finition et de montage à l’atelier d’Alzenau, près de Francfort, en Allemagne. La première chose qui frappe sur cette nouvelle Hyundai WRC, plus de sous-virage, ni non plus de roulis, ou voire franchement, très peu. Ce qui était le principal défaut des anciennes WRC Coréennes.

Un autre détail que l’on remarque à l’œil, un châssis beaucoup plus bas, qui colle à la route. Le moteur préparé par Pipo à Valence, semble répondre à tous les régimes. Ce qui a permis aux pilotes de travailler sur leurs différents réglages.

Au final, seul un souci de boîte à vitesses a légérement contrarié le Team.

Hyundai Motorsport cette année dispose d’une bonne WRC pour jouer le titre constructeur. En plus, cette équipe est la seule a commencer  la saison avec ses trois Coupés i 20 WRC.

 


WRC 2017 – MONTE CARLO la CITROËN en essai en décembre Photo Éric DOBROWOLSKY

 

Citroën-Racing semble vouloir la jouer ‘petit bras’ profil bas avec sa nouvelle C 3 WRC !

Pourtant à y regarder de près, cette nouvelle WRC   c’est bien elle qui montre le plus fort potentiel !

Autant en tenue de route, qu’en efficacité au sol. Une WRC qui glisse très peu ! Comme on dit, on a l’impression d’un rail qui colle à la route. Avec de surcroît, une puissance diabolique…

Ce qui a permis aux deux pilotes, Kris Meeke et Stéphane Lefebvre, de pouvoir tester plusieurs réglages et Set-Up.

Cette C3 risque d’ici bien de devenir rapidement la référence en WRC. Mais revers de la médaille, chez Citroën, pour le moment on dispose de très peu de pièces de rechanges, d’ailleurs il n’est prévu cette saison que deux châssis par équipage.

Une chose est d’ores-et-déjà certaine, ce châssis n’use pas beaucoup les gomme, mais gare malgré tout, à l’excès de confiance, car cette WRC colle tellement au sol, qu’elle risque fort, de ne pas pardonner les éventuelles erreurs de pilotage, quand elle va décrocher d’une trajectoire! Comme ce fût le cas pendant les tests pour Kris Meeke…

En attendant, tous les espoirs sont au vert pour le team au double chevron, qui tente un retour au premier plan.

 

WRC 2017 Essais de la TOYOTA YARIS dans la région de GAP les 20 et 21 décembre 2016 Photo Éric DOBROWOLSKY

 

Toyota Gazoo Racing, revient en Championnat du Monde WRC, après plus de vingt ans d’absence, avec une Yaris WRC, qui disons-le, sort franchement de l’ordinaire.

C’est sans doute le choix le plus osé aujourd’hui et qui n’a presque rien à envier aux monoplaces actuelles de F 1, avec des appendices aérodynamique un peu partout !

Ogier ayant refusé un contrat que l’on dit, faramineux de Toyota, Tommi Makinen, l’ancien quadruple Champion du Monde et actuel directeur du Team, s’est donc tourné vers son ancien équipier, Jari Matti Latvala qui aura pour coéquipier au « Monte Carlo » son jeune compatriote, Juho Hanninen.

Six journées de tests étaient au programme. Et disons- le, malgré tout cette WRC, nous a agréablement bien surpris. Elle devrait plaire et faire le spectacle pour les passionnés, car elle se montre très survireuse dans les épingles!

Certes, ce n’est pas ce qui se fait de mieux aujourd’hui en efficacité, mais au moins les pilotes ne seront pas surpris, car Toyota est d’abord là pour apprendre cette saison, avant de ce lancer dans la course à la victoire et au titre de Champion du Monde Constructeur pour la Saison 2018.

Au terme des six journées de tests, très, très peu d’ennuis mécaniques, juste un souci avec l’échappement.

WRC-2017-14-et-15-décembre-2016-Tests-de-la-nouvelle-CITROËN-C3-dans-le-Vercors-et-la-Drôme-Photo-Éric-DOBROWOLSKY-

 

 

Toutes ces nouvelles WRC, n’ont naturellement jamais parcouru encore le moindre kilomètre en compétition, il faudra donc attendre les premiers chronos pour savoir où chaque team, se situe par rapport à la concurrence.

Mais il faudra, répétons-le,  aussi surveiller la résistance des pneumatiques, ainsi que la fatigue des équipages avec ce surcroît de puissance qui risque de rentrer aussi en jeu et se révéler un enjeu majeur en ce début de saison.

Comme ce fut le cas à l’époque des groupes B… Mais très vite courant janvier, après le Monte Carlo, on disposera des premières réponses à cette épineuse question qui pourrait poser problème à certains !

Éric DOBROWOLSKY
Photos :
JF. Thiry – Éric Dobrowolski

 

WRC-2017-MONTE-CARLO- Le PORT avant l’arrivée des concurrents – Photo-Jean-François-THIRY.

WRC

About Author

gilles